Si le message s'affiche mal, visualisez la page en ligne
2923
Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
Prestataires logistiques
Staci se lance à la conquête de l’Amérique
Le 3PL spécialisé dans la logistique de détail des flux marchands et non marchands Staci a loué récemment un entrepôt de 12 000 m² à Jersey City, sur la rive gauche de l’Hudson, aux portes de New York et à quelques encablures de la Statue de la Liberté. Une fois n’est pas coutume, cette première implantation sur le marché américain ne s’accompagne pas d’une acquisition de société, comme Staci l’a fait ces dernières années en Europe, notamment en Espagne ou au Royaume-Uni. On ne connaît pas le nom du signataire du premier contrat outre-Atlantique du 3PL, si ce n’est qu’il s’agit d’une société américaine en forte croissance, déjà cliente du groupe Staci en France (via Eurodislog, que Staci a racheté l’année dernière). En fin d’année dernière, le DG d’Eurodislog Nicolas Morisse avait été mandaté par ce client pour réaliser un audit de son organisation logistique interne aux Etats-Unis, qui a ensuite conduit au lancement d’un appel d’offres remporté par Staci début 2019, face à huit concurrents américains. Voilà comment la filiale Staci US Corp a été créée, et placée sous la présidence de Nicolas Morisse. Dans cet entrepôt américain qui a vocation à être mutualisé, l’idée est de s’inspirer fortement de ce qui se fait aujourd’hui sur leur plate-forme de Saint-Ouen l’Aumône, avec une chaîne mécanisée et du pick to light avec préparation et livraison en J+2 (contre J+7 jusqu’à présent aux Etats-Unis, avec des gains de productivité de l’ordre de 30%) et toute la partie digitalisation de la relation client, qui fait partie de l’ADN de Staci. Le site entre en service en juin, avec une montée en puissance programmée sur trois mois pour gérer l’ensemble des flux nord-américains pour ce client (près de 7 000 commandes seront préparées et expédiées quotidiennement). JLR
 
   
 

Nicolas Morisse, le président de Staci US Corp, devant l’entrepôt de Jersey City ; à quelques encablures de la Statue de la Liberté.

Crédit photo Staci
 
 
 
Prestataires logistiques (suite)
Les ambitions de Staci outre-Atlantique
Ce premier gros contrat américain, avec un client qui va devenir le plus important pour le groupe en termes de CA, va permettre à Staci de développer plus avant son activité de prestation logistique aux Etats-Unis. Plus d’une quarantaine de personnes vont être recrutées, y compris deux managers qui faisaient partie de l’équipe logistique de son client. Après de multiples visites outre-Atlantique, le président du groupe Staci Thomas Mortier s’est forgé une opinion sur l’état de la concurrence en matière de logistique publi-promotionnelle, de produits non marchands ou de commandes de détail multiréférences. « C’est un marché atomisé sur lequel il y a beaucoup d’opportunités, car contrairement à l’e-commerce, les innovations sont rares chez nos confrères américains» estime-t-il. D’où l’ambition de Staci de dupliquer outre-Atlantique ses recettes européennes, en s’appuyant notamment sur son SI maison, Augusta, afin de répondre à la demande d’optimisation provenant de divers secteurs. « Nous avons commencé à organiser des conférences téléphoniques aux Etats-Unis avec certains de nos clients européens comme les brasseurs, les laboratoires pharmaceutiques, et quelques grands du food & beverage qui sont très intéressés de nous voir arriver sur le marché avec nos technologies et nos plans de progrès» précise Thomas Mortier. La commercialisation de l’offre devrait démarrer dès septembre. Parallèlement Staci n’est pas contre l’idée de procéder à une acquisition dans l’année qui vient. « Nous sommes très actifs en ce moment pour rencontrer des confrères aux Etats-Unis et identifier les cibles intéressantes » nous a confié le président de Staci. JLR
 
   
 

Thomas Mortier, le président du groupe Staci, étudie les possibilités de procéder à une acquisition de société aux Etats-Unis avant la fin de l’année.

Crédit photo Denis ALLARD
 
 
 
Logistique du froid
Norfrigo va s’implanter sur le port ouest de Dunkerque
En 2020, Norfrigo va ouvrir une unité d'entreposage frigorifique de 48 000 m3 dans la zone logistique du port ouest de Dunkerque. Ce nouvel entrepôt, qui aura une capacité de 10 400 palettes, sera générateur de 10 à 15 emplois. Alliance entre le groupe familial boulonnais Le Garrec (spécialistes des produits de la mer) et le groupe Stef, Norfrigo dispose actuellement de 30 000 m² répartis sur quatre sites dans la région de Boulogne sur Mer (dont 3 sur le port et un à Wimille, plus au nord). Il a réalisé en 2018 un CA de 8,4 M€ de CA, en progression de +3%. L’ouverture du nouveau site de Dunkerque va lui permettre d’absorber une partie des flux imports pour la clientèle négoce et importateurs. « Le Brexit et la modification des règles fiscales françaises sur l’importation de produits de la mer avec la suppression de la taxe parafiscale à 0.27% dans la loi de finance 2019 sont autant d’opportunités. Cette suppression devrait créer un appel d’air des importations sur le territoire national, et le port de Dunkerque, par sa position proche de Boulogne-sur-Mer, qui est la première place de transformation européenne des produits de la mer, va devenir pour les importateurs-négociants-industriels de la place le point idéal d’entrée dans l’UE, avec la réduction des frais d’approche » a déclaré Antoine Le Garrec, le président de la branche "pêche et service" du Groupe Le Garrec. JLR
 
   
 

Crédit photo
 
 
 
Auto ID
Une étiquette RFID pour les environnements sensibles à l’électricité statique
Les étiquettes UHF traditionnelles perdent de leur efficacité en distance de lecture lorsqu’elles sont utilisées sur des bacs ou conteneurs pour les environnements sensibles à l’électricité statique telles que les zones ESD (Electro Static Discharge ou ESD) utilisées notamment dans l’industrie électronique pour l’assemblage et la manutention des composants. C’est la raison pour laquelle le fabricant de solutions d’identification et traçabilité Inotec lance une étiquette mixant RFID et ESD. Baptisée Flex on ESD, elle est dotée d’un adhésif spécifique qui fait office d’isolant et lui garantit une conservation de ses performances en distance de lecture lorsqu’elle est placée sur un support antistatique. Flex on ESD utilise un tag RFID UHF EPC Class 1 Gen 2, offre une double identification codes-barres et RFID, et résiste à des lavages hautes pression de 50 bar ainsi qu’à à des environnements extrêmes (de - 40° C à + 100°C par 24 H). AD
 
   
 

A l’instar de toutes les étiquettes proposées par Inotec, la Flex on ESD est personnalisable (logos, graphiques, images multicolores…).

Crédit photo Inotec
 
 
 
Gestion du transport
Manhattan Associates annonce une nouvelle version de son TMS
La solution TMS (Transport Management System) de l’éditeur américain Manhattan Associates, dont la base clients est encore majoritairement située outre-Atlantique (Amériques du Nord et du Sud), affiche de nouvelles fonctionnalités dans la dernière version en date. Côté modélisation de réseau, les visualisations de diagrammes de Gantt sont désormais intégrées, et il est possible de simuler le fractionnement des commandes dans les scénarios réels de contraintes de capacité. Par ailleurs, l’application TMS Mobile (sous Android et iOS), conçue initialement pour les chargeurs, s’ouvre également aux transporteurs et aux planificateurs de transports et leur donne un accès mobile en temps réel au statut des envois et la possibilité d'utiliser des applications de navigation tierces gratuites (comme Google Maps et Waze). Cette application mobile est désormais disponible en espagnol et en portugais. Une autre évolution concerne plus spécifiquement le marché américain : Manhattan TMS s’intègre désormais nativement avec les solutions de DAT, un service de mise en relation entre chargeurs et transporteurs routiers de fret (initialement dénommé Dial-a-Truck). A noter également que dans le dernier Magic Quadrant 2019 du Gartner dédié aux solutions TMS, la solution cloud de Manhattan Associates a été classé dans la catégorie Leader, aux côtés d’Oracle, JDA et SAP. JLR
 
 
 
Multimodal
Forte croissance pour le pôle intégré de Forwardis
Depuis sa création il y a un an, le pôle multimodal intégré (rail-route + fluvial) de Forwardis a pris en charge un volume d’affaires de près de 1 million de tonnes en croissance de 70%. Cela représente une part de plus de 10 % sur les 9 millions de tonnes transportées au global chaque année en Europe par le commissionnaire de transport de marchandises en modes ferroviaire et fluvial du groupe SNCF. Au niveau de l’activité fluviale, le pôle a contribué au transport de 830 000 tonnes en 2018, en hausse de 80 %, et concernant le transport combiné, il a organisé plus de 2 000 envois en mode rail-route avec des conteneurs de 30 ou de 45 pieds. Les premiers sont notamment exploités dans le transport de sucre entre les Hauts-de-France et la frontière franco-espagnole, et les seconds dans le transport en vrac de céréales ou de sables ainsi que marchandises palettisées entre la France et l’Italie. Depuis début 2019, dix de ces conteneurs de 45 pieds affichent en outre les couleurs de Forwardis et sont équipés de boîtiers de géolocalisation GPS. Ils ont été fournis par la société autrichienne DOT Telematik et ont été installés par le spécialiste de la location de matériels intermodaux Modalis. AD
 
   
 

Crédit photo
 
 
 
Nomination
DHL Supply Chain France recrute un nouveau DSI
Le prestataire logistique DHL Supply Chain France a annoncé le recrutement de François Druvert au poste de DSI. Succédant à Nicolas Sanchez, qui a quitté la société, il intègre aussi son Comité de direction. Titulaire d’un diplôme d’ingénieur de l’école lilloise des Hautes Etudes d’Ingénieur (HEI), François Druvert connait très bien le secteur de la logistique : avant de rejoindre DHL Supply Chain France, il a travaillé comme responsable de service WMS chez FM Logistic et chef de projet IT puis directeur de projets WMS chez XPO Logistics France. Avant cela, il avait été responsable des opérations chez le prestataire logistique Mécanic Services Logistiques (MSL) et responsable méthodes et SI logistique chez le distributeur de matériels électriques Rexel France. AD
 
   
 

Crédit photo
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Belgique
OMP Partners donne des ailes au S&OP de Sonaca

Sonaca, sous-traitant belge spécialiste des éléments de structures dans le domaine aérospatial, a choisi de s’appuyer au niveau mondial sur l’APS OMP Plus développé par son compatriote OM Partners. La première mise en œuvre va concerner son site de Gosselies, en Belgique, pour l’élaboration du Plan Directeur de Production (PDP) et l’ordonnancement. D’autres sites en Europe en Chine et en Amérique du Sud seront ensuite intégrés au processus S&OP du sous-traitant aéronautique. « La croissance de Sonaca sur le marché aérospatial rendait indispensable la mise en place d’une solution de pointe en matière de planification supply chain. Nous avons non seulement besoin de conserver l’excellence de nos niveaux de service, mais également de travailler de manière plus flexible et efficace pour répondre aux différents changements et opportunités qui s’offrent à nous » a déclaré Jan Boeckx, le directeur des Opérations de Sonaca. JLR
 
   
 

Espagne
Le réseau de points de retrait de Seur intègre les consignes Pudo

La société de transport de colis Seur, filiale de DPD en Espagne (groupe La Poste) a signé un accord avec Pudo International pour intégrer dans son réseau national de points de retrait (PickUp) les 150 consignes automatiques qu’exploite ce dernier en Espagne. Rappelons que Pudo International appartient à la société suisse Kern AG, qui concçoit, fabrique et installe ces consignes automatiques dénommées Kern Lockers. En Espagne, la société a déjà signé plusieurs accords avec des distributeurs comme Decathlon et Fnac, qui propose ainsi à leurs clients des services de Clic and Collect automatiques. JLR
 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble
de la communauté logistique.
 

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias

Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
 
 
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

 

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 06 81 35 79 03
philippe.tesson@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, merci de mettre à jour le formulaire en cliquant ici  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
14 mai 2019



 


mai 2019

Jeudi 16
Club Agora du SCM
« Que peuvent nous apporter les startups de la Supply Chain ? »
De 19h00 à 22h30
Paris


mai 2019

Mardi 21
Dauphine Executive Education
« Ouverture des candidatures - Certificat Industrie 4.0 »
Inscrivez-vous !

Jeudi 23
& Vendredi 24
Formation EURODECISION
« Méthodes & pratiques de la prévision des ventes »
De 9 h à 17 h


juin 2019

Mercredi 05
à Vendredi 7
Transport Logistic
Munich

Mercredi 05
et jeudi 6
Conférence Deliver
Le rendez-vous européen de l’e-logistics
Lisbonne

Jeudi 20
RISC#2019, les Rencontres Internationales de la Supply Chain de l’Aslog
De 8h30 à 22 h
Pavillon d’Armenonville
Paris 16ème

Mardi 25
Table ronde
« Pourquoi Demand Driven deviendra-t-il un standard de la Supply Chain ?»
avec les témoignages de grands industriels et distributeurs qui ont passé le cap Demand Driven.
De 8h30 à 12h
Paris 8e


octobre 2019

Mardi 08
SUPPLY CHAIN EXPERTS
« Comment optimiser votre logistique d’entreposage ? »
8h30
Paris (Porte de Charenton)

 


Pour ne plus recevoir la newsletter, suivez ce lien