Si le message s'affiche mal, visualisez la page en ligne
N°3136
 
Relocalisations en France : virage ou mirage ?

C’est une évidence, cette crise sanitaire mondiale a été un révélateur de la grande dépendance du pays vis-à-vis de la Chine en matière de produits finis comme de composants. Il y a là forcément matière à réflexion pour nos entreprises et nos politiques. Comment repenser nos schémas de production et d’approvisionnement, le plus souvent basés sur des critères de massification et d’optimisation du coût du travail, pour réduire les risques de blocage de la supply chain ? Depuis quelques mois, à peu près tous les consultants s’accordent miraculeusement pour dire que le système « marchait sur la tête », qu’il faut raccourcir les circuits d’approvisionnement, en rapprochant les usines des consommateurs désormais prêts à payer un peu plus cher pour une production locale (c’est le cas dans l’agroalimentaire). Le thème de la relocalisation permet même à Arnaud Montebourg, l’ancien ministre du redressement productif de François Hollande reconverti dans le business « made in France », de faire son grand retour médiatique. Mais la réalité risque de mettre à mal cet élan collectif de patriotisme industriel, du moins dans un avenir proche. D’abord parce qu’il existe encore un différentiel conséquent du coût du travail entre les pays d’Asie et ceux d’Europe de l’Ouest. Ensuite parce que les grands groupes français auront toujours un intérêt à conserver des usines à proximité des bassins de consommation asiatiques (Chine, Inde, Indonésie), et que relocaliser en France implique, d’autant plus dans un contexte de crise économique, de pouvoir investir fortement dans l’automatisation pour ne pas (trop) augmenter le coût des produits. Sans oublier le problème lié à la perte de compétences de la France, depuis des années, sur certains processus industriels pointus. Sans doute que cette démarche aboutira, avec l’appui du gouvernement, à quelques relocalisations sur le territoire français dans des secteurs comme la pharmacie et les équipements médicaux. Pour le reste, la plupart des experts de notre communauté tablent sur une plus grande fragmentation et « régionalisation » des schémas d’approvisionnement mondiaux avec le passage d’un monosourcing guidé par la massification économique vers un multisourcing orienté résilience. Et cette évolution, qui prendra du temps, devra être arbitrée en fonction du caractère stratégique et de la valeur ajoutée de chaque produit ou composant. Ainsi, cette mondialisation régionalisée devrait plutôt ouvrir de nouvelles perspectives à des pays comme la Pologne, la Roumaine, la Turquie ou le Maroc… ainsi qu’à tous les cabinets de conseil en supply chain !
Jean-Luc Rognon

 
 
 
e-commerce
Amazon France reprend sa préparation de commandes dès demain

Après avoir annoncé la semaine dernière une nouvelle prolongation de la suspension temporaire d’activité de ses centres de distribution en France jusqu’au 18 mai inclus, la direction d’Amazon France est finalement parvenue à un accord vendredi 15 mai avec les organisations syndicales sur les conditions de sécurité et la reprise progressive de l’activité de préparation de commandes dans ses six entrepôts à partir de demain. Sur la base du volontariat et après une journée de formation aujourd’hui, les opérateurs pourront reprendre le travail lors d’une première vague, entre demain et le 25 mai, où l’effectif maximal sera palfonné à 50%. Cette limite passera à 80% sur la deuxième vague, entre le 26 mai et le 2 juin et la reprise de 100% de l’effectif est prévue à partir du 3 juin. Durant toute cette période de reprise, Amazon France maintiendra la rémunération à 100% des non volontaires et revalorisera de 2€ par heure travaillée le salaire des opérateurs présents jusqu’au 31 mai. Quelques ajouts ont été faits aux mesures barrières déjà existantes dans les entrepôts, notamment la distribution de flacons de gel individuels, de gants de protection et l’augmentation de la fréquence de distribution de masques. Par ailleurs, Amazon a accepté de réduire de 15 minutes les horaires journaliers (qui restent payés sur la durée initiale), entre le 26 mai et le 10 juin, pour permettre le croisement des équipes en toute sécurité sanitaire en fin de matinée et en début d’après-midi. Le principe du recours à une expertise extérieure pour appuyer les CSE dans leurs analyses a également été accepté, en vue d’une consultation formelle sur les conditions de reprise d’activités dont la date n’a pas encore été annoncée. De son côté, le syndicat Sud-Solidaires a demandé au tribunal judiciaire de Nanterre de lever la restriction de l’activité d’ Amazon France aux seuls produits essentiels. JLR

 
 
 
Emballages réutilisables
LivingPackets industrialise sa Box avec Europe Technologies

Concepteur d’un emballage e-commerce intelligent et réutilisable, LivingPackets annonce la mise en œuvre d’une ligne de production de sa solution The Box susceptible d’en produire jusqu’à 100 000 par an. C’est au sein de son centre de R&D installé à Nantes que la start-up va installer à partir de juillet prochain une chaîne de montage semi-automatisée conçue avec Europe Technologies, qui alliera notamment des équipements robotiques et de soudage thermoplastique. Également ancré en région nantaise, mais implanté jusqu’aux États-Unis ou en Chine, ce dernier est justement spécialisé dans la conception et la réalisation de moyens industriels innovants pour de nombreux secteurs industriels. « Depuis que nous avons commencé à développer The Box il y a près de 4 ans, nous avons utilisé une approche évolutive pour améliorer notre solution et notre service aussi souvent que nécessaire. Europe Technologies nous aide à construire une ligne de production agile et évolutive, capable de s’adapter aux contraintes du marché et à la demande de nos clients », indique Denis Mourrain, co-fondateur et responsable de la production de LivingPackets. La nouvelle installation devrait entrer en production dès septembre afin de soutenir le développement de sa formule éco-responsable de « packaging as a service », testée l’an dernier dans le cadre de pilotes fructueux avec des acteurs comme Orange ou Cdiscount (voir NL 3015), et désormais déclinée en deux formats (voir NL 2992). Et si cette première ligne de production est susceptible d’être étendue à l’avenir, l’idée est aussi de pouvoir implanter des capacités au plus près des besoins et des futurs grands utilisateurs de The Box. Pourquoi pas en Allemagne, autre marché particulièrement ciblé par LivingPackets, vu que la proportion de retours en e-commerce y est bien plus élevée que dans l’Hexagone, et plaide d’autant plus pour ce principe d’un emballage réutilisable et traçable ? MR

 
   
 

La ligne de production semi-automatisée dont LivingPackets va se doter cet été à Nantes lui permettra de produire jusqu’à 100 000 The Box par an.

Crédit photo LivingPackets
 
 
Prestataire logistique
K+N de nouveau certifié IATA CEIV Pharma

Le 3PL Kuehne + Nagel annonce que l’ensemble de son réseau de transport aérien de produits de santé KN PharmaChain a décroché une nouvelle certification IATA CEIV Pharma (Center of excellence for independent validators in pharmaceutical logistics), qui définit des normes de qualité en matière de transport de produits pharmaceutiques. Elle lui avait déjà été accordée en 2017 et concerne aujourd’hui les 94 sites mondiaux de son réseau KN PharmaChain. Dans ces derniers, la sécurité des marchandises repose notamment sur un système de gestion documentaire qui gère toutes les procédures opérationnelles et un outil web d’évaluation des risques à tous les niveaux opérationnels. Pendant le transport, les marchandises peuvent en outre être suivies en temps réels grâce à l’utilisation de capteurs, les équipes Pharma CareTeam pouvant intervenir de manière proactive en cas de nécessité 24 h/24, 7 j/7 et 365 j/an. AD

 
   
 

Le réseau KN PharmaChain comprend 94 sites dans le monde.

Crédit photo Kuehne+Nagel
 
 
Messagerie express
FedEx Express prestataire de poids dans la lutte anti-Covid

Ces derniers mois, l’acheminement de matériels et équipements médicaux liés à la lutte contre le coronavirus ont particulièrement mobilisés FedEx Express, branche transport express international du groupe Fedex. Depuis le 1er février, l’expressiste a transporté à travers le monde 17 100 tonnes d’équipements de protection individuelle, pouvant s’appuyer pour cela sur une flotte de 675 avions cargos à même de réaliser des vols intercontinentaux entre la Chine et l’Europe ou la Chine et les Etats-Unis. Il a ainsi récemment été sollicité par les autorités françaises pour contribuer à l’acheminement de 9 millions de masques de protection pour alimenter le circuit de distribution destiné aux PME. « La situation de crise a généré une demande accrue de transport de marchandises par voie aérienne de l’Asie vers l’Europe, souligne Jean Muls vice-président Air Hub Opérations Europe chez FedEx Express Au mois d’avril, nous avons augmenté de près de 50 % nos vols entre l’Asie et nos différents hubs en Europe, dont principalement CDG. » Autres opérations majeures réalisées dernièrement par FedEx Express, l’expédition de 300 000 masques pour un hôpital de campagne temporaire à Madrid et l’expédition d’équipements respiratoires des Pays-Bas vers huit hôpitaux du nord de l’Italie. Cinq livraisons sont par ailleurs en cours avec l’ONG Direct Relief, totalisant 4 millions de masques de la Chine vers les États-Unis. AD

 
   
 

Les masques de protection ont représenté 45 % des 17 100 tonnes de marchandises transportées par FedEx Express dans le cadre de la lutte contre le Covid-19.

Crédit photo FedEx Express
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Allemagne
Rewe opte pour un nouvel entrepôt automatisé par Witron

C’est à l’été 2022 que devrait entrer en opération le nouveau centre de distribution automatisé que va réaliser Witron pour le géant allemand de la distribution alimentaire Rewe. Situé à Henstedt-Ulzburg, au nord de Hambourg, le futur site de 86 500 m² est destiné à approvisionner plus de 350 supermarchés de l’enseigne répartis dans le nord de l’Allemagne (sachant que Rewe Group en compte quelque 3 300 sous cette enseigne outre-Rhin). Les flux traités sur place concerneront plus de 12 000 références en PGC frais et sec, et le nombre de colis préparés pourra atteindre jusqu’à 165 000 par jour, en période de pic. Maitre d’œuvre de l’installation de la phase de conception jusqu’à sa réalisation, Witron va comme à son habitude pousser très loin le curseur de l’automatisation en associant ses solutions OPM (Order Picking Machinery), DPS (Dynamic Picking System), CPS (Car Picking System), et DPP (Display Pallet Picking). La facture se chiffrerait en dizaines de millions d’euros, au bas mot. « Les raisons de cet investissement ont été des facteurs à la fois écologiques, ergonomiques et économiques, déclare Matthias Bähr, CEO Logistics - National Supply Chain de Rewe. Cela amènera un haut niveau de rentabilité et d’économies sur toute notre Supply Chain ainsi qu'une garantie à long terme d’un approvisionnement d’excellente qualité de nos supermarchés, même en temps de crise ». Dans le volet développement durable, il intègre le souci d'ergonomie des postes de travail, la réduction des émissions de CO2 grâce à une palettisation optimale des supports de charge (d’où une réduction du nombre de tournées), et le fait que la construction de l'entrepôt et du site administratif s’alignera sur les standards Gold de la DGNB (le Conseil allemand de la construction durable). Il ne s’agit pas de la première collaboration entre Witron et Rewe, puisqu’il y a une bonne demi-douzaine d’années le spécialiste de l’automatisation intralogistique avait déjà réalisé pour le distributeur un projet sur 63 000 m² près de Francfort-sur-le-Main, plus au centre de l’Allemagne, plutôt destiné à des produits à faible rotation pour une distribution à l’échelon national. MR

 
   
  La dernière génération du système OPM de Witron constituera l’élément central de sa future installation chez Rewe.

©Witron
 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias

Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 06 81 35 79 03
philippe.tesson@scmag.fr
Pour modifier vos coordonnées, merci de mettre à jour le formulaire en cliquant ici
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
18 mai 2020


mai 2020

Dassault SystèmesDELMIA
WEBINAIRE : Comment adapter sa planification industrielle pendant et après une crise ?
connectez-vous !


juin 2020

Dassault SystèmesDELMIA
WEBINAIRE : Comment adapter sa planification industrielle pendant et après une crise ?
connectez-vous !

Jeudi 04
COLIBRI
Gérez facilement votre SnOP avec le nouveau module Colibri
11h-12h


juillet 2020

Jeudi 02
Agora du SCM
9ème Gala Directeurs Supply Chain
17h30-23h45
Pavillon d'Armenonville (Paris)


novembre 2020

Mardi 17
et mercredi 18 Supply Chain Event
Save the date !
9h-20h
Paris Porte de Versaille
Pavillon 5.1

Découvrez le dernier numéro et abonnez-vous !


Feuilletez la version 2020 de l’Annuaire de la Supply Chain


 


Pour ne plus recevoir la newsletter, suivez ce lien