Conjoncture

Dernier trimestre compliqué pour le maillon transport

NewsLetter | Dernier trimestre compliqué pour le maillon transport | publié le : 28.01.2019

Pas besoin d’être grand clerc pour se douter que le mouvement des gilets jaunes, commencé en novembre dernier, a contribué à fragiliser encore un peu plus le moral des transporteurs routiers de marchandises (TRM) en France. Le baromètre FNTR du jugement de dirigeants de sociétés dans le TRM en France sur la situation de leur entreprise confirme cette inquiétude, l’indicateur passant de +41,2 au quatrième trimestre 2017 à seulement +4,6 (à noter qu’il reste tout de même positif) au quatrième trimestre 2018. Dans les chiffres, le constat n’a pas l’air aussi alarmant: par rapport au 4e trimestre 2017, l’activité TRM a connu un recul dans l’industrie manufacturière (-0,5%) et dans la construction (-0,6%) mais continue de à croître de +2,6% dans le commerce de détail et la grande distribution. « Au 4e trimestre 2018, le TRM connaît une nette baisse d’activité à l’image de ses principaux secteurs clients et en raison du fort impact du mouvement des « Gilets jaunes ». Les chefs d’entreprises du TRM sont pessimistes quant aux perspectives d’activité du secteur. Ils s’inquiètent d’une poursuite du mouvement des « Gilets jaunes » et de ses répercussions sur la santé économique et financière de leurs entreprises. Ils sont donc très prudents en matière de recrutement, quand bien même les besoins restent importants » a déclaré Jean-Christophe Pic, le président de la FNTR. Une autre étude réalisée par la société Altares (partenaire exclusif en France de Dun & Bradstreet) sur les défaillances d’entreprises constate de son côté que celles-ci se sont accélérées en fin d’année, dans tous les secteurs. Altares observe notamment que le TRM, qui présente une sinistralité stable sur 2018 (+0,7%), a «dérapé» de +11,5% sur le dernier trimestre. D’une manière générale, il y a eu dans l’Hexagone 54 600 défaillances d'entreprises en 2018 (-1,0%), dont 14 855 sont intervenues durant le dernier trimestre, soit une augmentation de +4,2% par rapport à la même période de 2017. Cela dit, Altares fait remarquer que les prévisions de croissance ont été régulièrement revues à la baisse tout au long de 2018 et que l’inflexion couvait déjà depuis le deuxième trimestre. « Lorsque s'amorce le mouvement des « gilets jaunes » en novembre, les entreprises sont donc déjà fragilisées par des trésoreries sous tensions depuis plusieurs semaines. » constate Thierry Millon directeur des études chez Altares. JLR

Image

Jean-Christophe Pic, président de la FNTR. Crédit photo FNTR

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format