Si le message s'affiche mal, visualisez la page en ligne
N°3099
Edito spécial  
C’est le Jour 1…

Nous voici au premier jour d’un confinement d’une majeure partie de la population française, même si le mot n’a pas été explicitement prononcé hier soir par notre Président. Toute l’activité ne s’arrête pas pour autant, beaucoup de gens vont continuer à exercer leur métier en télétravail, tandis que d’autres seront plus que jamais sur le pont dans les hôpitaux, les entrepôts et les magasins de distribution alimentaire, les pharmacies, dans les transports publics ou de marchandises, etc. C’est d’ailleurs sans doute pour ne pas risquer d’opposer les uns aux autres qu’Emmanuel Macron a choisi de ne pas parler de confinement. Quoi qu’il en soit, dans ce contexte totalement inédit et « jusqu’à nouvel ordre », la newsletter quotidienne Supply Chain Magazine va continuer à informer ses lecteurs en traitant en priorité les conséquences des mesures anti-Covid-19 sur les chaînes d’approvisionnement. Vous y trouverez aussi ponctuellement d’autres sujets traitant de mises en œuvre de projets ou de lancement de produits, même si leur calendrier de réalisation ou de commercialisation est déjà bousculé. Dans l’immédiat de ce Jour 1, certaines infos vous paraîtront sans doute un peu en décalage mais elles peuvent vous être utiles pour alimenter vos réflexions sur l’avenir, après cet épisode Covid-19. Car il y aura bien évidemment un après !
Jean-Luc Rognon

 
 
 
Industrie
L’automobile se
met entre parenthèses

En quelques heures, l’ensemble des sites d’assemblage français des constructeurs automobiles ont annoncé leur mise à l’arrêt, déjà effective ce mardi ou programmée d’ici la fin de la semaine. C’est le cas de Renault, qui annonçait hier la suspension en fin de journée des activités de production sur ses sites industriels hexagonaux, « afin de protéger ses salariés dans le contexte de pandémie du Covid-19 et dans le respect des mesures prises par le gouvernement français ». Pas moins de 12 sites et 18 000 salariés sont concernés, tandis que la continuité de la production dans les autres usines du groupe en Europe dépendra de la situation de chaque pays. Du côté de PSA, c’est un planning de mise à l’arrêt d’une quinzaine d’« établissements de production de véhicules » qui a été communiqué, concernant dès hier ceux de Madrid et Mulhouse, puis aujourd’hui trois sites supplémentaires en France (Poissy, Rennes et Sochaux), et cinq autres répartis entre l’Espagne, l’Allemagne, le Royaume-Uni et la Pologne. Et les cinq derniers fermeront d’ici la fin de la semaine, et ce jusqu’au 27 mars, selon le calendrier à date. Le constructeur mentionne par ailleurs que la fermeture de ses sites non-dédiés à l’assemblage sera ajustée en conséquences. Enfin, c’est demain mercredi et pour une durée indéterminés que Toyota a annoncé la suspension de la production sur son site nordiste d’Onnaing, qui assemble la Yaris et emploie 4 000 salariés. Rappelons que le premier acteur majeur à annoncer la mise en parenthèse de sa production en France au sortir du weekend avait été le groupe Michelin, en indiquant la suspension ce mardi de la production sur une vingtaine de ses sites en France, en Italie et en Espagne (soit plus de 20 000 salariés concernés), avant d’envisager de faire de même pour d’autres en Europe. Ces dernières semaines, c’est surtout la perturbation des flux d’approvisionnement qui avait été soulignée, entrainant quelques suspensions d’activités faute de pièces dans des sites européens de Fiat-Chrysler, par exemple. Mais la filière communique désormais sur l’inquiétude des salariés ou la difficulté de leur assurer sous de si brefs délais des conditions de travail satisfaisant à l’ensemble des règles de comportement édictées par les pouvoirs publics. Mais si la donne a changé radicalement, c’est que le confinement de la population met une chape de plomb sur la commercialisation des véhicules pour un temps indéterminé. Et même si les directions opérationnelles ont réussi à relever des challenges d’approvisionnement ces dernières semaines, il n’y a pas lieu de produire des voitures qui ne pourront être écoulées, et s’accumuleront sur des zones de stockage en plein air. Un rappel que dans l’organisation de la supply chain, la performance des opérations répond à la prévision de la demande, et c’est bien cette dernière qui est mise entre parenthèses. Au fil de ces prochains jours, nul doute que la suspension devrait se propager à la majorité des maillons de la chaine. MR

 
 
 
Approvisionne-ments
La filière transport et logistique en appelle aux pouvoirs publics

Les acteurs du transport et de la logistique, par la voix des 3 organisations professionnelles (Union TLF, FNTR et OTRE), ont publié ce matin un communiqué demandant de la part des pouvoirs publics un signe fort « reconnaissant le caractère stratégique de son activité ainsi que des mesures concrètes qui rassurent les entreprises et les salariés dans cette période inédite de crise ». Parmi ces mesures destinées à faciliter le travail des transporteurs et des logisticiens, pour pouvoir assurer la continuité du fret de marchandises en France figurent l’adaptation des règles de restriction de circulation des véhicules et d’amplitude de temps de travail, la garantie des lieux de repos et de restauration professionnels pour les conducteurs, une facilitation du fonctionnement des plateformes logistiques (accès des salariés, recrutements d’intérimaires) pour pallier l’absentéisme dû aux mesures de confinement et une dotation prioritaire de gel hydroalcoolique et de gants. JLR

 
 
 
Aéronautique
La production s’arrête 4 jours chez Airbus en France et en Espagne

L’avionneur Airbus a annoncé aujourd’hui une pause “temporaire” de 4 jours sur tous ses sites de production et d’assemblage en France et en Espagne. Cela inclut les deux grandes chaînes finales d’assemblage de Toulouse et de Séville ainsi que les sites français de Nantes, Saint-Nazaire, Bordeaux et Marseille. Pour l’industriel, l’objectif est de prendre le temps nécessaire pour mettre en œuvre des conditions rigoureuses en matière de santé et de sécurité sur les questions d’hygiène, de nettoyage et de distanciation sociale. JLR

 
   
  Crédit photo P. Masclet / Airbus  
 
 
Construction navale
Fontaine Pajot jette l’ancre pour une durée indéterminée

Le groupe Fontaine Pajot, le numéro deux européen de la navigation de plaisance (catamarans et monocoques, 600 salariés, 207,1 M€ de CA), ferme aujourd’hui les portes de ses usines charentaises d’Aigrefeuille et de La Rochelle. « Il s’agit avant tout de protéger la santé de tous les collaborateurs et de freiner la propagation du virus. Les salariés bénéficieront des mesures mises en place par le gouvernement relatives à l’activité partielle» peut-on lire dans le communiqué de l’entreprise diffusé hier soir. La durée d’arrêt de la production sera adaptée en fonction de l’évolution sanitaire et des mesures gouvernementales. JLR

 
   
 

Suite à la crise sanitaire du Covid-19, le conseil d’administration du groupe Fontaine Pajot a décidé hier d’arrêter la production sur ses deux sites d’Aigrefeuille et de La Rochelle.

Crédit photo Fontaine Pajot
 
 
Flux internationaux
Ceva Logistics mobilise des alternatives aériennes

A l’heure où nombre d’usines se mettent à l’arrêt en Europe, le prestataire Ceva Logistics fait valoir son programme d’affrètement aérien mis en place ces dernières semaines, qui a permis d’assurer la continuité de flux sensibles de pièces ou d’équipements pour ses clients des secteurs de l’aéronautique, de l’aéronautique ou de la high-tech. À l’échelle mondiale, près de 60 vols charters ont d’ores et déjà été assurés, représentant un total de 4 700 t de fret. Une partie de ces flux étaient au départ de l’Asie, majoritairement depuis Shanghai ou Hong Kong, avec Chicago pour principale destination même si certains ont également desservi Amsterdam, Bangkok, Dallas, Tokyo ou Sao Paulo, en autres. Mais d’autres vols ont emprunté le chemin inverse, par exemple au départ du cœur logistique britannique de l’East Midlands vers la Thaïlande ou Hong Kong, d’Hanoï vers Singapour ou de Hong Kong vers Tokyo. Et pour continuer de répondre à la diversité des besoins même si toutes les zones ne sont pas dans les mêmes problématiques, ce programme aérien devrait se poursuivre ces prochaines semaines, pour atteindre un total de 86 vols affrétés par Ceva, selon les éléments communiqués à date. « En travaillant très étroitement avec nos clients, nous avons été en mesure de monter un programme de vols charters robuste pour répondre à ces circonstances difficiles. En lien étroit avec le reste du groupe GMA CGM, nous nous efforçons de proposer des alternatives rapides et accessibles à nos clients partout dans le monde pour contribuer à garder l’économie mondiale en mouvement », indique Guillaume Col, le directeur des opérations de Ceva Logistics. Cette prise de parole est d’ailleurs l’occasion d’apprendre sa récente arrivée au sein de la division logistique du groupe sous pavillon français, après avoir appris en début d’année qu’il avait quitté la présidence de Kuehne+Nagel en France, qu’il occupait depuis deux ans (voir NL 3059). MR

 
   
 

Guillaume Col, directeur des opérations de Ceva Logistics

Crédit photo DR
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Etats-Unis
Les mesures anti Covid-19 impactent le fret aérien et maritime

La suspension des vols entre les Etats Unis et l'Europe va perturber le transport de marchandises. Car 60% du fret aérien entre l'Europe et l'Amérique passe par les vols passagers, selon le groupe d'études WorldACD. Il s'agit d'équipements médicaux, de médicaments et de produits électroniques. La demande de fret aérien dans le monde s'était déjà réduite de 2,7% au cours des 2 premiers mois de l'année. Le fret provenant de Chine avait été plus impacté à -7,3%, et le Nord Est de l'Asie aussi à -7,8%. L'aérien est touché, les ports américains aussi. Global Port Tracker et Hackett Associates estiment que ces ports ont traité 1,42 millions EVP en février, soit 12,6% de moins qu'en 2019. La prévision est de 1,32 millions EVP en mars, soit une baisse de 18,3% par rapport à mars 2019. CCT

 
 

Nouvelle-Zélande
Rhenus s’offre le groupe Malcom Total Logistics

Le groupe allemand de services de transport et logistique Rhenus a racheté le logisticien néo-zélandais Malcom Total Logistics. Basé à Auckland et spécialisé dans les prestations de fret aérien et maritime ainsi que sur l’entreposage, celui-ci dispose de quatre sites dans la région d’Auckland dont un entrepôt de 4 200 m² situé près de son aéroport international. « La Nouvelle-Zélande représente un potentiel important dans le domaine des exportations de produits agricoles et du secteur des technologies, explique Tobias Bartz, membre du directoire du groupe Rhenus. Au cours de ces dernières années, nous avons ainsi développé de manière significative notre présence dans la zone Asie-Pacifique. » Rhenus a en effet ouvert sa filiale Rhenus Logistics Nouvelle-Zélande en août 2018. A noter que sa présence s’est aussi renforcée aux Etats-Unis, où le logisticien a racheté l’an dernier la société Freight Logistics (voir NL 2914). Rhenus a ouvert récemment un entrepôt neuf de 15 000 m² à proximité du port et de l’aéroport international de Miami, lui servant de siège régional pour l’Amérique du Nord et du Sud. AD

 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias

Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 06 81 35 79 03
philippe.tesson@scmag.fr
Pour modifier vos coordonnées, merci de mettre à jour le formulaire en cliquant ici
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
17 mars 2020


juin 2020

Mardi 23
au vendredi 26
SITL 2020
Parc des Expositions Paris Nord Villepinte
Hall 6


juin 2020

Découvrez le dernier numéro et abonnez-vous !



juillet 2020

Jeudi 02
Agora du SCM
9ème Gala Directeurs Supply Chain
17h30-23h45
Pavillon d'Armenonville (Paris)

 


Pour ne plus recevoir la newsletter, suivez ce lien