Si le message s'affiche mal, visualisez la page en ligne
2927
Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
L’édito du lundi
Putain de gaz à effet de serre
Pardon pour la trivialité de ce titre, faisant référence à la soirée Thema « Putains de camions » diffusée sur Arte au début du mois (et bien sûr à la chanson de Renaud). Une nouvelle fois, le secteur du transport routier de marchandises s’est senti stigmatisé comme un milieu d’affairistes, de fraudeurs et de pollueurs en tous genres. Une semaine plus tard, alors que la loi d’orientation sur les mobilités (LOM) est examiné en commission à l’Assemblée nationale (jusqu’au 23 mai), des députés de la majorité relancent l’idée (non soutenue par l’exécutif) d’une écotaxe nouvelle formule, «Éco-Transport », imposée aux chargeurs et calculée en fonction du volume de CO2 émis par leurs transporteurs pour l’acheminement de leurs marchandises. Les tenants de cette proposition, sans doute inspirés par l’urgence écologique de la nécessaire réduction des gaz à effet de serre, mettent aussi en avant les 2,2 Mds € que cette taxe présentée comme écologiquement vertueuse pourrait rapporter chaque année, à la fois pour financer les routes et la transition écologique. A condition bien sûr que ce nouveau tribut ne se répercute pas sur les transporteurs dans un jeu à somme nulle qui risquerait de ralentir d’autant les surinvestissements que ces derniers doivent consentir pour s’équiper d’engins roulant au GNV ou à l’électrique. Or nous sommes quasiment tous d’accord : il y a urgence pour la planète… C’est peut-être une idée farfelue, mais pourquoi certaines grandes entreprises tricolores ne seraient-elles pas prêtes à redorer leur blason en financement un grands fonds d’aide pour les transporteurs qui veulent rouler propre ? On en a vu certaines se mobiliser fortement pour Notre Dame, peut-être que d’autres se sentiraient concernées pour sauver Notre Terre ? Dommage que le CO2, gaz transparent (en lumière visible), ne soit pas un bon client pour les images choc qui font le tour de la planète.

Jean-Luc Rognon
 
 
 
e-commerce
Amazon investit massivement dans Deliveroo
Le communiqué diffusé vendredi par Deliveroo ne donne pas le montant que vient d’investir Amazon dans son capital. Mais la société britannique de livraisons de repas précise néanmoins que le géant de l’e-commerce est le plus gros investisseur de ce nouveau tour de table de 575 M US$, auquel ont également participé des actionnaires existants tels que T Rowe Price, Fidelity Management & Research Company et Greenoaks. Depuis sa création en 2013 à Londres par William Shu et Greg Orlowski, Deliveroo a levé un total de 1,53 Md US$. Elle est présente dans 500 villes de 14 pays dont 8 en Europe, s’appuie sur un réseau de 80 000 restaurants partenaires et fait appel à 60 0000 coursiers. Elle compte 2 500 employés dans le monde. La nouvelle levée de fonds devrait notamment servir à renforcer l’équipe technique basée à Londres et à développer de nouveaux marchés à travers le monde. « A titre personnel et pour notre entreprise, Amazon nous a inspiré et nous avons hâte de travailler avec cette organisation qui a placé l’orientation clients à un tel niveau d’obsession » a déclaré Will Shu, le Pdg de Deliveroo. JLR
 
   
  Amazon entre officiellement dans le capital de la société britannique de livraisons de repas Deliveroo, présente dans 500 villes de 14 pays, dont 8 en Europe. Crédit photo Deliveroo  
 
 
Omnicanal
Cegid lance une solution d’orchestration de commandes
C’est l’annonce principale du Cegid Connections Retail, qui a rassemblé à Madrid en fin de semaine dernière plus de 450 clients et partenaires : Cegid lance sa solution DOM (Distributed Order Management). Selon l’éditeur français, cet orchestrateur de commandes (OMS) permet aux retailers d’organiser et de coordonner intelligemment les commandes passées via les différents canaux de vente offline-online et de gérer mieux leurs stocks, pour ne jamais manquer une vente, via un référentiel unique donnant une vision en temps réel des stocks en entrepôt et en magasins. Le nouvel outil est présenté comme le fruit de la collaboration technique entre les équipes de Cegid et celles de Cylande, rachetée fin 2017 (voir NL 2603). La solution DOM est intégrable nativement avec les solutions Cegid Retail Y2 ou UR, ou en complément de solutions OMS existantes. JLR
 
 
 
Traçabilité
Entrée en vigueur de la directive européenne sur les produits du tabac
A compter d’aujourd’hui, fabricants, grossistes, distributeurs, prestataires logistiques et autres détaillants qui interviennent dans l’industrie du tabac ont l’obligation de respecter la directive européenne 2014/40/UE sur les produits issus du tabac et dite Tobacco Products Directive (TPD). Destinée à lutter contre le trafic illégal, elle exige une sérialisation de chaque produit avec une conservation de chaque identifiant dans un référentiel privé connecté à un référentiel européen, ainsi qu’une capture et un enregistrement de tous les mouvements de produits le long de la supply chain. « Il est possible de s’acquitter de cette obligation en marquant et en enregistrant un emballage agrégé tel que des cartouches, des caisses ou des palettes, tant que l’identification et la traçabilité de toutes les unités de conditionnement demeurent possibles », précise la directive. Et les données consignées dans le référentiel européen sont bien sûr pleinement accessibles aux autorités publiques de chaque Etat membre ainsi qu’à la Commission européenne. Soucieux de respecter cette nouvelle législation, les fabricants belges de tabac CTS, Flandria, Nollet, Notebaert, Stubbe et Twist Tobacco ont déjà fait appel à l’intégrateur Zetes pour assurer la traçabilité de leurs produits le long de leur supply chain. Ce dernier propose une solution intégrée conforme TPD qui comprend des technologies de captures de données, un logiciel d'exécution logistique ( et une plateforme de visibilité dans le cloud (ZetesOlympus). AD
 
   
  L’identifiant unique permet notamment de déterminer la date et le lieu de fabrication des produits du tabac, leur heure de fabrication, leur marché de vente au détail de destination et leur itinéraire d’acheminement prévu. Crédit photo Zetes  
 
Logistique urbaine
La Poste va tester le nouveau concept d’utilitaire électrique de Renault
Sur le salon Vivatech, le constructeur automobile Renault a révélé que le groupe La Poste ferait partie des acteurs européens de la livraison urbaine qui testeront la dizaine d’exemplaires de son concept d’utilitaire électrique EZ-FLEX. D’une autonomie de 150 km et d’une capacité de chargement de 3m3, ce démonstrateur doit permettre à toutes les parties impliquées d’appréhender la logistique urbaine de demain et de concevoir un véhicule de série adaptée en s’appuyant sur les données qui seront collectées et analysées pendant son utilisation (via des capteurs). « Nous avons fait de la logistique urbaine un projet prioritaire de notre stratégie et avons signé des accords avec 15 métropoles pour mettre en place des solutions adaptées à chaque ville, rappelle Philippe Dorge, directeur de la branche services-courrier-colis du groupe La Poste. Pour poser les briques de la logistique urbaine du futur, nous innovons sans cesse et testons de nouveaux modes de livraison de plus en plus responsables et efficaces, qui simplifient la vie de nos clients comme de nos livreurs. Partenaire historique de La Poste dans le déploiement des véhicules électriques, Renault nous propose avec EZ-FLEX une solution innovante et modulable. Notre retour d’expérience permettra de mettre en adéquation les besoins des livreurs et le véhicule utilitaire ». AD
 
   
  Une dizaine d’exemplaires de l’EZ-FLEX seront testés en Europe par des spécialistes de la livraison du dernier kilomètre. Crédit photo Renault  
 
INFOS INTERNATIONALES  

Espagne
Mercadona automatise sa logistique frais avec Cimcorp

La chaine de supermarchés espagnole Mercadona va se doter de quatre nouvelles plateformes de distribution pour ses produits frais, largement automatisées via des solutions du finlandais Cimcorp. Ce contrat à plus de 120 M€ est le plus gros jamais signé par ce fabricant et intégrateur de systèmes intralogistiques, qui a d’abord travaillé pour l’industrie du pneu avant d’étendre sa palette à des systèmes robotisés de stockage et de préparation utilisés aussi bien dans les secteurs de l’alimentaire, des boissons, des FMCG que dans le e-commerce ou les services postaux. Mercadona et Cimcorp avait déjà collaboré sur un précédent projet d’automatisation d’une plateforme frais proche de Grenade, il y a cinq ans, et ce nouvel accord porte sur des sites situés à proximité de Séville, Valence, Alicante et Saragosse, qui approvisionneront 600 des 1 630 magasins que compte l’enseigne en Espagne. Chacun disposera à la fois d’une zone à +3°C, pour la viande en barquette, et d’une zone à +12°C pour les fruits et légumes. Pour Mercadona, l’enjeu est d’optimiser sa gestion des rayons frais, en sécurisant les approvisionnements et en limitant la casse. Le contrat passé avec Cimcorp devrait doter les nouveaux sites de différents systèmes automatisés de gestion de bacs qui seront pilotés par ses propres solutions logicielles, sachant qu’à la différence du premier projet, le fournisseur finlandais jouera cette fois-ci le rôle d’intégrateur en s’appuyant notamment sur les ressources de sa filiale Murata Machinery (spécialiste japonais acquis en 2014). MR
 
   
  @ DR - Cimcorp va automatiser 4 nouveaux entrepôts frais de Mercadona, après un premier projet réalisé près de Grenade en 2014.  
 

 

Royaume Uni / Italie
Amazon se lance dans le click & collect

Le click & collect étant ancré dans les habitudes de consommation en Europe, Amazon propose désormais cette option à certains clients du Royaume Uni et de l’Italie. Baptisé Counter (comptoir), ce service réservé à l’Europe s’appuie actuellement sur les réseaux de points de vente du distributeur de textile Next (500 boutiques au Royaume-Uni) et du libraire italien Giunti. Il s’agit pour Amazon de proposer à ses clients une nouvelle option de livraison, en plus de ses consignes automatiques notamment, et pour ses partenaires d’augmenter le trafic en magasin. Les boutiques ne gèreront au départ que les flux sortant puis prendront également en charge les retours ultérieurement. Amazon compte étendre cette offre à l’Europe entière. PM
 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble
de la communauté logistique.
 

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias

Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
 
 
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous
 

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 06 81 35 79 03
philippe.tesson@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, merci de mettre à jour le formulaire en cliquant ici  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
20 mai 2019



 


mai 2019

Mardi 21
Dauphine Executive Education
« Ouverture des candidatures - Certificat Industrie 4.0 »
Inscrivez-vous !


mai 2019

Jeudi 23
& Vendredi 24
Formation EURODECISION
« Méthodes & pratiques de la prévision des ventes »
De 9 h à 17 h


juin 2019

Mercredi 05
à Vendredi 7
Transport Logistic
Munich

Mercredi 05
et jeudi 6
Conférence Deliver
Le rendez-vous européen de l’e-logistics
Lisbonne

Jeudi 20
RISC#2019, les Rencontres Internationales de la Supply Chain de l’Aslog
De 8h30 à 22 h
Pavillon d’Armenonville
Paris 16ème

Mardi 25
Table ronde
« Pourquoi Demand Driven deviendra-t-il un standard de la Supply Chain ?»
avec les témoignages de grands industriels et distributeurs qui ont passé le cap Demand Driven.
De 8h30 à 12h
Paris 8e


octobre 2019

Mardi 08
SUPPLY CHAIN EXPERTS
« Comment optimiser votre logistique d’entreposage ? »
8h30
Paris (Porte de Charenton)

 


Pour ne plus recevoir la newsletter, suivez ce lien