Si le message s'affiche mal, visualisez la page en ligne
N°3191
3PL
C-Log gagne en m² et sur le plan commercial avec La Halle et le Groupe Richemont

En juillet, deux opérations distinctes ont étoffé de près de 60 000 m² les capacités de C-Log. La première était annoncée de longue date, avec la livraison d’un entrepôt flambant neuf de 19 000 m² développé par Primelog à Poupry, au nord d’Orléans. Le chantier avait pris un peu de retard, et le site a d’emblée servi à gérer en débord certaines des marques à fort volume de sa maison-mère, le Groupe Beaumanoir. D’ici le 1er trimestre 2021, il sera en outre doté d’une automatisation annoncée comme très innovante qui lui permettra de se spécialiser dans les opérations e-commerce. L’autre opération n’était pas inscrite à l’agenda 2020 mais a découlé du rachat par Beaumanoir de plus de 350 des 820 magasins La Halle au groupe Vivarte. Pour en assurer la logistique, un des deux entrepôts de l’enseigne textile a également été repris. Situé à Montierchaume, près de Châteauroux, il est devenu de facto le plus vaste des entrepôts de C-Log (30 000 m² au sol et 10 000 m² en mezzanine). Ses 150 collaborateurs ont été intégrés et continueront d’approvisionner les magasins La Halle, désormais 100% mixte (mode et chaussures). Et C-Log va piloter la transition omnicanale de l’enseigne, avec pour objectif de générer 10% du CA en ligne à court terme, contre 2% aujourd’hui. « Notre expertise e-commerce est mise à profit, à l’image de l’installation en cours de ruchers traversants permettant de gagner en efficacité dans le traitement des commandes, ou de la bascule la semaine dernière de la gestion du site sur le WMS d’Inconso/Körber, en déploiement chez C-Log depuis 2 ans », nous précise Bertrand Chabrier, le directeur du développement du 3PL. Et si ces deux opérations illustrent le savoir-faire de C-Log en matière de logistique textile et e-commerce (50% et 15% de son CA, respectivement), une récente signature en illustre le 3ème pilier, le luxe, avec le contrat remporté auprès du Groupe Richemont pour assurer la logistique B2B et le pilotage du transport de distribution à l’international de ses marques Chloé, See by Chloé et Dunhill. Cette collaboration va également se traduire sous l’angle immobilier : C-Log annonce son implantation au sein du parc E-Valley, en développement dans le Cambrésis. Au premier trimestre 2021, le 3PL s’installera sur 4 cellules d’un des premiers bâtiments à sortir de terre : deux seront dédiées aux marques du Groupe Richemont, tandis que C-Log transférera dans les 2 autres les opérations de son propre site de Cambrais, à l’étroit sur ses 10 000 m². « En moins d’un an, le parc de C-Log se sera enrichi de 3 nouveaux sites, et notre effectif devrait franchir le cap du millier de collaborateurs l’an prochain, contre 800 jusque-là, intérim compris », note Bertrand Chabrier. MR

 
   
 

Début juillet, C-Log est entré dans les murs de son nouvel entrepôt de Poupry, son premier dans l’Orléanais. Un investissement important va sous peu le doter d’une installation automatisée annoncée comme très innovante.

Crédit photo C-Log
 
 
 
Invitation
Inscrivez-vous gratuitement au webinaire ‘Agilité’ SCE Live du 22 septembre

A la suite de l’annonce hier dans la newsletter de la table ronde webinaire « Le digital, un ressort d’agilité pour rebondir » organisée par Reed Expositions et Supply Chain Magazine (voir NL 3190), vous avez été nombreux à nous faire remarquer que le lien d’inscription sur le site de Supply Chain Event laissait penser que l’évènement était payant, ce qui n’est évidemment pas le cas. De même que l’obtention du badge d’accès au salon Supply Chain Event est gratuit pour les lecteurs de Supply Chain Magazine (avec le code promo COS1), la participation à ce webinaire l’est aussi. Il suffit de s’inscrire à partir du lien fourni à la fin de cet article (et dans la colonne Agenda). Rappelons que cet évènement SCE Live, en avant-première de Supply Chain Event, réunit sur un même plateau TV Florent Boizard, directeur de la BU Reflex Solutions chez Hardis Group, Frédéric Zielinski, directeur de la BU Europe de Savoye, Fabienne Cêtre, directrice commerciale France chez Manhattan Associates, et Yacine Zeroual, directeur Europe du Sud de FuturMaster. Le débat, autour des évolutions provoquées ces derniers mois en matière de priorités et de conduite de projets dans le domaine de la transformation digitale de la Supply Chain des entreprises, sera animé par Jean-Luc Rognon, rédacteur en chef de Supply Chain Magazine.

Pour s’inscrire gratuitement sur Supply Chain Event (et recevoir le lien pour la table ronde webinar du 22 septembre), cliquez ici


 
 
 
Digitalisation transport
Sennder rachète l’activité européenne d’Uber Freight

Après l’acquisition en juin dernier du français Everoad (voir NL 3150), la plate-forme digitale allemande de transport de marchandises Sennder continue son marché sur le Vieux Continent en rachetant l’activité de fret européen d'Uber, lancée en 2017 et basée à Amsterdam. Parallèlement à cette opération, réalisée par échanges d’actions, Uber et Sendder nouent aussi un partenariat commercial pour développer conjointement leurs solutions digitales pour les marchés européens et nord-américains via un programme de recommandation croisée vis-à-vis de leurs clients expéditeurs à la recherche d’un service de courtage en fret. Tom Christenson, l’actuel DG Europe d’Uber Freight, va devenir le directeur des opérations de Sennder. L’effectif de la société berlinoise, présente dans 7 pays, dépassera les 500 salariés, avec un volant d’activité de plus de 50 000 chargements par mois à sur 31 pays, via plus de 10 000 véhicules de PME du transport. JLR

 
   
 

Avec le rachat des activités européennes d’Uber Freight, le volume d’activité de Sennder porte sur plus de 50 000 chargements par mois sur le Vieux Continent.

Crédit photo Sennder
 
 
 
Gestion du transport
ControlPay passe dans le giron de Transporeon

Et une nouvelle opération de croissance externe pour Transporeon ! Moins de deux semaines après l’acquisition du spécialiste de la visibilité transport temps réel Sixfold (voir NL n° 3187), la plate-forme collaborative Transporeon a annoncé le rachat de la société ControlPay. Une opération qui va permettre à l’éditeur allemand d’accroître son offre de services numériques avec des solutions de bout-en-bout intégrant des étapes automatisées de traitement et d’analyses des factures transport. Créée en 2002 aux Pays-Bas, comptant plus de 275 collaborateurs avec des bureaux aux Etats-Unis, au Brésil, en Espagne, en Allemagne, en Ukraine et en Asie, Control Pay est une entreprise d’audit et de paiement de fret dont la plateforme web permet notamment de faire de la facturation automatique et du contrôle de facturation sur la base des ordres de transport provenant des ERP ou des TMS. A noter que plus d’un tiers des utilisateurs de ControlPay font déjà partie du portefeuille clients de Transporeon. « C'est un complément idéal à notre portefeuille de services dans les domaines des appels d’offres et achats, de l’exécution des transports avec des données temps réel et des informations sur le marché ainsi que des services de traitement », souligne Stephan Sieber, CEO de Transporeon. AD

 
   
 

De gauche à droite : Stephan Sieber et Bram Wegh, respectivement CEO de Transporeon et de ControlPay.

Crédit photo Transporeon
 
 
 
GWSCL 2020
Entretien avec Lisa Ellram (Miami University)


Lisa Ellram, professeure de Supply Chain Management à l’Université de Miami

Dans le cadre de la première édition de l’évènement Global Women Leaders in Supply Chain organisé à l’initiative de B2G Consulting (voir NL 3179), nous vous proposons d’en apprendre un peu plus chaque jour sur l’une des 100 candidates à ce classement mondial des « 100 femmes leaders les plus influentes en Supply Chain ». Rappelons que la cérémonie des trophées, en distanciel, aura lieu le 24 septembre à 19h00 heure de Paris. Dans une interview réalisée en anglais par B2G Consulting, Lisa Ellram, professeure de Supply Chain Management à l’Université de Miami, retrace l’évolution de son parcours professionnel (elle a commencé dans la comptabilité et l’analyse financière) et nous communique sa passion pour l’enseignement et le SCM.

Pour lire l’interview de Lisa Ellram, cliquez ici Pour voir la liste des 100 femmes leaders les plus influentes en Supply Chain, cliquez ici Pour s’inscrire à la cérémonie des trophées du GWSCL, cliquez ici

 
 
 
Transformation digitale
La smart finance intéresse l’industrie agroalimentaire

Dans un récent livre blanc intitulé « Relever le défi : le rôle du financement intelligent dans la transition du secteur mondial de l'alimentation et des boissons vers la nouvelle normalité économique », Siemens Financial Services (SFS) s’est penché sur les besoins mondiaux en investissements dans l’industrie alimentaire visant à se doter de technologies agiles (automatisation, numérisation et modernisation) face aux nouveaux défis de flexibilité et de résilience soulignés par les effets de la crise sanitaire. Selon la filiale de Siemens AG, le montant total des investissements dans ce secteur, sur une période de cinq ans (2020-2024) approche les 570 Mds US$, dont 343 Mds en Chine, 36 Mds aux Etats-Unis, 20 Mds au Japon, 9,7 Mds en Espagne, 9,2 Mds en Allemagne et 7,7 Mds en France. SFS conseille aux entreprises concernée de diversifier leurs sources de financement, en préservant les relations prêteur/emprunteur existantes et en cherchant d’autres voies du côté de la « Smart Finance » pour garantir les lignes de crédit. « La Smart Finance permet des investissements durables sur la base de résultats opérationnels visés, clairement définis, pour les fabricants du secteur Food & Beverage qui souhaitent accéder à des technologies et services adaptés, tout en bénéficiant de l’expertise d’un bailleur de fonds spécialisé » explique Thierry Fautré, le président de Siemens Financial Services France. Egalement désigné sous le vocable de Finance 4.0, ce nouveau modèle de financement, proposé par certains fournisseurs d’équipements et de technologies via des bailleurs de fonds spécialisés, s’appuie sur des techniques de gestion des flux de trésorerie aidant à maximiser le fonds de roulement disponible en ajustant le taux de rendement attendu des investissements sur les résultats commerciaux de l’entreprise. JLR

 
   
 

Selon Siemens Financial Services, le besoin total des investissements dans le secteur alimentaire et boissons, entre 2020 et 2024, approche les 570 Mds US$ au niveau mondial, dont 7,7 Mds en France.

Crédit photo DR
 
 
Chimie pharmacie
Marceau soigne les process intralogistiques chez Merck

Le laboratoire pharmaceutique Merck a fait appel à la société Marceau pour l’optimisation de ses méthodes et outils de conditionnement sur son site de production de Meyzieu (69), qui fabrique notamment la Metformine, un médicament contre le diabète. Le spécialiste en intralogistique est notamment intervenu pour résoudre un problème de qualité lors du conditionnement et du stockage des big-bags de principes actifs. Situé en zone saine de type ISO8-Classe D, l’atelier de conditionnement est équipé de convoyeurs à rouleaux qui transportent les big bags sur des palettes en plastique pour passer d’un atelier à l’autre. Après conditionnement, ces palettes et leur charge étaient ensuite évacuées via un sas, puis retournaient à leur point de départ. Pour éliminer tout risque de contamination, Marceau a proposé d’évacuer uniquement les big-bags, directement sur des convoyeurs à bandes modulaires, grâce à une potence motorisée. Ainsi, les palettes plastique ne sortent jamais de la salle de conditionnement. L’entreprise est également intervenue dans l’optimisation du processus de palettisation et de cerclage des fûts et des big bag, avec dépilage automatique des palettes ainsi que dans la création le long du bâtiment d’un tunnel de stockage en température dirigée d’une capacité de 40 palettes, avec gerbeur automatique en entrée. JLR

 
   
 

Marceau est notamment intervenu sur le site de production de Merck à Meyzieu pour repenser certains processus liés au conditionnement des big bags et des fûts de principes actifs.

Crédit photo DR
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Pays-Bas
Nabuurs fait évoluer ses process logistiques avec Reflex

Dans le cadre d’un nouveau schéma directeur informatique visant à soutenir la croissance de la société, le prestataire logistique néerlandais Nabuurs a fait le choix de s’équiper du WMS Reflex, de l’éditeur français Hardis, dans certains de ses entrepôts. L’objectif principal était que les équipes du 3PL spécialisé dans les PGC gagnent en autonomie sur l’évolution de ses processus intralogistiques, notamment pour traiter les flux e-commerce. La première migration a été effective en janvier 2020 sur l’entrepôt de Heijen, connecté par un système mécanisé au site de production de son client, Essity (produits d’hygiène). Elle a été suivie début juin 2020 par la mise en place de Reflex WMS dans un petit entrepôt de 3 800 m², situé à Haps. Un troisième site multi-clients et multi-activités devrait basculer d’ici à la fin de l’année. A noter que le 3PL compte également mettre en œuvre la solution d’inventaire par drone Eyesee développée par Hardis. JLR

 
   
  D’ici la fin de l’année, Reflex WMS de Hardis équipera trois des 14 entrepôts du 3PL néerlandais Nabuurs.  
 

Etats-Unis
Amazon recrute 100 000 personnes en Amérique du Nord

La direction d'Amazon a décidé de recruter 100 000 collaborateurs supplémentaires aux Etats Unis et au Canada pour assurer la livraison rapide des colis des fêtes de fin d'année, sachant que la demande en e-commerce s'accélère au moment de Thanksgiving. Ces embauches font suite à une vague de créations d'emplois: 100 000 en mars, 75 000 en avril, 33 000 déjà en septembre. Pendant la pandémie de COVID, les clients ont multiplié les achats en ligne et le groupe de Seattle aura recruté au final plus de 300 000 personnes pour les satisfaire. Amazon répond ainsi à une montée en puissance de ses ventes de 40%, à 88,9 Mds de $ au cours du deuxième trimestre et à une accélération attendue cet automne. Cent nouveaux sites vont donc être ouverts, pour assurer la distribution, le tri et les livraisons des commandes. Ils s’ajouteront aux 75 centres inaugurés pendant l'épidémie. CCT

 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jl.rognon@info6tm.com

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
m.rabiller@info6tm.com

Armindo Dias

Chef de rubrique
Tel. : 01 81 69 80 02 a.dias@info6tm.com
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 06 81 35 79 03
p.tesson@info6tm.com
Pour modifier vos coordonnées, merci de mettre à jour le formulaire en cliquant ici
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Tour Maine Montparnasse - Cedex 189 33, avenue du Maine 75015 PARIS
 
16 septembre 2020


septembre 2020

Mardi 22
Table ronde / webinar avec Futurmaster, Hardis, Manhattan Associates, Savoye
Le digital, un ressort d’agilité pour rebondir
11h – 12h15


octobre 2020

Jeudi 15
Supply Chain Leaders Webinars
Webinar Fleury Michon : Accélérer le niveau de service et la croissance


novembre 2020

Mardi 17
et mercredi 18 Supply Chain Event
Save the date !
9h-20h
Paris Porte de Versaille
Pavillon 5.1

Mardi 24
au jeudi 26
TRANSPORTS and LOGISTICS MEETINGS 2020
Cannes – Palais des Festivals et Congrés

Découvrez le dernier numéro et abonnez-vous !


Spécial dossier AUTOMATISATION


Feuilletez la version 2020 de l’Annuaire de la Supply Chain


 


Pour ne plus recevoir la newsletter, suivez ce lien