Etude

Les huit «bananes» de l’Europe logistique

NewsLetter | Les huit «bananes» de l’Europe logistique | publié le : 23.01.2019

Les flux transport et logistique se redessinent en Europe, relève le groupe de services dédiés à l'immobilier d'entreprise Cushman & Wakefield, dans une étude baptisée « The changing face of distribution : the shape of things to come ». Cela tient avant tout à la hausse continue des volumes de fret, estimée à +22% sur la décennie à venir. Et cette demande en matière de transport de marchandises devrait presque tripler d'ici 2050 en Europe Continentale, selon les prévisions d'Eurostat (+181 %). Mais d'autres facteurs sont pris en compte, comme l'augmentation des coûts de transport, la pénurie de main d'œuvre ou l'engorgement du réseau routier dans certaines zones. Et pour en projeter l'impact à moyen et long terme, les prévisions de Cushman & Wakefield intègrent les évolutions à venir des infrastructures routières, ferroviaires ou portuaires. L'ensemble permet de dessiner la structuration des flux européens en huit corridors logistiques, à commencer par la fameuse « banane bleue », selon l'expression des années 70 qui désigne le corridor reliant Londres à Milan en passant par les ports du Benelux et l'Europe rhénane. Si celle-ci n'intègre plus foncièrement le port londonien, elle se prolonge aujourd'hui vers les ports méditerranéens, comme Gênes. Outre-Manche, deux corridors se structurent (UK & Irish bananas), le premier en lien avec le Brexit qui devrait recentrer chaines d'approvisionnement britanniques sur le territoire national et ses propres ports, tandis que le corridor irlandais émerge entre les ports de Dublin et Cork et ceux du Benelux. La 4e "banane", qualifiée d'ibérique, relie la France au Portugal en profitant des bassins de main d'œuvre qualifiée à moindres coûts de la péninsule, et devrait notamment bénéficier de nouvelles lignes ferroviaires. Deux autres nouveaux corridors émergent, en mer du Nord et en Europe centrale : le premier relie les ports d'Hambourg et de Malmö en Suède, via Copenhague, avec la perspective d'alternatives routières et ferroviaires liés à l'achèvement du tunnel germano-danois Rodby-Puttgarden en 2021, tandis que de nouveaux développements autoroutiers et ferroviaires rebattent les cartes au centre du continent. Enfin, les deux derniers corridors sont annoncés à l'horizon 2030 sur les zones de la Mer Noire et des Pays Baltes, le premier lié à de nouvelles liaisons avec l'axe Rhin-Danube, le deuxième restant suspendu à d'importants investissements pour améliorer les liaisons avec la Finlande, la Pologne, l'Allemagne ou la République tchèque. MR
Pour accéder à l'étude : http://www.cushmanwakefield.co.uk/en-gb/research-and-insight/2019/the-changing-face-of-distribution

Image

Crédit photo © Cushman & Wakefield

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format