Si le message s'affiche mal, visualisez la page en ligne
N°3076
Omnicanal
Retail Reload veut « dépoussiérer » la RFID

Yves Curtat, dirigeant et fondateur de Retail Reload

© DR

Créée en 2012, la société française Retail Reload ne manque pas d’ambitions pour 2020. « Nous devrions bientôt signer un contrat avec une grosse chaîne de magasins en Inde, et depuis notre retour du Big Show de la NRF à New York en janvier, notre carnet de bal est plutôt bien rempli », se réjouit Yves Curtat, son dirigeant et fondateur. La start-up commercialise auprès des acteurs retail du monde de la mode une solution complète de gestion de stocks en boutique et en entrepôt reposant sur une suite logicielle en mode cloud, des applis mobiles sous Android et des lecteurs, capteurs et portiques RFID. Elle comprend aussi un moteur de sérialisation pour attribuer un identifiant unique à chaque produit sur les tags RFID directement chez les sous-traitants de ses clients (le plus souvent en Asie). « Notre objectif est de dépoussiérer cette techno RFID qui a tellement plus de potentiel que de compter rapidement les produits. Ce que nous proposons, c’est le tracking unitaire en temps réel, dans une base de données unique et centralisée au niveau de l’enseigne, du statut de chaque produit en entrepôt et en magasin (réception, mise en rayon, réserve, surface de vente, cabine d’essayage, mise en rangement, vente, retour). Cela permet aux retailers traditionnels de traiter les ventes en ligne à partir de leurs points de vente en ayant une vision précise et maîtrisée de leur stock magasin par SKU, mais aussi grâce à nos algorithmes, de détecter les produits volés ou présentant un problème de qualité » résume Yves Curtat. Le premier grand déploiement de Retail Reload a commencé avec les plus de 80 magasins Undiz en 2016 (voir NL 2217), puis s’est étendu plus récemment aux 740 magasins de sa maison-mère Etam (déploiement en cours, à raison de 60 magasins par mois). D’autres enseignes comme Lunettes pour Tous, Jennyfer ou encore Jules (25 magasins en pilote, déploiement prévu pour 2021) ont également signé avec la start-up, qui dit gérer dans sa base plus de 100 M de mouvements produits par jour pour l’ensemble de ses clients (1 600 boutiques au total). A noter également que Retail Reload a ouvert un bureau aux États-Unis fin 2019, à Los Angeles, pour lequel elle a recruté François Baillet, ex-chef de projet RFID chez American Apparel. JLR

 
 
 
Planification
Sedapta-Osys repense sa suite logicielle S&OP

L’éditeur Sedapta-Osys s’apprête à présenter le mois prochain au CFIA de Rennes (10-12 mars) son nouveau module Demand Management (prévision des ventes), au sein de sa suite logicielle S&OP, totalement repensée. Cette dernière compte également quatre autres modules : Inventory Management, Ressource & Supply Planning, Order Promising et Web Supply Engine. Au rang des nouvelles fonctionnalités de ce nouveau module Demand Management figurent notamment quelques évolutions ergonomiques, la réalisation de différents simulations, avec la possibilité de les comparer (scénarios what-if). La filiale du groupe génois Sedapta met par ailleurs en avant le fait que cet outil repose sur sa plate-forme collaborative OSA (Orchestrator, Skillaware, Analytics) qui permet d'orchestrer les différentes technologies utilisées, du MES à la GMAO en passant par l'ordonnancement et la Supply Chain, en faisant travailler de manière transversale l'ensemble des personnes et des processus au sein d'une entreprise. « L’offre Smart Manufacturing de sedApta est innovante, modulable et collaborative. Elle a été développée dans le seul but de digitaliser, optimiser la gestion de la Supply Chain et gagner en satisfaction client » affirme Fabrice Chausserais, cofondateur et DG de Sedapta-Osys. L’entreprise, qui a connu une forte croissance de son CA en 2019 (+24%) cherche par ailleurs à recruter de nouveaux collaborateurs sur ses sites de Laval et de Lyon. JLR

 
   
 

Le module Demand Management de la suite S&OP de Sedapta-Osys repose sur sa plate-forme collaborative OSA, qui permet d'orchestrer aussi les autres outils de l’éditeur, du MES à la GMAO en passant par l'ordonnancement et la Supply Chain.

Crédit photo
 
 
 
Nomination
Nigel Rowe à la tête du développeur Mountpark pour l’Europe de l’Ouest

Le spécialiste de l’immobilier logistique XXL Mountpark a confié la direction de ses activités en Europe de l’Ouest à Nigel Rowe, nommé managing director Western Europe en début d’année. Il succède à ce poste à Ranald Hahn, personnalité bien connue du secteur, décédé mi-novembre. Ce dernier avait rejoint Mountpark en 2016, et était un familier de l’Hexagone, notamment pour avoir piloté l’implantation de Prologis sur le marché français à la fin des années 90, puis de prendre des responsabilités à l’échelle européenne. Avant d’intégrer Mountpark fin 2018 en tant que directeur du développement Europe, son successeur Nigel Rowe a d’ailleurs lui-aussi exercé pendant 11 ans chez Prologis, à Paris puis à Londres, après avoir exercé pendant trois ans dans notre capitale chez Cushman & Wakefield, entre 2004 et 2007, à la tête de l’équipe Logistique & Industrie. Dans ses nouvelles fonctions chez Mountpark, Nigel Rowe est à nouveau basé à Paris, pour diriger les opérations de l’entreprise en France et en Espagne, et développer l’activité sur le marché italien. Sur le marché français, les ambitions de Mountpark se concrétisent : son premier programme de 180 000 m² est en cours de réalisation par GSE à Meung-sur-Loire, près d’Orléans (pour une livraison à le rentrée 2020), et un deuxième d’une ampleur encore supérieure se précise près de Chartres. En octobre dernier, l’entreprise a pris position sur un foncier de 60 hectares pour y développer pas moins de 270 000 m² répartis entre trois 3 bâtiments de 120, 110 et 36 000 m² (voir NL 3013). MR

 
   
 

Nigel Rowe succède à Ranald Hahn en tant que directeur général Europe de l’Ouest de Mountpark.

Crédit photo Mountpark
 
 
Blockchain
TransChain lève 1 M€

Start-up spécialisée dans la technologie blockchain, TransChain vient de boucler sa première levée de fonds auprès d’investisseurs privés et de la Banque publique d’investissement (Bpifrance). Ce tour de financement a réuni 1 M€, qui vont permettre à la jeune pousse strasbourgeoise d’accélérer la commercialisation de sa technologie, en s’appuyant sur sa toute nouvelle infrastructure blockchain dénommée Katena (voir NL 3045), mais aussi de s’ouvrir à de nouveaux secteurs d’activités. « Nous aimerions couvrir des secteurs tels que ceux de la banque, de l’assurance et du luxe », précise Pierre Banzet, co-fondateur et CEO de TransChain. L’entreprise couvre déjà ceux de l’agroalimentaire, du e-commerce et de la logistique, notamment grâce aux partenariats qu’elle a scellé avec la société spécialisée dans le développement de solutions digitales pour la grande distribution Technology Everywhere et le cabinet de conseil Adameo. Avec ce dernier, elle a notamment travaillé à la mise en place pour le distributeur de bières House of Beer d’une solution de partage de données B-to-B entre plusieurs acteurs de la supply chain, destinée à réduire l’effet « coup de fouet » (bullwhip). Ce projet figurait parmi les candidats de la dernière édition des Rois de la Supply Chain (voir NL 3016). « Nous travaillons actuellement sur d’autres projets centrés sur la logistique et la supply chain avec Adameo », nous a confié Pierre Banzet. L’un d’eux sera centré sur le dernier kilomètre et impliquera à la fois un prestataire logistique et une collectivité territoriale. A noter aussi que la start-up souhaite intervenir sur des cas d’usages combinant blockchain et IoT. AD

 
 
Stockage rayonnage
AR Racking s’impose sur de grands projets en France

Le spécialiste des systèmes de stockage AR Racking (qui relève du périmètre de l’industriel espagnol Arania) a procédé l’an dernier à une quinzaine d’installations d’envergure dans l’Hexagone, via son bureau parisien ouvert courant 2016 (voir NL 2216). Ces projets ont été décrochés en vente directe (d’autres reposent sur ses partenaires distributeurs et intégrateurs) et concernent au minimum l’équipement d’une cellule de stockage, voire parfois bien au-delà. « Nous avons fourni des rayonnages à palettes d’une capacité de 65 000 unités à un prestataire logistique pour un site de 35 000 m² dans le nord de la France », illustre Jean-Luc Peyronnet, directeur commercial grands comptes d'AR Racking France. L’an dernier, la filiale française a aussi équipé le nouveau centre logistique du distributeur de pièces de rechange pour cars, bus et tramways CBM. Réalisé par le contractant général Idec, ce dernier est situé à Rouillon, près du Mans (12 000 m² d’entrepôt et 1 500 m² de bureaux). Pour cette installation stockant 85 000 références, AR Racking a déployé un système de rack à palettes AR PAL d’une capacité d’un peu plus de 11 800 palettes, des rayonnages cantilever pouvant stocker plus de 1 300 produits volumineux, un système de mezzanines déployé sur 1 000 m² et près de 4 000 mètres linéaires de stockage picking, ainsi qu’un système de rayonnage dynamique pour palettes AR Live Storage. Celui-ci est interfacé à une solution de convoyeur motorisé fourni et assemblé par GTSF (Global Transitique Services France). « Grâce notre usine entièrement automatisée, nous avons la capacité d’effectuer des livraisons en seulement quatre semaines après avoir décroché un appel d’offres », souligne Jean-Luc Peyronnet. AD

 
   
 

L’installation d’AR Racking pour le distributeur de pièces de rechange CBM a été déployée en 2019 sur son nouveau centre logistique, dans la Sarthe.

Crédit photo DR
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Danemark
MiR et Universal Robots investissent dans un hub robotique XXL

Avec le soutien financier de leur maison-mère américaine Teradyne, les fabricants danois de robots collaboratifs MiR et Universal Robots ont acquis un terrain de 5 hectares qui accueillera d’ici 2022 un hub de 32 000 m² dédié à la cobotique. Situé à Odense, sur l’île de Fionie au centre du Danemark, celui-ci va donner lieu à 36 M$ d’investissements et hébergera les sièges sociaux des deux entreprises (dans lesquelles Teradyne a déjà investi plus de 500 M$). Il s’agit de créer un environnement attractif pour les nouveaux talents et de disposer d’une installation en phase avec la forte croissance des deux entreprises et de leur marché. MiR a par exemple recruté 100 nouveaux collaborateurs l’année dernière et Universal Robots 280 sur 2018-2019, les deux entreprises comptant ainsi respectivement 160 et 450 salariés basés au Danemark. « Selon le cabinet ABI Research, le marché mondial du cobot devrait atteindre une valeur totale d’environ 12 Md$ en 2030 », souligne par ailleurs Jürgen von Hollen, le président d’Universal Robots. D’après la dernière enquête annuelle de l’association professionnelle Odense Robotics, 8 500 personnes travaillent à ce jour pour des entreprises danoises de robotique, et selon l’entreprise d’analyse Damvad, elles seront 25 000 en 2025. Le total des revenus des seules entreprises danoises de robotique ont augmenté de 18 % sur 2018, atteignant 995 M$ avec des exportations en hausse de 26%. AD

 
   
  Le futur hub robotique réunissant les sociétés MiR et Universal Robots ouvrira ses portes à Odense début 2022.

Crédit photo : DR
 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias

Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 06 81 35 79 03
philippe.tesson@scmag.fr
Pour modifier vos coordonnées, merci de mettre à jour le formulaire en cliquant ici
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
13 février 2020


Revivez la céremonie des rois 2020 ! Cliquez sur l’image ci-dessous et installer le lien de la vidéo.


 


Pour ne plus recevoir la newsletter, suivez ce lien