Si le message s'affiche mal, visualisez la page en ligne
N°3037
Spécial Supply Chain Event
La division Luxe de l’Oréal tire parti de la loi des grands nombres

Lors du cycle dédié à la transformation SC dans l’industrie pharma et cosmétique, le deuxième jour de Supply Chain Event (4 décembre), Annie Mercier, responsable Prévisions de la Division Luxe chez L'Oréal, a su parfaitement transmettre la passion de son métier à un public très dense, qui se prolongeait au-delà du petit muret délimitant la salle de conférence. « Dans ce projet de transformation Business Planning, il a fallu expliquer beaucoup, dépenser beaucoup d’énergie pour changer les mentalités mais ça valait vraiment la peine car nos demand planners se retrouvent désormais au coeur du business » a-t-elle déclaré lors de la séance de questions-réponses. Le projet, mis en place en s’appuyant sur les solutions de l’éditeur FuturMaster, part du constat que pour les produits dont les volumes de ventes sont faibles, il n’est pas optimal de continuer à réaliser des prévisions dans les filiales en local (80 filiales), qui donnaient lieu à quelque 687 réunions de validation par mois. Un diagramme sur le CA par pays et par marque montre bien une distribution de Pareto. Du coup, le projet de transformation fait le distinguo entre les classe A (concentrées sur quelques pays) et les autres. Pour les premiers, le process reste en local, dans l’outil Futurmaster, mais intègre désormais non seulement les ventes sell-in (aux distributeurs) mais aussi une prévision sell out (besoins consommateurs à partir du stock produit et des données marché). Dénommé So Luxe en Europe, ce projet a démarré en France en septembre et les premiers résultats viennent de tomber : +15 points en précision. L’autre volet concerne toutes les autres couples (pays, marque) où les volumes ne sont pas suffisants pour obtenir une bonne qualité de prévisions. L’idée est cette fois de centraliser le process de Demand Planning, avec deux niveaux d’agrégation dans l’outil FuturMaster. « Sur le modèle centralisé, on a amélioré notre qualité de prévision à tel point qu’on est meilleurs sur les produits catalogue, que les plus gros des pays. Et ce n’est pas parce qu’on est plus intelligents, c’est juste parce qu’on utilise la loi des grands nombres » conclut modestement Annie Mercier. JLR

 
   
 

Dans une salle archi-comble sur Supply Chain Event, Annie Mercier, responsable Prévisions de la Division Luxe chez L'Oréal a expliqué avec passion les tenants et aboutissants de son projet de transformation Business Planning.

Crédit photo JL Rognon
 
 
 

Pour participer à notre prochaine grande journée Forum des Rois 2020 du mercredi 15 janvier 2020 , inscrivez-vous dès maintenant par le biais de ce lien !

 
Spécial Supply Chain Event
Pierre Fabre convaincu par le DDMRP pour gérer les appros

Sur le salon Supply Chain Event, Christophe Rousse, directeur Supply Chain de Pierre Fabre Dermo-Cosmétique, est venu dresser le bilan de l’utilisation la méthodologie DDMRP au niveau de certains de ses processus d’appro usine et entrepôts. L’entreprise s’est posé la question dès 2014 de savoir si le modèle Demand Driven pouvait répondre à ses problématiques d’amélioration de service client et de réduction des stocks (4 500 produits finis en dermo-cosmétique, dont 30% sont renouvelés chaque année). Après une première formation au DDMRP par Carol Ptak herself (la co-fondatrice du Demand Dirven Institute), Christophe Rousse démarre en 2015 étude une d’opportunité avec le cabinet Agiléa. En 2016, il lance son premier pilote opérationnel, sur les appros en matières premières de l’usine principale (Soual), qui produit les principes actifs. « Les résultats ont été très bons, nous l’avons du coup étendu aux caisses carton mais là nous nous sommes complètement plantés, les volumes de stocks ont explosé à tel point qu’il a fallu louer des surfaces à l’extérieur » a indiqué Christophe Rousse. Que s’est-il passé ? « Pour les caisses cartons, nous avons réutilisé les même profils de buffers que ceux des matières premières, c’était là l’erreur. Il faut tenir d’un paramètre important du DDMRP, la CMJ, consommation moyenne jour, pour dimensionner le buffer » a-t-il précisé. Aujourd’hui sur cette usine, 80% des matières premières sont approvisionnées en DDMRP, les 20% restants n’étant pas éligibles (délais trop longs, achats stratégiques en fonction du cours de Bourse, etc). L’entreprise s’attaque ensuite au réapprovisionnement de l’entrepôt qui sert le marché français depuis sa plate-forme logistique centrale de Muret, près de Toulouse. Le démarrage a lieu en Big Bang en janvier 2017, pour les produits finis et articles promotionnels, à l’aide de l’outil Replenishment+ de l’éditeur américain Demand Driven Technologies. Avec le recul de trois ans, tout le catalogue France sur l’ensemble des 8 marques de Pierre Fabre Dermo-Cosmétique est désormais approvisionné sur la base de DDMRP et il n’y a eu aucune rupture de stock imputable à l’outil (3 semaines de stock en moyenne). « Nous continuons à faire des prévisions, ceux qui vous disent le contraire vous racontent des histoires, mais c’est vrai que le DDMRP sait amortir les erreurs de prévisions. Avec un niveau de fiabilité de prévisions de 70 à 75%, c’est largement suffisant pour avoir un système de réappro suffisamment réactif » a par ailleurs souligné Christophe Rousse. Un troisième projet appros s’est ouvert en avril 2019 entre l’entrepôt central et la filiale espagnole et la méthodologie est en cours de constitution pour un déploiement sur toutes les filiales européennes et l’ensemble des marques en 2020. JLR

 
   
 

Bilan convaincant de Christophe Rousse, directeur Supply Chain de Pierre Fabre Dermo-Cosmétique, sur l’utilisation du DDMRP dans les appros usines et entrepôts.

Crédit photo JL Rognon
 
 
 
Spécial Supply Chain Event
Urby songe à créer une plate-forme collaborative

Le réseau spécialiste du premier et dernier kilomètre Urby, filiale du groupe La Poste, a fait le point sur l’évolution de son offre lors du salon Supply Chain Event. « Nous réfléchissons à la création d’une plateforme de livraison collaborative pour faciliter la mise en relation de l’offre et de la demande pour les livraisons en centres-villes, ainsi qu’à rendre possible les livraisons du dernier kilomètre jusqu’à 21 heures », a déclaré Frédéric Delaval, président d’Urby et directeur du programme de logistique urbaine du groupe La Poste. L’entreprise, qui a récemment annoncé l’intégration d’ici la fin décembre d’une plateforme de réservation à son site Internet (voir NL 3034), entend par ailleurs continuer à étoffer son réseau en France. Déployé aujourd’hui sur 15 métropoles, il doit en compter 7 de plus d’ici la fin du 1er semestre 2020. « Nous travaillons avec des groupes aussi variés qu’Eram, Decathlon et Gefco », a illustré Frédéric Delaval. Le prestataire logistique Gefco est client depuis la fin 2018 et s’appuie actuellement sur ses services de stockage et livraison urbaine sur Lyon, Montpellier, Paris et depuis peu Nice. Les clients du prestataire bénéficiant du réseau de mutualisation/optimisation d’Urby incluent notamment les distributeurs et marques La Plateforme du Bâtiment et L’Oréal. « Urby nous permet de ne pas avoir à subir les contraintes de circulation en centre-ville et de répondre aux spécificités de ce marché qui est majoritairement composé de petits points de vente », a expliqué Emmanuel Kesler, le directeur transport de marchandises et logistique de Gefco France. Le logisticien a confié à ce jour 4 % de ses volumes de livraison à Urby. AD

 
   
 

De gauche à droite : Frédéric Delaval, président d’Urby et directeur du programme de logistique urbaine du groupe La Poste, et Emmanuel Kesler, directeur transport de marchandises et logistique de Gefco France.

Crédit photo A. Dias
 
 
 
Spécial Supply Chain Event
Ocean Insights va étoffer son offre avec le vrac et le RoRo

Les prochains mois seront particulièrement actifs chez le spécialiste de la traçabilité temps réel de conteneurs maritimes Ocean Insights. En plus d’annoncer prochainement l’intégration de ses données de tracking dans la solution de gestion et optimisation de transport d’un « important éditeur » grâce à la signature d’un partenariat, Ocean Insights va lancer une solution centrée sur le transport maritime de vrac et une autre le transport par navire roulier (RoRo). « Ces deux nouvelles solutions de tracking devraient être lancées courant 2020 », nous a confié sur Supply Chain Event Floriane Crickx, directrice commerciale d’Ocean Insights pour la France et l’Espagne. D’ici là, l’entreprise entend continuer à affiner la fiabilité du module prédictif d’heure estimée d’arrivée (ETA) de sa solution Container Track & Trace, notamment en exploitant des statistiques, du machine learning et des données sur les grandes tendances actuelles des flux maritimes. « Son taux de fiabilité est déjà de 95 % », souligne Floriane Crickx. AD

 
   
 

Floriane Crickx, directrice commerciale d’Ocean Insights pour la France et l’Espagne.

Crédit photo A. Dias
 
 
 
Multimodal
EDF s’engage avec VNF pour développer le transport fluvial

La semaine dernière, à l’occasion de la convention d’affaires Riverdating organisée à Liège, l’Unité de Logistique et Maintenance d’EDF et Voies navigables de France (VNF) ont signé un partenariat au terme duquel l’industriel de l’énergie s’engage à étudier systématiquement une solution fluviale et fluviomaritime pour l’ensemble de ses transports, en particulier pour l’acheminement de pièces lourdes, indivisibles et de grandes dimensions, à destination ou en provenance des sites de production, de maintenance ou de distribution d’électricité. De son côté, VNF va accompagner EDF grâce à ses outils d’aide à la décision (éco-calculateur, cartes de navigation, applications pour identifier les solutions portuaires ou pour le suivi des bateaux en temps réel) et ses dispositifs de financement utiles au développement d’installations portuaires (PARM), ou à l’adaptation des bateaux (PAMI). L’Unité Logistique et de Maintenance d’EDF prévoit par ailleurs de développer des méthodes de chargement innovantes pour améliorer la compétitivité du fluvial comme solution logistique. En 2019, l’ULM d’EDF aura réalisé environ 3 700 transports routiers conventionnels et 380 transports dits « exceptionnels », dont une vingtaine par voie fluviale. Ces derniers concernent des pièces lourdes, indivisibles et de grandes dimensions comme par exemple un rotor d’alternateur de 220 tonnes acheminé entre le site de stockage de St-Leu d’Esserent (Oise) et la Belgique. « Le réseau fluvial n’est pas saturé et pourrait, par exemple sur le bassin de la Seine, accueillir 4 fois plus de trafic qu’aujourd’hui. Il ne connait pas de congestion, même au coeur des grandes agglomérations, et permet un strict respect des délais» a souligné Thierry Guimbaud, le DG de VNF lors de la signature de ce partenariat avec EDF. JLR

 
   
 

Transbordement sur barge d’un rotor d’alternateur de plusieurs centaines de tonnes.

Crédit photo DR
 
 
 
Nomination
Segro se dote d’une DG France

Laurence Giard, directrice générale de Segro France

© Manuelle Toussaint

La foncière spécialisée en immobilier logistique & activités vient de nommer Laurence Giard à la direction de sa branche française, qui relève de la division Europe du Sud dirigée par Marco Simonetti. Segro est à la tête d’un portefeuille de plus de 1,2 M de m² dans l’Hexagone, qui mêle des entrepôts dédiés à la grande logistique, des plateformes de logistique urbaine et une série de parc d’activités, essentiellement situés sur la dorsale. Laurence Giard connaît très bien les contours et les axes stratégiques de Segro, qu’elle avait rejoint dès 2008 en tant que directrice financière Europe, avant de prendre la tête de la direction financière opérationnelle au niveau groupe. Depuis 2014, elle officiait en tant que directrice Fusions & Acquisitions à l’échelon groupe, et c’est à ce titre qu’elle avait piloté la création du fonds logistique pan-européen Segro European Logistics Partnership (SELP), ainsi que l’acquisition de deux développeurs logistiques majeurs, Vailog en Italie et Roxhill au Royaume-Uni, puis la prise de participation dans la société Sofibus Patrimoine. C’est d’ailleurs Vailog qui a été à la manœuvre pour le développement de l’emblématique plateforme à deux niveaux Air² de Gennevilliers, désormais occupée par Ikea et Leroy-Merlin, ainsi que pour plusieurs opérations en région lyonnaise. Laurence Giard conserve ses fonctions en matière de fusions/acquisitions, auxquelles s’ajoute la direction générale France. C’est donc désormais à Paris que sera basée cette diplômée de l’Essec, dont le parcours avait débuté en audit au sein de l’ex-Ernst & Young, avant de se poursuivre à New York chez Havas Media, puis chez JC Decaux en tant que Chief Financial Officer pour l’Amérique du Nord pendant 10 ans, avant d’intégrer Segro. MR

 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Japon
Amazon proposera à ses clients absents de déposer leurs colis devant leur porte

Amazon Japan ébranle l’écosystème des livraisons à domicile en envisageant de déposer les colis devant la porte de ses clients absents. Dans un pays où la notion de service client n’a pas son égal dans le reste du monde, cette annonce, relayée par nos confrères du Nikkei Asian Review, est pour le moins surprenante. Cette option devrait être proposée dès l’année prochaine dans l’ensemble du territoire en s’appuyant sur l’opérateur postal japonais (Japan Post). Amazon teste déjà ce service depuis février. Il semblerait que 20% des livraisons à domicile au Japon nécessitent plusieurs tentatives, une situation de moins en moins tenable en particulier en raison de la pénurie de main d’œuvre. Ce taux est d’ailleurs passé à 10% lors d’un essai mené conjointement par Amazon et Japan Post à Hatsukaichi (préfecture d’Hiroshima). Dans le cadre de ce service de « dépôt » à domicile, l’opérateur postal chargera ses livreurs de prendre une photo du colis déposé puis de l’envoyer au destinataire via une application dédiée ou par mail. En cas de vol ou d’endommagement du colis, Amazon procédera à un remboursement ou au remplacement de la marchandise. L’e-commerçant souhaite convaincre Yamato Transport (numéro un japonais du transport et de la livraison de colis) de se lancer également dans l’aventure. La question est de savoir si ce type de service a de l’avenir au pays où selon l’adage, non pas « le client est roi » mais « le client est dieu » ? La réponse dans quelques mois… JF

 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias

Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 06 81 35 79 03
philippe.tesson@scmag.fr
Pour modifier vos coordonnées, merci de mettre à jour le formulaire en cliquant ici
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
6 décembre 2019


décembre 2019

Mardi 10
Colibri
« Demand & Supply Planning : Lancez-vous dans la DataScience ! »
11h00-11h45


janvier 2020

Mercredi 15

Inscrivez-vous dès maintenant en cliquant sur l’icône ci-dessous

FORUM DES ROIS


Mercredi 15 janvier aux salons de l’Aveyron Paris Bercy

Les partenaires :

Partenaire Prémium


Partenaires































Cérémonie de remises des Trophées des Rois 2020.
Sur invitation , à l’Hôtel Intercontinental Paris Le Grand

Partenaire Platinium


Partenaires









 


Pour ne plus recevoir la newsletter, suivez ce lien