Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
E-commerce
Casino signe
pour une
plate-forme
clé-en-main
avec Ocado
La formule est inédite dans le e-commerce alimentaire, français comme européen. Le groupe Casino va s'appuyer sur le cybermarché britannique Ocado pour développer les infrastructures d'un supermarché en ligne destiné à Monoprix. Il faut dire qu'Ocado se revendique 1er pure player mondial des courses en ligne, avec des ventes 1,5 Mrd€ réalisées outre-Manche en 2016. Créé en 2000, celui-ci a surtout mis au point un modèle opérationnel très efficace étayé par des technologies innovantes, notamment en matière d'automatisation. C'est d'ailleurs avec Ocado Solutions que s'engage le distributeur français : une filiale dédiée à l'industrialisation du e-commerce, qui a breveté une solution baptisée Ocado Smart Platform. Casino est le premier distributeur classique à signer avec le britannique, celui-ci s'engageant à lui construire d'ici 18 à 24 mois en région parisienne un entrepôt automatisé permettant de lancer un supermarché alimentaire en ligne aux couleurs de Monoprix.fr. Il devrait afficher pas moins de 50.000 références dès son lancement (bien au-delà des offres e-commerce existantes) et livrera en J+1 les clients d'une vaste zone englobant Paris, l'Ile-de-France, la Normandie et les Hauts-de-France. (suite ci-dessous). MR  
 
 
 
E-commerce
(suite)
Un entrepôt
à la pointe de
l'automatisation
destiné
à Monoprix
L'originalité de l'accord signé entre Casino et Ocado tient non seulement au profil des deux parties, incarnant deux générations différentes du commerce alimentaire, mais surtout à son contenu très technologique. L'entrepôt CFC (Customer Fulfilment Center) dont la construction est programmée accueillera les technologies propriétaires développées par Ocado, qui mettra en place sa formule-maison d'alvéoles de stockage et ses robots. Mais Ocado fournira aussi une solution logicielle intégrée, incluant un site internet et toutes ses fonctionnalités, ainsi qu'un volet destiné à l'optimisation du dernier km et à la gestion en temps réel des données clients. Ocado Solutions livrera le fruit de 17 années de R&D, sachant que pour ses opérations outre-Manche, lui s'appuie sur trois entrepôts, dont le dernier entré en fonction il y a un an à Andover, dans le Hampshire, a poussé très loin l''automatisation. Des myriades de robots y assurent jusqu'au picking des produits frais (voir NL n°2425). Si le britannique prend à sa charge une partie des investissements, le groupe Casino lui versera « des commissions à la signature du contrat, durant la phase d'installation et d'exploiration de la plate-forme, en fonction de la capacité effectivement utilisée et des niveaux de services atteints », indique le communiqué. La facture pourrait être salée, y compris à l'usage, mais c'est pour le français un moyen de lancer d'ici 2 ans un service sans guère d'équivalent, même dans les projets annoncés à ce stade par Amazon en France. Et Casino aurait l'exclusivité de la formule en France, avec la possibilité de développer à terme d'autres plates-formes OSP, pour livrer d'autres centres urbains sous la marque Monoprix, ou développer l'offre e-commerce d'autres de ses enseignes. MR  
   
  Le bras robotisé RBO Hand 2 assure un picking tout en finesse. ©Ocado Solutions  
 
 
 
Antiride
Rhenus
Logistics
aménage un
entrepôt pour
Allergan
Pour répondre aux besoins de son client Allergan, Rhenus Logistics a créé une cellule sous température dirigée dans l'un de ses entrepôts de Saint-Quentin-Fallavier, près de Lyon. Grâce à cet investissement, le prestataire a pu prendre en charge la logistique des matières premières et des emballages (seringues, aiguilles, poches plastique, boîtes carton...) du site industriel d'Allergan à Pringy, près d'Annecy (74), où celui-ci fabrique des produits de comblement des rides. Déjà client de Rhenus Logistics en Alsace, le laboratoire pharmaceutique a également confié au logisticien une délégation sur le contrôle qualité des produits arrivant sur le site savoyard : spécifiquement formés à cette activité, ses opérateurs assurent l'échantillonnage, les prélèvements et l'analyse visuelle, puis mettent en stock après accord du service qualité d'Allergan. De plus, Rhenus Logistics assure une navette routière quotidienne (cinq jours par semaine) entre l'usine de Pringy et l'entrepôt de Saint-Quentin-Fallavier, pour un approvisionnement en colis préparés à la demande. « Rhenus Logistics a su répondre parfaitement à nos nouvelles attentes, aussi bien au niveau de la température dirigée que du contrôle qualité », témoigne Olivier Mas, Logistic Manager d'Allergan. « Grâce à cet investissement dans une cellule sous température dirigée, nous renforçons les compétences de notre cluster lyonnais », confie pour sa part Sophie Conte, Directrice du Développement de Rhenus Logistics France. JPG
 
   
 
Initiative RH
GT Logistics
bâtit des
chalets pour
faciliter les
recrutements

Le prestataire GT Logistics peine à trouver des logements pour ses collaborateurs sur certains sites clients. C'est notamment le cas à proximité de celui de NTN SNR près d'Annecy, sachant que cette filiale d'un équipementier automobile japonais tourne à plein régime depuis la reprise du secteur. Plus d'une dizaine de postes en CDI sont à pourvoir côté GT Logistics, sur des emplois de caristes, de préparateurs de commande et de conducteurs de chariots : « Nous recherchons des jeunes pour les former et les fidéliser. Une semaine suffit pour les intégrer dans les équipes », indique dans un communiqué Eric Sarrat, le président de GT Logistics. La flambée de l'immobilier dans la région rendant les loyers prohibitifs et constituant un frein majeur à l'installation des jeunes en question, il a eu une idée : créer des villages de chalets en bois sur des terrains proches du site, achetés par l'entreprise. L'opération représente un investissement d'environ 600.000 € avec le terrain. Les chalets en question feront de 18 m² à 35 m², seront entièrement équipés, et pourraient même être couverts de panneaux photovoltaïques. « C'est une solution provisoire en attendant une proposition plus pérenne, mais qui nous permet de loger dignement notre personnel et d'assurer la prestation client », assure Eric Sarrat. Une solution que GT Logistics envisage d'élargir à d'autres sites comme ceux de la plaine de l'Ain et de Vesoul. JPG
Photo : Eric Sarrat (GT Logistics)
 
 
 
 
TMS
Triskalia étend
sa collaboration
avec Maplink
Première coopérative agricole de Bretagne, Triskalia fédère 16.000 agriculteurs adhérents et compte 4.800 salariés, pour un CA de 1,9 Mrd€. En se dotant d'un outil d'optimisation de tournées Optilogistics (devenu Maplink), elle a amélioré ses performances logistiques, cette collaboration entamée dans le cadre de la collecte de lait s'étant progressivement étendue jusqu'à englober le volet alimentation animale. Avec le logiciel Axiodis, Triskalia bénéficie d'un système centralisé lui permettant de piloter le transport depuis ses différentes usines et les sites de transformation vers les exploitations agricoles ou ses points de commercialisation. Les tâches sont automatisées et le travail allégé, tandis que le nombre de km parcouru a réduit d'environ 12%. Cela équivaut à 8.900 km par semaine, à raison d'1 euro du km, estime-t-on en interne, sachant qu'un autre bénéfice tient à la préfacturation au niveau des achats transport. Il faut dire qu'en plus d'une flotte en propre de 50 véhicules, Triskalia mobilise environ 150 véhicules affrétés via des partenaires transporteurs, pour prendre en charge 1,2 millions de tonnes d'aliments par an. Afin de pousser plus loin cette optimisation, Triskalia a décidé d'investir dans le passage à la version 6 du logiciel Axiodis, programmé pour le début 2018. JPG  
 
Etude IoT
Une entreprise
sur deux
sur la voie
de l'intelligence
selon Zebra
53% des entreprises sont « intelligentes » ou en train de le devenir : c'est ce qui ressort d'une étude réalisée par Zebra Technologies durant le mois d'août 2017. Intitulée « Intelligence Enterprise Index », elle analyse « comment les entreprises connectent les mondes physique et digital pour améliorer la visibilité, l'efficacité et la croissance ». Seules 5% des entreprises s'en sortent avec une note supérieure à 75 points (sur 100), décrochant ainsi le qualificatif d'« intelligentes », les 48% suivantes ayant obtenu une note comprise entre 50 et 75 points. Déterminés par un jury d'experts provenant de divers secteurs industriels, les critères d'intelligence comprennent notamment la vision IoT de l'entreprise, ainsi que son plan d'analyse du ROI de ce type de solution. Il apparait d'autre part que 42% des entreprises interrogées dépensent plus d'1 M$ (3,1 M$ en moyenne) annuellement pour la mise en place et le développement de technologies IoT, 75% d'entre elles prévoyant une augmentation de ces investissements dans les deux années à venir. A 70%, elles investissent dans l'IoT dans le but de mieux servir le client, un objectif que devraient rapidement supplanter l'augmentation du chiffre d'affaires et la conquête de nouveaux marchés. Tout n'est pourtant pas rose dans le monde de l'IoT : 50% des sondés indiquent connaitre une résistance au changement au sein de leur entreprise, et 70% n'avoir aucun moyen d'en mesurer le ROI. L'étude a été réalisée auprès de 908 directeurs IT provenant de 10 pays (France, Royaume-Uni, Allemagne, USA, Mexique, Brésil, Chine, Inde, Australie et Nouvelle Zélande). PM  
 
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Canada
Loblaw optimise
ses prévisions
avec Precima
Distributeur canadien surtout présent dans l'alimentaire et le pharmaceutique, Loblaw a signé un partenariat de plusieurs années avec le cabinet de conseil américain Precima, spécialiste de l'analyse de données. Un portail personnalisé sera mis en place début 2018 assurant à Loblaw un accès aux données clients, marketing et merchandising au sein des branches de la distribution alimentaire et pharmaceutique. Dans ce portail seront puisées les informations nécessaires à l'établissement de plans communs entre le distributeur et ses fournisseurs en termes de planification et de gestion des assortiments, des catégories de produits ou des promotions. L'objectif pour Loblaw : des analyses plus pertinentes permettant d'améliorer l'expérience d'achat de ses clients et d'accroître son activité. Fondée en 1919 et basée à Toronto, l'entreprise compte cinq branches (market, shoppers drug mart, discount, financial et Joe Fresh) et environ 1.000 magasins. Elle emploie quelque 200.000 collaborateurs pour un CA de plus de 40 M$ CAD. PM  
   
 

Allemagne
Objectif atteint
pour DHL et le
StreetScooter
DHL souhaitait que 5.000 StreetScooters intègrent sa flotte d'ici fin 2017. C'est chose faite, et l'expressiste esquisse un premier bilan de leur utilisation. Après 13,5 M de km déjà parcourus par ces véhicules de livraison électriques construits à Aix-la-Chapelle, leur fiabilité s'avère être plus qu'à la hauteur des attentes, malgré des conditions d'utilisation intenses : plus de 300 arrêts et redémarrages par jour, plus de 300 jours par an. Dépourvus de moteur thermique, leur besoin en maintenance serait inférieur de 60 à 80% à celui d'un véhicule traditionnel, avec d'importantes économies à la clé. Le bilan écologique est également flatteur : les 3.700 Work et 1.300 Work L ont réduit de 16.000 t l'impact carbone de DHL, et la réduction de la pollution sonore est réelle, bien que difficilement mesurable. DHL précise par ailleurs que sa flotte « verte » compte actuellement quelque 10.500 vélos électriques, dont 1.300 e-bikes et 900 e-trikes également assemblés dans les ateliers de StreetScooter. PM
Photo : DHL Illustration
 
   
   
 

USA
Logility rachète
Halo
L'américain Logility, éditeur d'une solution de planification pour les industriels et distributeurs, vient de racheter Halo. Basé à San Diego, ce dernier édite un outil d'analyse et de visualisation des données capable d'agréger des données de sources disparates et de les mettre en forme pour les restituer sous forme de graphiques personnalisables, facilitant ainsi la prise de décision.
Les capacités d'analyse de Halo seront rapidement intégrées à la plate-forme et au module d'analyse de Logility afin de soutenir ses clients à la recherche d'outils de planification toujours plus avancés et à même d'éliminer le doute dans le processus S&OP. Les utilisateurs de ses plate-formes Andromeda et Demand Solutions disposeront à cet effet de modules préconçus tirant parti des capacités d'analyse de Halo. Celui-ci verra par ailleurs sa marque perdurer, afin de poursuivre la commercialisation de sa solution indépendamment de Logility. PM
 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Nathalie Bier
Directrice de clientèle
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@scmag.fr  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 

30 novembre 2017


DÉCEMBRE 2017


Mercredi 13
Webinar
COLIBRI
« Quel ROI pour
des prévisions
faites dans
un outil Cloud ? »

De 11h à 11h40
INSCRIVEZ-VOUS

JANVIER 2018

Mercredi 17

FORUM
DES ROIS DE LA
SUPPLY CHAIN
« 25 dossiers
en compétition ! »

Organisé par
SCMagazine
De 8h30 à 17h30
Salons de l'Aveyron
Paris Bercy 12e

PARTENAIRES

Mercredi 17
SOIRÉE
DES ROIS DE LA
SUPPLY CHAIN
Organisée par
SCMagazine
De 19h à 1h
Sur invitation
Musée des
Arts Forains
Paris Bercy 12e

PARTENAIRES