Si le message s'affiche mal, visualisez la page en ligne
2959
Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
Data intelligence
Magic Software s’intéresse à la Supply Chain

L’éditeur israélien Magic Software lance sur le marché français une nouvelle solution dénommée Factory Eye, une plate-forme orientée excellence opérationnelle conçue pour la collecte de données (avec de nombreux connecteurs préconfigurés pour les ERP, les MES, les TMS, les WMS, les outils de CRM, et de PLM), ainsi que la gestion, le nettoyage et l’analyse de ces données dans le but de piloter la production ou la supply chain à partir d’indicateurs clés. C’est un nouveau domaine pour Magic Software, qui s’est fait connaître depuis sa création en 1983 dans le monde des outils de développement d’applications clients / serveur puis s’est étendu depuis aux plates-formes d’intégration d’applications (middleware). L’objectif affiché de cette nouvelle approche de solution verticalisée est de proposer aux grosses PME et ETI une offre de data intelligence « out-of-the-box », simple à installer, accessible sur smartphone et tablette, et qui donne les premiers résultats concrets dans les 60 jours suivant le début du projet. La filiale française de Magic Software se constitue actuellement un écosystème de partenaires qui comprend des cabinets de conseil, des intégrateurs et des éditeurs autour de Factory Eye, qu’elle présente comme un véritable « couteau suisse ». La société Silvermind, qui est une émanation dans le monde du conseil en excellence opérationnelle de l’éditeur d’ERP Silverprod, fait partie de ces nouveaux partenaires. « L’intérêt de travailler avec la plate-forme Factory Eye, c’est d’abord de pouvoir collecter facilement les données, mais aussi d’utiliser les KPI comme un outil de diagnostic pour trouver rapidement les points problématiques dans un projet Industry 4.0 et accompagner le changement » déclare Philippe Magnard, consultant senior et fondateur de Silvermind. « Nous avons l’ambition d’utiliser rapidement l’outil sur des enjeux de pilotage de la supply chain » ajoute-t-il. JLR


 
   
 

La solution Factory Eye de l’éditeur Magic Software est un outil de data intelligence conçu pour l’industrie manufacturière et le pilotage de la supply chain.

Crédit photo Magic Software
 
 
 
Gestion du transport
Sinaaps se change en Sightness dans une perspective internationale

Deux semaines après avoir bouclé une première levée de fonds de 5 M€ (voir NL 2947) pour accompagner son développement, Sinaaps, la solution Saas de détection des anomalies de transport par l'IA, est rebaptisée Sightness par le cabinet Bp2r. Ce dernier explique sa décision de changer de marque principalement par la volonté de faciliter l’extension de l’activité sur les marchés internationaux, sans donner plus de détails sur les inconvénients de la marque Sinaaps. L’équipe a travaillé avec une agence de stratégie de marque et un cabinet d’avocats en propriété industrielle pour l’accompagner dans ce renommage, ainsi que sur la nouvelle baseline : Smart Vision for Transport. Sightness est un néologisme anglophone se rapprochant du mot sightedness, qui signifie vision, mais aussi clairvoyance (clear-sightedness), voire perspicacité (far-sightedness). L’objectif semble également de renforcer l’idée que la solution est basée à la fois sur un outil technologique et sur une expertise humaine pour détecter les anomalies de transport et faciliter la prise de décision. Outre la France, avec déjà une trentaine de clients, Sightness a l’ambition affichée de s’étendre à terme dans d’autres pays européens, notamment l’Allemagne, le Benelux et le Royaume-Uni. JLR

 
 
Digitalisation transport
Everoad cherche à « booster » l’intérêt des PME du transport

En plus de pouvoir se faire régler en 72 heures et souscrire à une assurance de marchandises ad valorem, les transporteurs partenaires d’Everoad ont accès désormais à des produits et services à tarifs préférentiels chez le fabricant de pneumatiques Bridgestone et le constructeur de poids lourds DAF. La plate-forme collaborative et commissionnaire de transport a en effet scellé des partenariats exclusifs avec ces deux entreprises dans le cadre de la mise en place d’un programme dénommé Everoad Boost. Sa vocation : aider les petites et moyennes entreprises du TRM à franchir des paliers en matière de performances opérationnelles et de coûts d’exploitation. « En Europe, le marché du TRM est composé à 90 % d’entreprises comptant moins de 10 véhicules », rappelle Franck Marcaire, directeur des services chez Everoad. Sur les 4 500 partenaires transporteurs que compte aujourd’hui la plate-forme (soit une flotte totale de 260 000 véhicules en Europe), 70 % ont moins de 25 camions. Everoad Boost permet à ces PME du transport d’obtenir des prix avantageux pour s’équiper en véhicules et en pneumatiques plus écologiques, souscrire à des offres de location longue durée ou des services de maintenance et télématique, ou se doter de la solution digitale de suivi de maintenance FleetPulse. « Les remises sont accordées en mode cashback sur présentation de factures », précise Franck Marcaire. Everoad Boost doit s’étoffer avec une offre de carte carburant d’ici la fin de l’année et être étendu à d’autres pays européens sur 2019/2020. AD


 
   
 

Rodophe Hamelin, directeur business unit produits industriels France et Benelux de Bridgestone et Franck Marcaire, head of services d’Everoad.

Crédit photo AD
 
 
TMS
Knapp étend son offre logicielle en s’appuyant sur Kratzer Automation

L’intégrateur autrichien Knapp, spécialiste de l’automatisation intralogistique, a signé un partenariat stratégique avec l’éditeur allemand de progiciels de gestion du transport Kratzer Automation. En vertu de cet accord, Knapp complète son portefeuille de solutions logicielles KiSoft avec un module de gestion du dernier kilomètre développé par Kratzer Automation qui sera commercialisé sous le nom de KiSoft Pick Up & Delivery. L’offre logicielle Kisoft de Knapp (WMS et WCS) couvrait jusqu’à présent l’orchestration de tous les processus à l’intérieur de l’entrepôt. KiSoft Pick Up & Delivery prend en charge le pilotage des marchandises depuis leur sortie de l’entrepôt jusqu’à leur livraison aux clients finaux (suivi des envois et des documents associés, enregistrement des éventuels dommages subis pendant le transport, indicateurs de performance. JLR


 
   
 

Max Kleine-Brockhoff, directeur commercial de la branche Logistics Automation chez Kratzer Automation et Peter Puchwein, directeur du développement produit de Knapp lors de l’officialisation du partenariat stratégique entre les deux sociétés.

Crédit photo Kratzer Automation
 
 
Immobilier logistique
La construction du premier bâtiment du Cosmetic Park a démarré

La semaine dernière, la foncière Arefim a organisé une cérémonie de pose de première pierre sur son futur Cosmetic Park de Boigny-sur-Bionne, son projet de redéveloppement d’un ancien site Lexmark de 64 hectares près d’Orléans. Ce programme, qui représente au total un investissement de plus de 8 M€, vise à accueillir à terme quatre à six acteurs de la cosmétique au sein d’une zone paysagère comprenant des promenades d’agrément, un terrain de sport, une crèche, un restaurant interentreprises et un hôtel. Le premier bâtiment de 20 000 m², qui faisait l’objet de cette pose de première pierre, sera occupé d’ici la mi-2020 par les Parfums Christian Dior (PCD) dont l’usine de Saint-Jean-de-Braye se situe à quelques kilomètres. Certifié Environnement BREEAM Good, cet entrepôt emploiera une centaine de personnes et sera dédié aux activités logistiques des flacons et emballages et au contrôle qualité. Dessiné par l’architecte A26-GL, son développement pour le compte d’Arefim est assuré par JBD Expertise et sa construction a été confiée à Lyris, qui réalise également les travaux d’aménagement de l’ensemble du Cosmetic Park. JLR


 
   
 

La pose de la première pierre du futur bâtiment de 20 000 m² qui sera louée à la mi-2020 aux Parfums Christian Dior a eu lieu le 26 juin dernier à Boigny-sur-Bionne près d’Orléans. L’ensemble des acteurs et des élus des collectivités impliquées dans la mise en place de ce projet étaient présents ainsi que Jean-Dominique Bosq , directeur des Opérations (industrie et logistique) des Parfums Christian Dior.

Crédit photo Arefim
 
 
Gouvernance
Le Conseil de surveillance de GS1 France intègre de nouveaux membres

La dernière Assemblée générale mixte de l’organisme de standardisation GS1 France n’a pas uniquement donné lieu à la reconduction pour trois ans des mandats de Bertrand de Senneville et de Philippe Lemoine comme président et vice-président de son conseil de surveillance. Ce dernier s’est aussi renforcé avec l’entrée de Catherine Petitjean (Pdg de Mulot & Petitjean), qui participait jusqu’ici à ses réunions en tant que personnalité qualifiée, et l’arrivée de deux nouveaux membres avec Emery Jacquillat (Pdg de Camif Matelsom) et Bruno Neyret (directeur général du groupe Savencia). A noter par ailleurs qu’ont été reconduits pour une durée de trois ans les mandats d’Erik Angot, le directeur connaissance et communication produit-consommateur de Nestlé France, de Renaud de Barbuat, le directeur des SI de Carrefour, et de Benoît Frémaux, le directeur des SI corporate d’Auchan Retail International. Du côté des personnalités qualifiées participant au Conseil de surveillance de GS1 France, Laura Barnac, e-retail international director de Moët Hennessy, rejoint Sébastien Badault, general manager France d’Alibaba Group, Paul-Marie Chavanne, président de Geopost, Laurence Comte-Arassus, présidente de Medtronic France et Maxime Vandoni, ex-directeur général du groupe Terrena. AD


 
   
 

Le Conseil de surveillance de GS1 France

Crédit photo GS1 France
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Pays-Bas
Zalando disposera de 140 000 m² près de Rotterdam à l’été 2021

Success story européenne du e-commerce fashion & lifestyle, l’allemand Zalando annonce le lancement imminent de la construction d’une plateforme logistique de 140 000 m² près de Rotterdam. Elle affichera une capacité de stockage de 16 millions d’articles et entrera en opérations à l’été 2021 afin de livrer ses clients de l’Ouest européen (le Benelux, le Royaume-Uni et l’Espagne, ainsi que la France, jusque-là surtout desservie depuis un site d’outre-Rhin). La réalisation de ce projet, appelé à devenir l’un des plus vastes bâtiments logistiques à occupant unique des Pays-Bas, a été confiée à une coentreprise entre les investisseurs Somerset Capital Partners et USAA Realco-Europe. Au-delà de sa taille, en ligne avec celle de plusieurs plateformes de Zalando déjà opérationnelles en Allemagne, ou annoncées en Pologne et en Italie, c’est son degré d’automatisation qui distinguera le site néerlandais. Les investissements intralogistiques pourraient atteindre les 200 M€, sans précisions à ce stade sur les solutions déployées. Rappelons que parmi ses 9 sites logistiques déjà actifs en Europe, la palme de l’automatisation revenait à son site suédois de Brunna, près de Stockholm, ouvert à l’été dernier et équipés de robots GreyOrange et étagères mobiles, ainsi que d’un trieur à pochettes Vanderlande (voir NL 2852). Pour autant, le futur site devrait employer quelques 1 500 collaborateurs à moyen terme, les opérations sur place devant être confiées à un prestataire logistique à l’issue d’un appel d’offres. Créé en 2008 et actif dans 17 pays d’Europe, Zalando indique que ce projet constitue « un pas important vers l’avant en termes d’infrastructure » afin d’atteindre son objectif de… 20 Md€ de volume d’affaires d’ici 2023/2024. Ce sera notamment un atout pour introduire des services de livraisons J+1 ou same day au Benelux, où son ambition est de doubler ses revenus en 5 ans. D’un point de vue immobilier, cette construction va par ailleurs revivifier une parcelle du parc d’entreprises de Bleiswijk, auparavant occupée par les activités de vente aux enchères de fleurs de Royal Flora Holland. MR

 
   
 
Très automatisée, la future plateforme de Zalando à Bleiswijk affichera 140 000 m² et vise une certification Breeam Very Good.

© Zalando
 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble
de la communauté logistique.
 

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias

Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
 
 
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous
 

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 06 81 35 79 03
philippe.tesson@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, merci de mettre à jour le formulaire en cliquant ici  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
5 juillet 2019


octobre 2019

Mardi 08
SUPPLY CHAIN EXPERTS
« Comment optimiser votre logistique d’entreposage ? »
8h30
Paris (Porte de Charenton)
Avec le témoignage de Christophe BARAT - Directeur Supply Chain de la société RICARD

Jeudi 10
et vendredi 11
EURODECISION
« Formation EURODECISION : Méthodes et pratiques de la prévision des ventes »
9h00-17h00
Paris-La Défense


décembre 2019

Mardi 03
et mercredi 04
Supply Chain Event 2019
« Réussir la transformation digitale »
9h00-18h00
Paris
Porte de Versailles

Pour ne plus recevoir la newsletter, suivez ce lien