Si le message s'affiche mal, visualisez la page en ligne
N°3158
Secteur pharmaceutique
Les pistes du gouvernement pour relocaliser les industries de santé

Le ministre de la Santé Olivier Véran et la secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances Agnès Pannier-Runacher ont présenté hier le plan d’action du gouvernement pour la relocalisation des industries de santé en France, à l’occasion de la réunion du comité stratégique de la filière (CSF). La stratégie de reconquête de la souveraineté industrielle et sanitaire de la France évoquée le 16 juin par le président de la République lors de sa visite de l’usine Sanofi de Marcy l'Étoile (69), passe notamment par le développement de nouvelles capacités de fabrication. Pour ce faire, un appel à manifestation d’intérêt (AMI), doté en 2020 de 120 M€ par le PIA (Programme d’investissements d’avenir), vient d’être publié pour identifier les projets d’investissements « qui permettront de faire croître très rapidement la production de médicaments impliqués dans la prise en charge des patients atteints de la COVID-19 ». Par ailleurs, le gouvernement a rendu public le rapport commandé à Jacques Biot en novembre 2019 sur les pénuries de médicaments essentiels, qui a été finalisé avant le confinement, en février 2020. C’est sur la base des recommandations de ce rapport très technique de 72 pages que le CSF des « Industries et Technologies de Santé » va maintenant s’attacher à recenser les projets industriels pouvant faire l’objet de relocalisations (sur le sol français ou européen), en prenant en compte, outre la faisabilité socio-économique, de critères tels que les externalités environnementales et sociales ou l’éligibilité aux mesures de soutien nationales et européennes. La première illustration de cette démarche est l’initiative menée avec Seqens, Upsa et Sanofi pour que d’ici 3 ans, pour que la France soit en mesure de produire les principes actifs, conditionner et distribuer du paracétamol. JLR

Pour consulter le rapport de Jacques Biot sur les pistes stratégiques visant à réduire les pénuries de médicaments essentiels, cliquez ici.

 
   
 

Le président de la république Emmanuel Macron, en visite sur le site Sanofi de Marcy L'Etoile le 16 juin dernier.

Crédit photo DR / Elysée.gouv
 
 
 
Omnicanal
Monsieur Chaussure externalise sa logistique chez L4 Logistics

Le logisticien du sud francilien L4 Logistics a signé une nouvelle référence e-commerce en prenant en main la logistique de Monsieur Chaussure. C’est même d’une prestation omnicanale puisqu’il s’agit à la fois de servir les clients online et d’approvisionner les deux boutiques-cordonneries parisiennes de cette enseigne haut de gamme spécialisée dans l’entretien de la chaussure, créée en 2012. Jusque-là, Monsieur Chaussure avait géré sa logistique en propre, mais l’un des enjeux de cette externalisation est d’étayer ses ambitions de développement en B2B et en B2C en France et en Europe en misant sur la qualité du service. « Nous avons une clientèle exigeante. Nous nous devons de les satisfaire en leur apportant un service premium. Fort de ce constat, nous avons choisi de travailler avec L4 Logistics qui a su nous proposer des solutions sur-mesure en appréhendant les facteurs logistiques clés de notre business model (rapidité de mise en ligne de nos produits, respect de notre promesse client premium, parfaite gestion des stocks,...). Le tout en s’attachant à trouver des solutions offrant un excellent rapport qualité/prix », indique Charles Bellanné, fondateur et dirigeant de Monsieur Chaussure. Qu’il s’agisse de cirages, de brosserie, d’accessoires… et même de chaussure (« soulier », diront les passionnés), ce spécialiste mise sur une offre pointue, avec des produits de fournisseurs français ou allemands. Et leur entreposage et la préparation des commandes s’opèrent désormais sur l’un des sites de L4 Logistics, concentrés en Essonne. « Nos solutions répondent aux enjeux clés d’un acteur comme Monsieur Chaussure : une parfaite maîtrise de la gestion de stocks, une personnalisation ultra-poussée des commandes. La clientèle ne doit en aucun cas être déçue de son achat et de sa livraison », ajoute Christophe Biron, le directeur commercial et marketing de L4 Logistics. MR

 
   
 

Le partenariat tissé entre Monsieur Chaussure et L4 Logistics porte sur les opérations e-commerce et l’approvisionnement de ses deux boutiques-cordonneries parisiennes, ici celle de Mirosmesnil.

Crédit photo Monsieur Chaussure
 
 
 
Nomination
Un nouveau directeur commercial Software chez Savoye

Le successeur d’Evelyne Raynaud (partie chez Exotec, voir NL 3151) au poste de directeur commercial Software de la BU Europe de Savoye s’appelle Fréderic Bouchet. Il était déjà dans l’entreprise depuis septembre 2018 au poste de responsable des activités commerciales de support aux clients (Customer support business manager). Diplômé de l’INSEEC Bordeaux, Fréderic Bouchet a commencé sa carrière chez l’éditeur CCMX / Cegid, où il est resté 9 ans, en passant d’ingénieur commercial, à directeur d’agence puis à directeur du développement national des ventes PME. Il a ensuite travaillé pendant 4 ans chez Capgemini Consulting en tant que consultant, avec notamment un domaine d’expertise autour du modèle Saas, avant de rejoindre SFR Business, chez qui il est resté 10 ans à des postes de direction des ventes et de services clients. Dans le cadre de la récente réorganisation de Savoye et de la réunion de ses activités software pour la supply chain et technologies d’intralogistique sous une marque unique (la gamme Advanced Software), Fréderic Bouchet a notamment pour mission de piloter le développement commercial au Benelux, en France, en Italie et au Moyen-Orient mais également de poursuivre et d’intensifier les efforts en matière d’amélioration continue du service rendu aux clients. L’une de ses premières décisions depuis sa prise de fonction il y a un mois a d’ailleurs été la mise en place d’une fonction de Customer Success Manager, dont le rôle sera « d’assurer un haut niveau de compréhension et de satisfaction des clients en toutes circonstances ». Son équipe est composée de 25 collaborateurs chargés du développement commercial des logiciels, du support aux clients ainsi que du bon développement des applications et des évolutions fonctionnelles. Rappelons que Savoye compte 760 collaborateurs dans le monde et a réalisé en 2019 un CA de 130 M€. JLR

 
   
 

Frédéric Bouchet a été nommé directeur commercial Software de la BU Europe de Savoye.

Crédit photo Savoye
 
 
 
Prestataire logistique
Dachser étoffe ses capacités près de Cholet

Le prestataire transport et logistique Dachser ouvre un nouvel entrepôt à Cholet, en Maine-et-Loire, à une dizaine de km de son pôle et siège national de La Verrie, en Vendée. Ce nouveau site de 7 800 m² ajoute en local une capacité de stockage de 8 600 palettes à mettre à profit pour soutenir le développement de l’activité que le groupe connait depuis quelques années sur la région Ouest. Présenté comme une extension du site de la Verrie, la nouvelle implantation va contribuer à renforcer la gamme de prestations qu’a développé ce pôle depuis une vingtaine d’années pour des acteurs de la chaussure, du textile ou de certains secteurs industriels, qu’il s’agisse de réception de marchandises avec contrôle de qualité associé, d’entreposage, de préparation de commandes de détail ou de services à valeur ajoutée de co-packing, d’étiquetage ou de personnalisation pour le e-commerce. Au total, les agences et sites logistiques Dachser sur cette zone totalisent plus de 200 collaborateurs, et les moyens de transport associés assurent pas moins de 48 départs quotidien à destination du réseau européen du groupe (qui couvre 37 pays avec près de 400 sites logistiques). La formule illustre l’imbrication des métiers de la logistique contractuelle et du transport international qui porte le développement de l’entreprise. Pour les 5 prochaines années, Dachser La Verrie entend justement « se concentrer sur les activités transport qui se développent à l’export et des nouvelles solutions, notamment pour le transport de produits alimentaires à température ambiante », indique le communiqué. MR

 
   
 

Dachser s’est installé sur un site de 7 800m² à Cholet, se dotant ainsi d’une capacité de stockage supplémentaire de 8 600 palettes dans la zone.

Crédit photo Dachser
 
 
 
Auto ID
Datalogic parie sur l’automatisation et l’IA avec AWM Smart Shelf

Le fabricant d’équipements d’acquisition automatique de données Datalogic est entré au capital de la société californienne AWM Smart Shelf, spécialisée dans les technologies de vision pour le retail. En combinant plusieurs technologies (petites caméras situées dans les étagères, afficheurs dynamiques en bordure de rayonnages, intelligence artificielle, apprentissage automatique, applications d’ingénierie), celle-ci propose des solutions pour points de vente qui permettent d’automatiser les encaissements (AWM Frictionless Shopping) et les inventaires (Aii). L’entreprise a aussi développé des systèmes dédiés à la création digitale de planogrammes et à l’analyse visuelle du comportement des consommateurs, avec création de rapports via un moteur ad hoc (Retail Analytics Engine RAE). « Cet investissement vise à suivre les tendances émergentes sur le marché du retail, souligne Datalogic. L’accent est mis principalement sur les solutions d’inventaire automatisé, Aii, et l’encaissement sans caisse, AWM Frictionless Shopping. Il s’agit des deux challenges les plus pertinents pour améliorer l’efficacité des détaillants d’une part et la fluidité de l’expérience client d'autre part. » Datalogic entend ainsi demeurer à la pointe de la technologie dans le secteur du retail, où il a notamment contribué au déploiement des premiers scanners de caisse de l’histoire. AD

 
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Belgique
Le Port d’Anvers va orchestrer un projet de SC agile et durable

Disposant d’un budget de 7,3 M€, dont 6,8 M€ financés jusqu’en novembre 2023 par le programme européen Horizon 2020, le projet ePIcenter a été lancé le 17 juin sous la coordination du Port d’Anvers. Cet acronyme signifie Enhanced Physical Internet-Compatible Earth-frieNdly freight Transportation answER. L’objectif est ambitieux : créer des solutions logicielles interopérables, basées sur le cloud et utilisant de l’IA, pour permettre une meilleure coopération des acteurs du commerce mondial et des autorités internationales avec les ports, les logisticiens, et les compagnies maritimes. Il s’agit notamment d’avoir une capacité de réaction agile en cas de crises politiques, économiques ou climatiques affectant les voies maritimes en usage. A noter que ce projet pour une supply chain pérenne est emmené par un consortium de 36 acteurs européens comprenant des instituts scientifiques, des consultants, des entreprises technologiques, des ports, des transitaires, des chargeurs et logisticiens… mais pas un seul partenaire français. JLR

 
 

Japon
Les entreprises nippones adeptes de la stratégie
« Chine+1 »


72% des groupes japonais ont apparemment l’intention de revoir leur supply chain, selon un sondage réalisé par Nikkei, émanation de la bourse de Tokyo, du 25 au 28 mai auprès de 132 entreprises. Elles seraient 57,1% à avoir déjà pris la décision de diversifier leurs sourcing pour ne plus acheter dans un seul pays, en l’occurrence la Chine. C’est la fameuse stratégie qu'on appelle "Chine +1" (China Plus One), qui a gagné en popularité depuis la guerre des tarifs douaniers entre les Etats-Unis et la Chine. Et l'épidémie de coronavirus, avec les ruptures de livraison liées à fermeture de la province du Hubei, n'a fait que renforcer cette volonté de diversification du sourcing au Japon. Rappelons que le gouvernement japonais a prévu dans son plan de relance un investissement de 220 Md¥ (environ 1,9 Md€) pour encourager les industriels japonais à relocaliser leurs productions vers le Japon ou d'autres pays d'Asie, tels le Vietnam, Singapour, la Malaisie, Taiwan...La Chine reste une source d'approvisionnement majeure, mais les industriels ne veulent plus dépendre d'un seul pays. CCT

 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias

Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 06 81 35 79 03
philippe.tesson@scmag.fr
Pour modifier vos coordonnées, merci de mettre à jour le formulaire en cliquant ici
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
19 juin 2020


juin 2020

Dassault SystèmesDELMIA
WEBINAIRE : Comment adapter sa planification industrielle pendant et après une crise ?
connectez-vous !

SIMCO
Participez à nos webinaires dédiés aux thèmes de la Supply Chain

Mardi 23
Webinaire
Réussir la transformation S&OP vers la planification intégrée d’entreprise ( IBP )
11h-12h
Organisé par BOARD & SUPPLAÏ

Mardi 23
au vendredi 26

Digital SITL
4 journées de webconférences

Mardi 30
Webinaire Blue Yonder
Prévoir et anticiper les variations de la demande avec l’IA
11h-12h


septembre 2020

Mardi 15
au jeudi 17
Paris Retail Week 2020
9h-20h
Paris Expo Porte de Versailles
Pavillon 7.2


novembre 2020

Mardi 17
et mercredi 18 Supply Chain Event
Save the date !
9h-20h
Paris Porte de Versaille
Pavillon 5.1

Découvrez le dernier numéro et abonnez-vous !


Feuilletez la version 2020 de l’Annuaire de la Supply Chain


 


Pour ne plus recevoir la newsletter, suivez ce lien