Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
Machine
Learning
IBM lance
sa plate-forme
SC dopée
par Watson
La semaine dernière, IBM a présenté à ses clients et prospects européens sa plate-forme Supply Chain Insights. « La solution permet une totale visibilité des risques opérationnels pesant sur sa supply chain, avec un volet machine learning reposant sur notre agent d'intelligence artificielle Watson », a résumé Chris Cameron, Worlwide Sales Leader sur ce volet Watson Supply Chain. Pour en présenter les atouts, il est revenu sur la génèse du développement de cette plate-forme depuis 4 ans, comme portail de management interne de la SC d'IBM : « Celle-ci est très complexe, compte tenu des centaines de milliers de variantes de nos produits, voire plus, de nos 11.000 fournisseurs réguliers, et des différents 3PL avec qui nous travaillons à l'échelle mondiale ou régionale. C'est avec ces derniers que nous connecte la solution, avec une optique de risk management conjuguée à de l'analyse prédictive. Dans l'énorme masse de données que cela engendre au niveau de nos outils et de nos ERP, l'enjeu est de remonter aux opérationnels de notre supply chain d'éventuels problèmes à venir, et de les accompagner dans leur résolution. Watson permet non seulement d'intégrer des données externes, comme une vague de brouillard sur les aéroports londoniens, l'essentiel des flux passant par l'aérien dans l'industrie high-tech, mais aussi de générer des alertes en identifiant les composants concernés et les clients destinataires, et surtout d'accompagner nos équipes dans leur résolution. Notamment en identifiant les personnes ayant déjà eu à résoudre le type de problème en question, avec laquelle l'opérateur concerné peut se mettre en relation, Watson intervenant dans leurs échanges en langage naturel afin de suggérer des informations pertinentes ou d'éventuelles solutions. Un problème qui mettait plusieurs jours à être résolu peut l'être en quelques minutes, quitte ensuite à en automatiser le traitement », a expliqué Chris Cameron, en faisant valoir sa double expertise du côté 3PL et du côté IT. Et les bénéfices ont été très probants pour IBM, tant sur les coûts d'expédition que sur la réduction des stocks et des immobilisations que sur les coûts structurels de la SC. Soit environ 40 M$ d'économies sur 3 ans, qui ont plus que compensé les coûts de développement de la plate-forme (suite ci-dessous). MR  
   
  Chris Cameron, Worlwide Sales Leader,
Watson Supply Chain
 
 
 
 
Machine
Learning
(suite)
La commercia-
lisation
par IBM
a débuté
en Europe
La pertinence de cette nouvelle plate-forme SC d'IBM l'a amené à en développer une version commerciale. Entre le début 2017 et le mois d'août dernier, elle a été mise en œuvre chez une dizaine de grands groupes, qui ont chargé les données correspondant à un volet partiel de leur supply chain, l'enjeu étant notamment d'entrainer le moteur de machine learning qui fait tout l'intérêt de la solution. A ce jour ce sont pas moins de 50 entreprises qui ont commencé à l'utiliser, principalement dans l'industrie high-tech et automobile, dont une quinzaine en Europe et une demi-douzaine en Asie. Depuis le début décembre, la phase de commercialisation à proprement parler est engagée en Europe. « Mieux vaut commencer par un POC sur un périmètre limité ou un flux particulier, à la fois pour que Watson se familiarise avec les problématiques de l'entreprise et de son secteur, mais aussi pour lui donner l'occasion de faire la preuve de sa pertinence et mieux convaincre de son utilité en interne », indique Chris Cameron. Pour l'instant, la cible se porte surtout sur les entreprises manufacturières, compte tenu des problématiques avec lesquelles la solution a pu se familiariser au sein d'IBM et des premiers partenaires. Mais pour 2018 et surtout 2019, les entreprises des secteurs Retail, Fashion ou PGC sont dans le viseur. Un nouveau terrain de jeu s'ouvre pour l'agent cognitif Watson, dont l'intelligence artificielle est développée par IBM depuis les années 70, et qui a déjà pu faire ses preuves en tant que joueur d'échecs, notamment face à Kasparov dans la décennie suivante, et même en tant que champion du jeu télévisé Jeopardy. MR  
 
France
Logistique
2025
Le référentiel
RSE pour
la logistique
sera finalisé
en janvier
L'élaboration du référentiel RSE commun, qui fait partie de la Stratégie nationale France Logistique 2025, a bien avancé. La phase de consultation, commencée en septembre avec les entreprises concernées par la logistique (par questionnaire, voir NL n°2534, puis entretiens individuels) et poursuivie avec les associations professionnelles, s'est terminée le mois dernier par plusieurs sessions d'ateliers thématiques (social, environnemental, sociétal). Le document final devrait être prêt dans le courant de janvier, et comporter plus d'une trentaine de domaines d'actions RSE concernant la logistique, avec des notions de priorité et des définitions de KPI (indicateurs clés) correspondants. A son objectif initial d'aider les entreprises à démarrer une démarche RSE pour leurs activités logistiques s'est ajouté en cours de route un second : donner des éléments sur la RSE afin de structurer dans ce domaine les appels d'offres entre donneurs d'ordre et prestataires. JLR  
 
 
 
Gestion
des risques SC
L'assureur QBE
classe la France
au 10
e rang
européen


Le groupe australien d'assurances et de ré-assurance QBE a publié une étude comparative menée à l'échelle de 15 pays européens, en combinant 20 indicateurs de risques dans la Supply Chain (répartis selon 5 catégories, à savoir « economic », « infrastructure », « cyber », « environmental », et « political »). Petite surprise dans ce classement : l'Allemagne, n°1 mondial de l'indice de performance logistique de la Banque mondiale, n'arrive chez QBE qu'au septième rang européen en ce qui concerne les risques SC, avec un score très moyen de 51/100. Les premiers sont les Pays-Bas (74/100), devant la Suisse (71), la Suède (67), Le Luxembourg, le Danemark et l'Autriche. Quant à la France, elle est classée 10e avec un score de 46/100, malgré une très bonne note en « infrastructure » (70) mais plombé par un catastrophique 14 sur le volet « political ». Voici la queue du peloton : le Portugal (même score que la France), le Royaume-Uni (44/100), l'Espagne (38), l'Italie (20, avec un incroyable 7 en « infrastructure ») et la Grèce (avec un total de 18/100). « Se prémunir contre une éventuelle rupture de la chaîne d'approvisionnement est devenu un véritable enjeu stratégique pour les entreprises de toute taille », commente Renaud de Pressigny, directeur général de QBE France, qui propose par ailleurs à ses clients PME un outil gratuit, QBE Risk Profile, leur permettant de cartographier leurs risques et de les hiérarchiser en fonction de leur gravité, de leur impact potentiel et de leur probabilité de survenance. JLR
Photo : Renaud de Pressigny, QBE
 
 
S&OP
Sedapta-Osys
lance
son offre OSA
en France
Après 12 années passées dans le groupe Bodet, l'éditeur lavallois Osys (3,5 M€ de CA), spécialisé dans les logiciels de MES (Manufacturing Execution System), a été racheté en octobre par l'italien Sedapta (CA de 35 M€, plus de 250 personnes dans le monde). Créé il y a 4 ans à Gênes par l'homme d'affaires Giorgio Cuttica, ce groupe international présent en France, en Italie, en Allemagne et au Brésil, rassemble plusieurs entreprises high-tech contribuant à l'industrie du futur (Supply Chain Management, GMAO, ordonnancement, et désormais MES). Avec un effectif de 40 personnes, la nouvelle entité française se prénomme désormais Sedapta-Osys. Présente également à Lyon et Toulouse, elle vient d'agrandir les bureaux du siège à Laval pour y accueillir de nouvelles recrues : des consultants experts dans les domaines de l'ordonnancement, du S&OP et du MES. La société s'apprête à commercialiser dans l'Hexagone son offre OSA (Orchestrator, Skillaware, Analytics) qui permet, selon elle, d'orchestrer les différentes technologies utilisées, du MES à la GMAO en passant par l'ordonnancement et la Supply Chain, en faisant collaborer de manière transversale l'ensemble des personnes et des processus au sein d'une usine. Notamment dans les filières de l'agroalimentaire, de la plasturgie, de l'automobile, de la cosmétique et de l'aéronautique. JLR  
 
 
 
Engins de
manutention
Neufs
ou d'occasion,
les chariots
ont la cote
Entre janvier et septembre 2017, les ventes de chariots neufs ont enregistré une hausse de +17% par rapport à l'an dernier, a indiqué Lionel Couturier, analyste statistique du Cisma, lors de l'édition 2017 de la journée occasion organisée fin novembre à Lille par l'équipe d'argus-chariot, en coopération avec le fabricant de batteries Exide Technologies. Cette hausse est à mettre principalement à l'actif des engins de magasinage et des chariots porte-à-faux électriques, les ventes de leurs cousins thermiques ayant baissé au second semestre avec la fin de la mesure de suramortissement. Mais le syndicat des équipements pour construction, infrastructures, sidérurgie et manutention, ne s'intéresse pas qu'au marché du neuf. Conjointement avec le DLR, syndicat des entreprises de distribution, location, maintenance et services pour les matériels destinés au BTP et à la manutention, le Cisma gère en effet le site www.argus-chariot.com, dont une nouvelle version a été mise en ligne il y a moins d'un an. Il s'agit d'un site de cotation d'engins de manutention provenant de 21 marques, alimenté par les estimations de plus de 55 experts indépendants et de réseau de vente qualifiés. JLR  
   
  Les participants de la journée occasion de l'équipe
argus-chariot.com. ©Cisma
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Japon
Le distributeur
Nitori
se robotise
Alors qu'en France, on s'inquiète parfois de la disparition des emplois en raison d'une automatisation croissante, le Japon traverse une pénurie de main d'œuvre et recourt aux robots pour combler les postes vacants, en particulier dans les entrepôts. C'est dans ce contexte que Nitori, le plus grand fabricant de meubles du Japon (plus de 400 magasins), a déployé la semaine dernière 79 robots capables de déplacer des étagères remplies de produits dans son centre de distribution d'Osaka (160.000 m2). Ces robots sont fabriqués par la société indienne GreyOrange (dont Ground est le distributeur au Japon) qui fournit également le software GreyMatter. Ce système automatisé « goods-to-person » est conçu pour assister les opérateurs pour les entrées en stock et le picking. JF  
   
  Les robots de la société GreyOrange ©GreyOrange  
 
 
 

Espagne
L'équipementier
auto Alcorta
sérialise
avec Zetes
Concepteur et fabricant de composant automobiles, Alcorta Forging Group a retenu deux solutions de l'éditeur Zetes pour gérer la traçabilité unitaire de ses produits avec une visibilité sur l'ensemble de sa supply chain. L'enjeu est d'avoir un suivi de bout en bout du cycle de production, de l'arrivée des matières premières sur le site de production jusqu'à l'expédition du composant fini, avec la possibilité d'enregistrer les opérations réalisées en externe. Spécialiste des solutions d'exécution de la supply chain, Zetes met en œuvre chez Alcorta un processus de Track & Trace fondé sur sa solution de packaging et d'identification ZetesAtlas, qui gère l'identification unique et la sérialisation des différentes unités logistiques (article, boîte, palette) et garantit l'agrégation des données au fil des étapes de la production. Et tous les événements sont enregistrés dans le référentiel de sa plate-forme ZetesOlympus, y compris ceux qui ne se déroulent pas dans l'usine d'Alcorta mais sur les sites de ses partenaires industriels.
« Cette visibilité totale sur le processus de fabrication des composants nous permet désormais d'apporter une réponse instantanée face à une demande ou à un incident. Et le cas échéant, nous sommes en mesure de gérer plus efficacement la logistique inverse »
, indique Oscar Bustillo, directeur informatique chez Alcorta. MR
 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Nathalie Bier
Directrice de clientèle
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@scmag.fr  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 

7 décembre 2017


DÉCEMBRE 2017


Mercredi 13
Webinar
COLIBRI
« Quel ROI pour
des prévisions
faites dans
un outil Cloud ? »

De 11h à 11h40
INSCRIVEZ-VOUS


JANVIER 2018


Mercredi 17

FORUM
DES ROIS DE LA
SUPPLY CHAIN
« 25 dossiers
en compétition ! »

Organisé par
SCMagazine
De 8h30 à 17h30
Salons de l'Aveyron
Paris Bercy 12e

PARTENAIRES
Mercredi 17
SOIRÉE
DES ROIS DE LA
SUPPLY CHAIN
Organisée par
SCMagazine
De 19h à 1h
Sur invitation
Musée des
Arts Forains
Paris Bercy 12e

PARTENAIRES