Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
E-commerce
Amazon
projette
une messagerie
de 55.000 m²
à Senlis
Les projets de plates-formes logistiques s'enchainent pour la branche française d'Amazon. La semaine dernière, elle inaugurait les 107.000 m² de son site de Boves, près d'Amiens, et confirmait dans un communiqué l'ouverture à la rentrée 2018 d'un centre de distribution encore plus vaste à Brétigny-sur-Orge. Le 2 octobre a d'ailleurs eu lieu la pose du 1er des 300 poteaux sur ce chantier déjà évoqué, et piloté par le développeur Virtuo (voir NL n°2491). Mais Amazon travaille déjà au coup d'après, semble-t-il. C'est ce que laisse à penser le dépôt début juillet d'un permis de construire pour un site de messagerie de 54.500 m² sur le parc d'activités des Portes de Senlis, à une cinquantaine de km au nord de Paris. Comme sur d'autres projets d'Amazon, c'est Goodman qui en assure le développement, avec le cabinet d'architecte A-26 GL (ex-SAGL), pour une future location à une «société leader dans le secteur du e-commerce ». Le nom d'Amazon est déjà associé au projet depuis plusieurs mois dans la presse locale, et les vues d'artistes figurant dans les dossiers de déclaration ICPE ou dans l'étude d'impact montrent des bâtiments aux couleurs des récentes plates-formes du e-commerçant (voir ci-dessous). Les documents publiés en amont de l'enquête publique menée au mois de septembre montrent qu'il s'agira d'une plate-forme de tri de colis en provenance de producteurs/fournisseurs ou de distributeurs partenaires de l'enseigne, et réexpédiés vers son propre réseau de distribution. Cet outil d'envergure pourrait par exemple prendre en charge la partie des flux de la marketplace d'Amazon qui ne passent pas par un stockage sur ses « Fulfillment Centers » géants. Ils seraient réceptionnés sur place avant d'être redirigés vers le réseau d'agences régionales de livraison que constitue Amazon Logistics (voir NL n°2566). On notera que pour cette activité, le site de Senlis présente l'avantage d'être en bordure de l'A1 et à 25 minutes de Roissy. Les collectivités locales sont évidemment sensibles à l'effectif de 1.200 personnes évoqué dans les documents de référence, dont 1.050 en manutention, et de possibles pics à 1.800 personnes. Côté riverains, certains appréhendent la perspective de presque 600 poids-lourds quotidiens. A ce stade, difficile d'avancer un calendrier, sinon à remarquer qu'à Brétigny, 4 mois à peine se sont écoulés entre le dépôt de permis de construire et le début des travaux. Le projet essonnien englobe d'ailleurs la construction d'un centre de distribution de 142.000 m² sur 3 niveaux, déjà lancée, puis celle d'un site de messagerie de plus de 45.000 m², assez similaire à celui qui se profile à Senlis. MR  
   
  Le projet porté par Goodman à Senlis est aux couleurs d'Amazon  
 
 
 
Planification
JJA fiabilise
ses prévisions
de vente
avec Dynassys
en mode cloud

JJA, importateur et distributeur français spécialisé dans le domaine de l'art de la table, de la décoration et du mobilier de jardin, a choisi les solutions DynaSys Demand Planning et Procurement Planning en mode Cloud pour automatiser, fiabiliser, piloter et maitriser sa prévision des ventes et ses approvisionnements. « Au vu du développement de nos marques et donc, de l'augmentation de la volumétrie de nos gammes de produits, nous nous devions de mettre en place une solution d'aide à la décision aussi robuste que flexible, aussi fiable que collaborative » a déclaré Nicolas Souraqui, Directeur Supply Chain de JJA, dont le siège est au Blanc Mesnil (93). Parmi les attendus du projet figurent notamment l'amélioration de la gestion des stocks, la maîtrise de l'approvisionnement multi pays, multi fournisseurs, multi contraintes, multi délais, et la mise en place des solutions collaboratives s'inscrivant dans le processus S&OP de JJA. Créée en 1976, JJA compte plus de 20.000 références, quelques 1.500 clients distributeurs et 4.500 points de vente, livrés en 72 heures maximum, et près de 170.000 m2 d'entrepôts en France (Le Blanc Mesnil, Amiens et Vaux-le-Pénil) et en Chine. JLR
Photo : Nicolas Souraqui, JJA
 
 
Etude
La logistique
mondiale coûte
plus de
8.000 Mds
de dollars
Dans un rapport de 49 pages publié début octobre, le cabinet américain Armstrong & Associates (A&A) a détaillé combien coûte la logistique (transport inclus) dans le monde aujourd'hui ainsi que son évolution sur les six dernières et les six prochaines années. Selon ce rapport, les dépenses en la matière ont crû entre 2010 et 2016 de 7.094 Md$ à 8.226 Md$ en dollar constant.
Parmi les régions et pays les plus consommateurs de services logistiques, on retrouve l'Asie Pacifique avec 3.185 Md$ (1.059 Md$ hors Chine* et Japon), l'Amérique du Nord (1.856 Md$ dont Etats-Unis 1.523 Md$), la Chine (premier pays avec 1.706 Md$), l'Europe (1.666 Md$), le Moyen Orient (467 Md$), l'Amérique du Sud (431 Md$), le Japon (420 Md$), l'Afrique (343 Md$) et l'Inde (293 Md$). Sans surprise, le coût de la logistique rapporté au PIB est plus élevé dans les régions et pays en accusant un retard technologique (Russie + CEI 16%, Afrique 15,7%, Chine 14,1%, Moyen Orient 13,3%, Inde 13%, Asie Pacifique 12,7%, Amérique du Sud 12%) que dans les principales puissances économiques mondiales (Europe 9,5%, Amérique du Nord 8,6%, Japon 8,5% et USA 8,2%). A&A prévoit une augmentation globale de 36% des dépenses logistiques entre 2016 et 2022. Les plus fortes croissances (annuelles cette fois) devraient encore une fois être observées dans les pays en développement avec dans l'ordre : Inde +9,6%, Chine +7,7%, Asie Pacifique +7% (+7,6% hors Chine et Japon), Russie et CEI +6,7%, Afrique +6,6%, Amérique du Sud +5,8%, Moyen Orient +4,3%, USA +4,2%, Europe +2,4% et Japon +1,4%. PM
*Chine comprend Chine, Taiwan, Hong Kong et Macao.
 
 
 
 
Atelier
Industrie et
recherche
La logistique
face à
la nébuleuse
de l'économie
collaborative
« La sharing economy peut être vue comme une matrice organisationnelle qui est en train de réinventer progressivement les business models des entreprises » a déclaré Valentina Carbone, Professeur-Chercheur à l'ESCP-Europe en ouverture du workshop Industrie et Recherche en logistique et SCM (WIRL) qui s'est tenu à Paris le 10 octobre. « C'est ainsi que Renault s'appuie sur le modèle communautaire avec ses fab labs internes, que Decathlon s'inspire des plates-formes à missions sociétale avec Trocathlon, ou encore que Daimler se lance dans l'économie de l'accès partagé avec Croove » poursuit-elle. Organisée par Aurélien Rouquet, et Christine Roussat, deux Enseignants-Chercheurs et membres du bureau de l'AIRL-SCM (Association internationale de la recherche en logistique), cette journée industrie/recherche a été l'occasion de préciser, aux travers de nombreuses présentations de professionnels du secteur, les contours souvent assez flous des nombreuses démarches collaboratives émergeantes et de tenter d'en mesurer l'impact sur l'industrie logistique. (voir suite) JLR  
   
  Christine Roussat (Université Clermont Auvergne
et Cret-Log) et
Aurélien Rouquet (Neoma Business School), les deux co-Organisateurs de cet atelier de l'AIRL-SCM consacré à l'économie collaborative dans la logistique.
 
   
  Valentina Carbone, Professeur-Chercheur à l'ESCP-Europe  
 
Atelier
Industrie
et recherche
(suite)
Vestiaire
Collective,
une logistique
interne devenue
internationale
L'exemple de Vestiaire Collective, place de marché sur les produits de luxe de seconde main est assez édifiant. En l'espace de huit ans, la plate-forme est devenue mondiale : elle collecte, contrôle et expédie plus de 200.000 articles par an dans 48 pays pour un volume d'affaires de près de 120 M€ en 2016 et un effectif de 320 personnes. Son credo : la logistique en interne, avec des opérations très spécifique d'authentification et de contrôle qualité des produits de luxe. Mais son site dans le 15e arrondissement de Paris, où transitent encore 80% de ses flux, n'est plus suffisant. « Nous venons de lancer il y a quelques semaines à Tourcoing un entrepôt avec 2.000 m2 d'opérations, avec un peu de mécanisation, et 6000 m2 de stockage où travaillent une quarantaine d'employés, et nous allons ouvrir un site à Hong Kong en janvier » a indiqué Christian Jorge, l'un des co-fondateurs de Vestiaire Collective. (voir suite) JLR  
   
  Christian Jorge, co-Fondateur de Vestiaire Collective  
 
 
 
Atelier
Industrie
et recherche
(suite)
Les modèles
décentralisés
de Shopopop
et Co-Stockage
Spécialisée dans la livraison sur dernier kilomètre, la start-up Shopopop s'appuie elle sur une logistique totalement décentralisée, en sollicitant l'aide des « shoppers » (rémunérés par une cagnotte en ligne limitée à 5000 €/an par shopper) qui vont sur leur trajet livrer à domicile des courses et des colis, y compris en provenance de commerçants de centre-ville. Depuis un an et demi, un peu plus de 5.000 livraisons ont ainsi été effectuées à Nantes, Saint-Nazaire, Angers, Rennes et Lyon. Shopopop prend une commission de 20%. « Notre vision, c'est d'être « smarter than Amazon » en proposant un commerce local » a lancé son co-Fondateur Antoine Cheul, en soulignant que les rumeurs actuels de rachats d'acteurs de la grande distribution par le géant de l'e-commerce étaient une vraie menace pour l'emploi. Co-Stockage est un autre bel exemple de logistique décentralisée de la sharing economy. Cette plate-forme s'est attaquée au marché du self-stockage en se basant sur le concept de « garde meuble entre particuliers ». Elle se lance aujourd'hui sur la voie de l'industrialisation, en travaillant avec des gérants d'entrepôts logistiques ou industriels pour réhabiliter leurs anciens sites en boxes sécurisés. « Nous avons également un partenariat avec le fabricants de conteneurs maritimes Titan Containers, qui construit des centres de stockage. Nous avons déjà ouverts des sites avec eux près de Roissy, d'Evry et d'Orléans et nous lançons un pilote en Espagne dans quelques semaines avec Carrefour pour voir comment utiliser des surfaces libres de 300 ou 400 m2 à l'arrière de ses entrepôts logistiques » raconte son co-fondateur Mickaël Nadjar. (voir suite) JLR  
   
  Antoine Cheul, co-Fondateur de Shopopop  
   
  Mickaël Nadjar, co-Fondateur de Co-Stockage  
 
Atelier
Industrie
et recherche
(suite)
La Louve,
l'économie
collaborative
sans
plate-forme
Mais la sharing économie n'est pas toujours synonyme d'algorithmes innovants et de plate-forme collaborative web, comme en témoignait à cet atelier WIRL l'association La Louve, qui a ouvert en novembre 2016 un supermarché coopératif et participatif dans le 18ème arrondissement de Paris. Cette coopérative de quelque salariés fonctionne grâce à chacun de ses membres, à raison de 3 heures par mois, qui assument au total 80 à 90% des tâches du supermarché y compris pour les opérations de réception, de logistique, de mises en rayon, d'achats, etc. « Le résultat, c'est une baisse importante des coûts de gestion, et une baisse des prix des produits, sachant que l'on applique une marge unique de 20% sur tous les articles » a précisé l'un de ses salariés, Mathieu Poteau. (voir suite) JLR  
   
  La Louve ©la Louve  
   
  Ambiance WIRL  
 
Atelier
Industrie
et recherche
(suite)
DHL et
FM Logistic
vont au-delà
de la veille
Face à cette diversité de modèles et ce foisonnement de start-ups, les chercheurs de l'AIRL ont invité les grands acteurs de la logistique à s'exprimer. « Ces deux mondesn qu'ont-ils en commun, quels sont les mariages, les alliances possibles ? Vont-ils se substituer à vous ? » les interroge Nathalie Fabbe-Costes, Professeur à l'Université d'Aix Marseille et directrice du laboratoire Cret-Log. Anne Rechain, Innovation Workshop Manager au centre d'innovation DHL à Bonn, est convaincue d'une chose : les 3PL doivent prendre conscience des changements qui s'opèrent autour d'eux sous peine de disparaître, comme dans la célèbre histoire de la grenouille qui finit ébouillantée à petit feu dans une casserole. C'est pourquoi DHL scrute inlassablement les start-up technologiques « disruptives » sur le marché de la logistique (il en a identifié 200 sur le plan mondial) et engage avec certaines de relations « amicales », en leur proposant une grande visibilité vis-à-vis de ses grands clients mondiaux, et en réalisant des POC dans ses entrepôts (notamment en matière de robotique, de big data, de réalité virutelle, etc). DHL s'est lui-même lancé dans l'économie collaborative avec sa plate-forme transport Saloodo ! en 2017. On retrouve cette même ouverture d'esprit et ce même élan chez FM Logistic, qui accompagne et soutient des start-ups comme Stockbooking ou Click & Truck. « Notre grand chantier actuellement, c'est la bonne intégration entre notre SI historique et les plates-formes digitales afin que l'ensemble soit un prolongement de la supply chain de nos clients » a indiqué pour sa part François de Chiara, Directeur de la stratégie SI du groupe FM Logistic. (voir suite) JLR  
   
  Nathalie Fabbe-Costes, Professeur à l'Université d'Aix Marseille et directrice du laboratoire Cret-Log  
   
  Anne Rechain, Innovation Workshop Manager au centre d'innovation DHL à Bonn  
   
  François de Chiara, Directeur de la stratégie SI
du groupe FM Logistic
 
 
Atelier
Industrie
et recherche
(suite)
Le
développement
durable et la
fin de la récré
« L'avenir ? Une hybridation entre logistique traditionnelle et collaborative ? ». Sous la houlette de Christine Roussat, Maître de Conférences à l'Université Clermont-Auvergne et chercheur au Cret-Log, la Table Ronde de clôture de cet atelier WIRL du 10 octobre accueillait notamment les co-fondateurs de deux autres start-up, Pierre-Arnaud Catimel de Delaplace.pro (marketplace de stockage entre professionnels issue du groupe Engie) et Rémi Lengaigne de Colisweb (livraison en deux heures et sur rendez-vous). Mais aussi un client professionnel de ces services d'économie collaborative en la personne de Pierre-Edouard Rigot, Responsable Innovation et Entreprenariat chez Leroy Merlin. In fine, c'est Alain Borri, le co-fondateur cabinet bp2r, qui a sans doute le mieux synthétisé la plus grande problématique à venir sur l'évolution du transport avec l'économie collaborative. « En termes de développement durable, la question à se poser, c'est : à partir de quel moment ça s'arrête ? Le faux rythme sur les livraisons le jour même ou à n'importe quelle heure imposé à tous par Amazon est sur le long terme d'une telle aberration du point de vue transport et logistique qu'il y aura forcément une limite, et qu'il faudra siffler à un moment ou à un autre la fin de la récré ». L'autre grande question est de savoir si cela arrivera avant que les Amazon, Google et autres Uber n'aient réussi à se positionner pour gérer et maîtriser une grande partie des flux logistiques mondiaux. Les prestataires logistiques, et les autorités gouvernementales, doivent donc être plus vigilants que jamais sur ces questions. JLR
 
   
  Christine Roussat, Maître de Conférences à l'Université Clermont-Auvergne et chercheur au Cret-Log  
   
  De gauche à droite : Pierre-Arnaud Catimel (Delaplace.pro), Alain Borri (Bp2r), Rémi Lengaigne (Colisweb) et Pierre-Edouard Rigot (Leroy Merlin)  
 
INFOS INTERNATIONALES  

Belgique
Un picking
au doigt
et à l'œil chez
Weerts
Le prestataire logistique belge Weerts Supply Chain S.A a mis en place dans son entrepôt de Grâce-Hollogne près de Liège le système Pick by Vision de la société allemande Picavi GmbH, basée à Herzogenrath, de l'autre côté de la frontière. Il s'agit de lunettes connectées fournies par Vuzix, utilisées pour la préparation de commandes des produits de son client Mondelēz (notamment les barres chocolatées Milka). Pour scanner un code à barre, il suffit de le regarder, et cette action tient aussi lieu de vérification, le statut des commandes préparées étant envoyé en temps réel au WMS existant (JDA RedPrairie). Une quinzaine d'opérateurs en sont déjà équipés, et utilisent les lunettes en combinaison avec des scanners à bague (connectés par Bluetooth) pour lire des étiquettes dans les endroits difficiles, comme en pied de palette par exemple. Selon Weerts, ce mode mains libre aurait permis de gagner 8 à 12% de productivité par rapport à l'utilisation de terminaux RF manuels. JLR
 
   
   
 

Hongrie
Kuehne + Nagel
gère les pièces
détachées de
Federal-Mogul
L'américain Federal-Mogul confie à Kuehne + Nagel la gestion complète du nouveau centre de distribution de sa division Motorparts inauguré le 10 octobre à Páty en Hongrie. Situé à 22 km à l'ouest de Budapest, ce centre de 23.000 m² assurera la distribution des pièces automobiles des nombreuses marques de la B.U. dont Ferodo, Wagner et Champion en Europe centrale, de l'est, du sud ainsi que, en conjonction avec le centre historique de Willebroek (Belgique), en Afrique et dans d'autres marchés adjacents à l'EU. Cette nouvelle implantation s'inscrit dans la stratégique du groupe visant à optimiser sa Supply Chain et en particulier sa performance en matière de livraison. Selon les termes de ce contrat pluriannuel, K + N prendra en main l'ensemble des opérations, notamment la réception, l'entreposage, le pick & pack et proposera des services à valeur ajoutée tels que l'étiquetage, le kitting et l'assemblage de toute configuration spécifique requise par le client. Cet entrepôt, qui dispose d'une réserve foncière suffisante pour agrandir de 33% sa surface, accueillera nouveaux 160 collaborateurs. Fondé en 1899 à Détroit, Federal-Mogul compte quelque 53.000 employés répartis dans 24 pays. PM  
   
 

Vietnam
La logistique,
en quête de
professionnels
bien formés
A l'occasion d'un colloque organisé hier à Hanoï par le Département d'import-export du ministère de l'Industrie et du Commerce et le projet d'assistance au commerce et à l'investissement de l'Europe, le manque de main d'œuvre (d'un point de vue qualitatif et quantitatif) dans le secteur de la logistique a été pointé du doigt. 15 établissements de formation spécialisée sont recensés à travers le Vietnam mais les experts du secteur jugent le nombre de professeurs insuffisant. Le chef adjoint du Département d'import-export, Tran Thanh Hai, a souligné le développement rapide du secteur de la logistique au Vietnam. Celui-ci prévoit le recrutement de 20.000 travailleurs qualifiés pour la période 2017-2020. Conclusion de la journée, rapportée par l'Agence Vietnamienne d'Information : la nécessité de mettre en place un dispositif de coopération, visant à l'élaboration d'un plan de formation adapté aux besoins, entre les universités, les entreprises, l'État et les associations. Avec 3.000 prestataires logistiques dans le pays, la logistique est identifiée comme un vecteur efficace pour la création d'emploi. Selon l'Association des entreprises des services de logistique du Vietnam, plus de 200.000 personnes travailleront dans ce domaine à horizon 2030. JF  
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Nathalie Bier
Directrice de clientèle
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@scmag.fr  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
13 octobre 2017

OCTOBRE 2017

Mardi 17

Conférence
ORACLE
« La digitalisation
au service
de l'excellence
transport »

Partenaires :
IBM, BP2R,
SCMagazine
De 8h30 à 11h30
Hôtel Intercontinental
Marceau
Paris 8e

Mercredi 18
et jeudi 19

26e Top
Transport
Europe
« Les rendez-vous
d'affaires
des chargeurs
européens »

Palais du Pharo
Marseille


Jeudi 19 et
Vendredi 20

Formation
EURODECISION
« Méthodes
et pratiques de
la prévision
des ventes »

De 9h à 17h
Paris-La Défense


Jeudi 19
TXT Retail
Thinking Retail
Forum
De 9h à 13h
« Planifier pour
la Renaissance
de la
Distribution »

avec l'intervention
de GiFi
De 14h à 16h30
« Conférence
PLM et SC
Collaboration »

avec l'intervention
d'un acteur du luxe
Maison de
l’Amérique Latine
Paris 7e



NOVEMBRE 2017

Mardi 7 et
Mercredi 8
Salon
Supply Chain
Event
« Vers une
Supply Chain
Digitale et
collaborative »

Paris
Porte de Versailles
Pav. 4


Mardi 14

Conférence ZETES
Supply Chain
Execution
« Respect des
engagements
clients
et réduction
des coûts :
comment
concilier ces deux
objectifs ? »

Sponsors : Zebra,
Panasonic
Business,
Honeywell
Partenaire :
SCmagazine
De 15h à 19h
Cocktail dinatoire
jusqu'à 23h
FNTP, Paris 8e


Jeudi 23
Petit déjeuner
B2G
« Se transformer
ou disparaitre –
Comment utiliser
la Supply Chain
comme vecteur
de la
transformation ? »

Partenaires :
SCB et
SCMagazine
De 8h30 à 12h30
Hôtel
Prince de Galles
Paris 8e