Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
Internet
des objets
Alizent associé
à Sigfox dans
la maintenance
prédictive et
le suivi d'actifs



L'opérateur à vocation mondiale Sigfox a signé un partenariat stratégique avec la société Alizent Asset Interactive pour offrir aux entreprises de nouvelles solutions de maintenance prédictive et de suivi de leurs actifs industriels en utilisant les technologies d'Internet des objets (IOT). « Nous sommes convaincus qu'en connectant tous leurs actifs industriels, nos clients accèderont à des données à très forte valeur ajoutée auxquelles ils n'avaient pas accès jusqu'à ce jour » a déclaré Alexis Duret, Directeur Général d'Alizent. Cette nouvelle entité créée en 2017, qui compte 200 collaborateurs dans 5 pays, est une filiale à 100% du groupe Air Liquide. En fait, la marque Alizent rassemble les activités et les expertises technologiques et industrielles de trois sociétés du groupe français : Air Liquide Services, Athelia et Keops. Ses solutions sont actuellement utilisés pour suivre plus de 13 M d'actifs consignés (notamment des bouteilles de gaz pour Air Liquide mais pas seulement), pour surveiller le bon fonctionnement de 200.000 équipements (réservoirs, appareils médiaux) et superviser 250 sites industriels gaziers. L'objectif du partenariat avec Sigfox est de capitaliser sur l'expérience acquise par des projets communs déjà en cours de déploiement en Europe et aux États-Unis. Par exemple, la solution de traçabilité d'Alizent est déjà combinée à la connectivité Sigfox dans un projet pilote chez Air Liquide de suivi de bouteilles de gaz consignées pour surveiller en temps réel l'état des stocks et optimiser leurs approvisionnements. Aux Etats-Unis, dans l'industrie pharmaceutique, Alizent teste par ailleurs avec le réseau Sigfox un système de suivi de la température et des conditions de transport de containers de boîtes de vaccins pour animaux. Elle a également mis au point une solution de contrôle et de maintenance prédictive pour les refroidisseurs à bière dans l'industrie de la boisson. Le réseau d'Internet des objets de la société Sigfox, basée à Labège près de Toulouse, couvre actuellement 32 pays, avec un objectif d'en couvrir une soixantaine en 2018. JLR
Photo : Alexis Duret, Directeur Général d'Alizent
 
 
 
 
Développement
durable
Trois nouveaux
membres
entrent au
Club Déméter
Le Club Déméter Environnement et Logistique s'agrandit. Crée en 2002 à l'initiative d'acteurs de la logistique et de la Supply Chain désireux de mettre en place des actions Développement Durable concrètes, cette structure compte désormais 45 adhérents, avec l'arrivée de trois nouveaux membres, et non des moindres, puisqu'il s'agit d'Intermarché (ITM Logistique Alimentaire Internationale), de Sephora et d'Unilever. ITM LAI, la filiale logistique alimentaire du Groupement des Mousquetaires, dédiée aux enseignes Intermarché et Netto emploie près de 7.500 salariés répartis sur 36 plates formes logistiques et 9 établissements de transport avec 2.000 tournées par jour en moyenne. Elle s'est notamment engagée à développer les livraisons urbaines silencieuses et non polluantes avec le GNL (gaz naturel liquéfié).
Sephora (groupe LVMH), qui intègre depuis plusieurs années la diminution des émissions de GES dans sa politique de développement, a fait le choix avec son prestataire Deret de livrer ses magasins à l'aide de véhicules électriques, notamment en région parisienne. Quant au groupe Unilever (qui inclut en France les marques Skip, Dove, Knorr, Rexona, Maille, Lipton, Miko, Ben & Jerry's, Sun, Magnum et Axe), son ambition d'ici 2030 est de réduire de moitié l'impact environnemental de ses produits d'ici 2030. JLR
 
 
Erratum
Stef et Veolia
sont associés
dans
un partenariat
technique

Une erreur s'est malencontreusement glissée dans le titre de l'article de la NL d'hier (NL n°2484) sur la solution Recyfish de valorisation des coproduits de la mer lancée par Stef et Veolia. Les deux entreprises n'ont pas créé de société commune mais ont signé une convention de partenariat technique dans le cadre de la mise en en place d'une nouvelle solution de valorisation des coproduits de la mer respectueuse de l'environnement. JLR  
 
 
 
Manutention
Geodis teste
un dispositif de
levage intuitif
Geodis teste actuellement un système permettant de réduire la pénibilité des opérateurs qui utilisent des ponts roulants. Baptisé Com'Hand et développé par la société Siatech, ce dispositif est composé d'un bracelet et d'une bague qui interagissent avec leur environnement d'une manière intuitive. Actuellement en test sur un site de distribution sanitaire appartenant à Saint-Gobain Distribution Bâtiment, il permet de s'affranchir des télécommandes lourdes et encombrantes. L'opérateur commande la machine par simple mouvement du bras ce qui augmente sa productivité et diminue les risques de troubles musculo-squelettiques. En cas de succès, le système pourrait être déployé sur tous les sites Geodis qui utilisent des ponts roulants. JPG
Photo ©Geodis
 
   
 
Intralogistique
Mettler Toledo
simplifie son
tri de colis
Le fabricant d'instruments de précision lance un nouveau système dédié au tri de colis, aussi bien en réception qu'en expédition. Baptisé TLX Basic, cet équipement d'entrée de gamme se présente comme une solution économique permettant d'automatiser le relevé et le contrôle effectif des mesures du colis et son pesage, et de fiabiliser son identification. Autant de données pertinentes dans une chaine d'expédition afin d'optimiser le tri, le suivi et la planification des chargements, jusqu'à la facturation. Le système peut traiter toutes les formes de colis, jusqu'aux dimensions 120 x 90 x 90 cm, et affiche une capacité maximale de 2.000 unités à l'heure. Le prix n'est pas communiqué, mais Mettler Toledo positionne ce système comme une entrée de gamme économique et robuste, susceptible de s'intégrer de manière flexible dans un projet visant à gagner en productivité en passant « d'un traitement manuel ou semi-automatique des colis vers un système totalement automatisé ». Les prospects concernés se reconnaitront. MR  
   
 
Portail
La palette
en pleine
transformation
digitale
Depuis 2017 LPR propose à ses clients une nouvelle version de son portail Internet, plus intuitive et interactive. Parallèlement le loueur a eu l'idée de créer la LPR Academy, un outil de formation en ligne destiné à ses 280 collaborateurs. Basée sur la méthode d'apprentissage du « blending learning », mêlant digital learning et présentiel, elle a pour vocation de proposer une interaction entre la société et l'apprenant, offrant une flexibilité d'apprentissage quel que soit sa situation géographique, ses fonctions ou son niveau hiérarchique. L'idée étant également de favoriser l'échange et le partage d'expériences. JPG  
 
INFOS INTERNATIONALES  

Brésil
DHL décroche
un contrat avec
Jaguar
Land Rover
Déjà partenaire du constructeur dans d'autres domaines, DHL va prendre en charge la logistique in situ de Jaguar Land Rover (JLR) à Itatiaia, dans l'Etat de Rio de Janeiro au Brésil. DHL sera responsable de la réception des marchandises, de l'entreposage, de la gestion des stocks et des inventaires, de l'assemblage de kits pouvant contenir jusqu'à 25 pièces et enfin de l'alimentation séquencée des chaines de production. « Ce nouveau contrat avec JLR est le fruit de la relation de longue durée qui nous unit. Notre proposition est bâtie sur trois piliers : une expertise du secteur automobile sans égal et s'appuyant sur l'expérience de la gestion de plus de 250 opérations logistiques dans ce secteur à travers le monde, notre forte présence dans la région d'Itatiaia et enfin notre focalisation sur l'efficacité et le contrôle » commente Miquele Lioi, Directeur Business Développement de DHL Brésil. Les pièces seront stockées dans un entrepôt situé à proximité, vraisemblablement celui d'Itatiaia actuellement réservé au stockage de produits Proctor & Gamble, 8.500 emplacements palettes leurs seront alors réservées. PM
 
 

Singapour
La compagnie
maritime
Rickmers
jette l'éponge
Après Hanjin en septembre 2016, le singapourien Rickmers Maritime met à son tour la clef sous la porte. Du fait de tarifs trop bas sur son marché, celui de l'affrètement, Rickmers accumulait les mauvais résultats et les dettes depuis plusieurs années : plus de 270 M$ dus entre mars et mai 2017 alors que son CA est passé de 108,55 M$ en 2015 à 69,21 M$ en 2016 (-38%). Malgré la réduction de ses dépenses de 16% en 2016 (-8,4 M$), obtenue essentiellement par la mise au rebut de plusieurs navires, ses pertes se sont accélérées pour atteindre un point de non-retour : 129 M$ en 2015 et 180 M$ en 2016. Devant son incapacité à faire face à ses créditeurs, la compagnie a donc été placée en liquidation judiciaire le 12 avril dernier. Une partie de la dette pourra néanmoins être remboursée grâce à la vente annoncée le 24 avril de l'entière flotte de Rickmers au grec Navios Partners pour 113 M$. D'un âge moyen de 9 ans et demi, celle-ci se compose de 14 navires (3.450 et 4.250 EVP pour une capacité totale de 57,100 EVP) dont cinq sont sous contrat de location (avec MOL semble-t-il et pour 26.850$ par jour) jusqu'en 2018 et 2019. Davantage présent dans le transport en vrac, Navios renforce ainsi sa position concurrentielle dans le domaine du transport conteneurisé. Si cette nouvelle faillite n'aura pas les mêmes répercutions de celle du coréen Hanjin et reflète davantage l'état du transport maritime ces dernières années que sa situation actuelle, elle constitue une sombre nouvelle alors même que la reprise semble enfin poindre à l'horizon. PM  
   
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@scmag.fr  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
27 avril 2017

AVRIL 2017

Enquête
WAVESTONE
« Industrie 4.0 :
et vous,
qu"attendez-vous
de la quatrième
révolution
industrielle ? »

Partenaire
SCMagazine



MAI 2017

Vendredi 12
Conférence
Paris Dauphine
Organisée par
SCMagazine en
partenariat avec
TIP Trailer
Services
« Comment
réduire
votre empreinte
carbone
transport ? »

De 14h à 17h20
Université
Paris Dauphine



Jeudi 18

Webinar
DYNASYS
« Gérez votre
Supply Chain
étendue :
Anticipez.
Optimisez.
Décidez
»

Partenaire
SCMagazine
De 17h à 17h45



JUIN 2017

Jeudi 1
Journée Demand
& Supply Chain
Planning,
5ème édition
DYNASYS
« Du S&OP
à l'IBP :
Comment aligner
Supply Chain
et Finance ? »

Partenaire
SCMagazine
De 8h30 à 17h
Palais Brongniart
Paris 2e


Jeudi 15 et
vendredi 16

Formation
EURODECISION
« Méthodes
et pratiques de
la prévision
des ventes »

De 9h00 à 17h00
Paris-La Défense