Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
Chariots
Cure de
jouvence
pour le RX20
de Still
L'ambiance se voulait électrique la semaine dernière au siège de Still, à Hambourg, pour la présentation à la presse de la nouvelle version de sa gamme best-seller : ses chariots frontaux électriques RX20. En une douzaine d'années, il s'en est écoulé pas moins de 80.000 exemplaires, vu la polyvalence de ce frontal « passe-partout » prisé de tous les secteurs d'activité. « Le nouveau RX20 est le fruit d'un redéveloppement complet qui nous aura pris 5 ans, l'objectif de Still étant de poser un nouveau jalon de la mobilité électrique », prévenait d'emblée Thomas Fischer, le Directeur des ventes, marketing et services du groupe. Lancée en 2005, sa version initiale avait fait date en introduisant le principe du chargement latéral des batteries, qui a simplifié et sécurisé la manipulation en salle de charge de ces éléments approchant la tonne. Avec cette nouvelle version, qui met en œuvre près de 80% de nouveaux composants, le RX20 joue la carte de la performance, l'électrique tenant désormais largement la comparaison avec les chariots thermiques (voir ci-dessous). « Il s'agissait aussi de tenir compte de l'évolution des besoins logistiques et des attentes des utilisateurs. L'optimisation de la place dans les entrepôts nous a fait mettre l'accent sur la compacité, et la prise de conscience de la pénibilité s'illustre dans les nouveaux habitacles, qui assurent plus de place et de confort aux caristes », ont précisé les maitres d'œuvre de cette remise à plat. Parmi les nombreuses innovations : un nouveau système d'assistance intelligent, un accent sur l'ergonomie des commandes, plus de possibilités de personnalisation des modes d'utilisation, de nouveaux mats de levage plus puissants et masquant moins la visibilité... Sans compter un nouvel essieu pendulaire, fruit d'un développement mené à l'échelle du groupe Kion, auquel Still appartient. Ce nouveau RX20 se décline dans 13 versions offrant des variantes en longueur, en nombre de roues ou de capacité de charge, sans compter la multitude d'options. MR
Photo : conférence Still ©M.Rabiller
 
   
  Still - chariots frontaux électriques RX20 ©Still  
   
 
 
 
Chariots
(suite)
Un pari sur
la technologie
Lithium-Ion
« Aucun chariot électrique ne peut déplacer autant de palettes avec la même quantité d'énergie », a fait valoir Thomas Fischer lors de cette présentation du nouveau RX20. En pratique, la charge d'une batterie Lithium-Ion est sensée permettre plus de 300 transbordements sur une durée d'utilisation de 7 heures. Chaque version du RX20 est d'ailleurs proposée à la fois en technologie traditionnelle de batterie Plomb-Acide, avec les manipulations de recharge que cela implique, ou en technologie Lithium-Ion, moins contraignante en termes d'infrastructures de recharge. Les nouveaux compartiments batteries peuvent d'ailleurs accueillir les deux formats grâce à un simple adaptateur, laissant la possibilité aux clients d'opter pour la formule Lithium-Ion plus tard, ou de jongler entre les deux technologies en fonction de l'usage du chariot en question. « La gestion énergétique devient d'ailleurs un enjeu-clé de la relation-client, afin de le conseiller en fonction de ses besoins : la nature des opérations à réaliser, mais surtout son organisation, l'avantage du Lithium-Ion étant d'autant plus probant s'il fonctionne en 2 ou 3 équipes car c'est une technologie particulièrement adaptée à la recharge en biberonnage, en quelques minutes à chaque temps de pause. Cela permet de rester dans la plage de chargement optimale de la batterie, et in fine de rentabiliser d'autant mieux son investissement », selon Kai von Berg, le Responsable du management des produits de la gamme Entrepôt de Still. Dans la cadre d'un usage intensif, la technologie Lithium-Ion serait même plus intéressante d'un point de vue économique, malgré le surcoût à l'achat, nous a-t-il assuré. Mais si Still fait clairement le pari du Lithium-Ion pour les années à venir, difficile de savoir la part que tient déjà cette technologie dans les ventes. « Elle est encore minoritaire », indique la version officielle. Dans un rapport de 1 à 5 semble-t-il, mais c'est justement la mission de ce nouveau RX20 que de changer la donne. MR  
   
  Côté batterie, toute la gamme est proposée à la fois en technologie Plomb-Acide et en Lithium-Ion. ©Still  
 
Prestataires
logistiques
ID Logistics
ouvre
les portes de
son Campus
Innovation
En inaugurant officiellement hier avec la presse son Campus Innovation, ID Logistics rend plus visible la démarche et les efforts qu'il a déployés dans ce domaine depuis deux ans et demi. Conçu comme un lieu de partage, de formation et de rencontres permettant de stimuler la créativité entre les équipes du groupe et ses partenaires (grandes écoles, start-up, industriels), ce plateau aménagé de plus de 1.500 m2 est situé sur le site de Châtres, en Seine-et-Marne. Mais le Campus Innovation est aussi une sorte de vitrine technologique des démos d'une vingtaine d'innovations déployées ou en test dans les différentes filiales du groupe, y compris de solutions innovantes mises en place sur le site, pour ses clients Castorama ou Marionnaud. « L'impact de l'e-commerce sur l'accélération des flux et sur l'accroissement de la profondeur des gammes de produits, mais aussi la meilleure prise en compte dans tous les pays de la problématique ergonomique des préparateurs de commandes, illustrent ce côté shakepearien de la nécessité d'innover. Pour un prestataire logistique, in nover ou pas dans les deux ans qui viennent, c'est comme être ou ne pas être » a expliqué Eric Hémar, le Président d'ID Logistics. En précisant par ailleurs que cette démarche innovation, en tant qu'axe stratégique, est un véritable projet d'entreprise, qui associe les 19.000 salariés du groupe (via des animations, des ateliers, etc) et non pas seulement les 11 experts innovation et leurs 16 correspondants dans les pays.
76 projets innovants ont été lancés sur les 18 derniers mois, 25 POC (Proff of Concept) sont en cour de validation ou de déploiement et le prestataire dispose d'un « réservoir » de plus de 80 projets, son « sac à idées », notamment grâce aux candidatures reçues l'année dernière dans le cadre de son l'Appel à Projets Innovants (voir suite). JLR
 
   
  Ludovic Lamaud, Directeur Général adjoint développement et innovation, Eric Hémar Président, et Romain Dellamonica, Responsable innovation d'ID Logistics.  
 
 
 
Innovation
(suite)
Les trois
projets primés
de l'API
d'ID Logistics

Les résultats de l'Appel à Projets Innovants lancé en mai dernier par ID Logistics ont été rendus publics hier par le logisticien. L'API portait sur deux grandes thématiques : smart entrepôt et digitalisation de la Supply Chain.150 start-up se sont manifestées, 56 dossiers complets ont été reçus. Composé de cadres d'ID Logistics mais aussi de Carrefour, Castorama, Danone, Kiabi, Vente Privée, Cdiscount et de l'Ecole Centrale Lyon, le jury a dans un premier temps sélectionné six projets candidats (Globio, Big Vista, Factoryz, Cosling, E-Dentic et Livejourney) pour réaliser des POC (Proof of concept) sur des sites clients d'ID Logistics, subventionnés à hauteur de 5.000 € chacun. A l'issue de ces POC, le jury a choisi le 17 octobre dernier les trois dossiers primés, qui feront l'objet de projets pilotes en 2018, bénéficiant d'une avance de contrat entre 10 et 30.000 €. La start-up arrivée en tête est Livejourney. Elle développe un logiciel prédictif d'analyse Big Data et de simulation de processus capable d'améliorer les prévisions de volume de commandes au jour ou à la semaine (pour mieux planifier les ressources), mais également de prévoir la répartition fine de ces ressources sur les différentes étapes du process logistique tout au long de la journée. Un test démarre actuellement dans l'entrepôt de Bollène, dans la Drôme (client Nespresso), l'objectif étant de faire tourner opérationnellement un premier module en juin. Le second dossier sur le podium est l'intégrateur E-Dentic. Via sa filiale dédiée Epyo, il conçoit des solutions « de rupture » à base de balises ebeacon pour valider automatiquement le picking d'un opérateur, ou le passage à quai d'un chariot sans nécessiter de scanner un code-à-barres. Deux POC vont être réalisés en 2018 sur des flux de clients d'ID Logistics, en l'occurrence Kiabi et Panzani. La troisième start-up primée est Cosling (agrégation de « constraint solving »), pour son outil Optapick d'aide au montage de palettes hétérogènes optimisées, sur un chemin de prélèvement imposé, avec visualisation embarquée de l'emplacement où déposer chaque colis. Le projet pilote démarre en février sur un entrepôt ID Logistics / Auchan, avec un développement en R&D estimé à 9 mois. JLR  
   
  Les trois lauréats de l'API d'ID Logistics en 2018, de gauche
à droite :
Tanguy Lapègue (co-Fondateur de Cosling),
Simon Pioche (Pdg de Livejourney) et Gilles Tassery,
Président d'E-Dentic
 
 
Financement
des
infrastructures
Retour
à la politique
du « pollueur-
payeur » ?
Dans le rapport rendu le 1er février par le Comité d'Orientation des Infrastructures (COI), mis en place dans le cadre des Assises de la mobilité, trois scénarios ont été proposés à la ministre des Transports, Elisabeth Borne. Chacun nécessite de mobiliser des budgets différents : 48 Md, 60 Md ou 80 Md d'€ sur 20 ans. Côté finance-ment, le rapport préconise l'affectation d'une part plus importante de la TICPE (Taxe Intérieure de Consomma-tion sur les Produits Energétiques) à la politique des mobilités. Autre source envisagée : une vignette fiscale for-faitaire payée non seulement par les camions mais aussi par les véhicules utilitaires légers.
« Cette solution, qui avait d'ailleurs été proposée par une organisation patronale lors de l'abandon de l'écotaxe, a le mérite de faire contribuer non seulement les poids lourds français mais aussi les poids lourds étrangers »
, a souligné Philippe Duron, Président du COI, qui propose également de s'attaquer au remboursement partiel de la TICPE dont béné-ficient les entreprises de transport routier et les taxis, considéré comme une niche fiscale qu'il faudra revoir pour qu'une partie soit réaffectée aux investissements. EL/AK
Voir le détail des scénarios
sur le Portail Actu-TL
 
 
Salon SITL/
Intralogistics
Le Méga
Démonstrateur
devient le
Smart Hub
C'était la grande nouveauté de la SITL 2017, le « Méga Démonstrateur », cette zone du salon où les participants étaient guidés façon Ikea le long d'un parcours thématique, dans un décor « immersif », pour enchaîner les démonstrations de solutions (voir NL n°2423). Pour la SITL 2018 (20-23 mars 2018, Paris Nord Villepinte), Reed Exhibition a non seulement décidé de maintenir ce concept, mais même de l'étendre sur 300 m2, devant le succès rencontré l'année dernière. Installé côté Intralogistics, il sera renommé le Smart Hub, sans doute par souci d'internationalisation mais aussi parce que les thématiques de démonstration seront nettement plus larges qu'en 2017 : « smart Intralogistique », mais aussi « smart truck », « smart port », « smart logistique urbaine et e-retail », « smart real estate », « smart territoires ». Cet espace devrait au final compter une trentaine de courtes démonstrations « découverte », scénarisées pour un visiteur individuel ou pour un groupe de visite d'une même entreprise. A la sortie du Smart Hub, les visiteurs seront invités à voter pour la meilleure démonstration, pour laquelle un prix sera décerné à la fin du salon. A ce jour, la liste des démonstrateurs compte notamment Alis International, Devisubox, IP3 Concept, Isitec International, Pickeos, Rite Hite, Scallog, Sick France, Stackr, et Transporeon. JLR  
   
 
ACTUS INTERNATIONALES  

Japon
Premier test
de platooning
multi-
constructeur
C'est une première mondiale. Au Japon, Hino Motors, Isuzu Motors, UD Motors (groupe Volvo) et Fuso (Groupe Daimler) testent ensemble le platooning sur route. Une première série a eu lien du 23 au 25 janvier sur le Shin Tomei Expressway (entre les villes d'Hamamatsu et de Enshu) puis une autre a débuté le 30 janvier et s'est terminée hier sur le Kita Kanto Expressway, au nord de Tokyo. Les véhicules circulaient en convoi à une vitesse de 80 km/h et à une distance de suivi d'environ 35 m. Bien qu'il ne s'agisse pas d'un test de conduite automatisée de niveau 5 (sans conducteur), ce premier test multiconstructeur préfigure un avenir proche dans lequel les camions autonomes apparaitront sur les routes, à savoir entre 2022 et 2025 selon les constructeurs concernés. Coordonnés par Toyota, ces tests ont été menés sous l'égide du ministère de l'Economie, du Commerce et de l'Industrie, et celui du Territoire, de l'Infrastructure, du Transport et du Tourisme. PM
Photo ©Fuso
 
   
 

Espagne
Ceva Logistics
ouvre un site
multiclient
au nord de
Madrid
Le prestataire néerlandais Ceva Logistics vient d'ouvrir un nouvel entrepôt de 16.000 m2 à Alovera, une zone industrielle située à 50 km au nord-est de Madrid, à proximité des autoroutes A1 (Madrid – San Sebastian) et A2 (Madrid – Barcelone). Sa caractéristique principale est d'être multiclient, comme ceux qu'exploite déjà Ceva à Subirats, près de Barcelone, et dans la région d'Ontigola, au sud de Madrid. « Nous attendions la meilleure occasion d'étendre nos capacités pour pouvoir offrir à nos clients des services d'excellence, des synergies et des avantages compétitifs. Le nord de Madrid est une région clé compte tenu de sa position géographique stratégique » a indiqué Marco Galbusera, Directeur général de Ceva pour l'Espagne et le Portugal. JLR
((icono : alovera multiuser warehouse.jpg))
Photo ©Ceva
 
   
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
ou : jean-luc.rognon@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Nathalie Bier
Directrice de clientèle
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@scmag.fr  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
2 février 2018

MARS 2018

Mardi 20 au
vendredi 23
SITL
Europe 2018/ Intralogistics
Europe

Parc des
expositions
Paris Nord
Villepinte
Hall 6

Mardi 27
Journée DSCP
Dynasys
« Transformation
digitale : votre
Supply Chain
est-elle
tendance ? »

De 8h30 à 17h15
Palais Brongniart
Paris



AVRIL 2018


Jeudi 5

Soirée de Gala
de l'Agora du
Supply Chain
Management

Pavillon
d'Armenonville
Paris 16e


Lundi 23 au
vendredi 27

CeMAT 2018
Hanovre
Allemagne