Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
 

Enterrée,
la hache
de guerre
des steaks
hachés !

Voici une preuve éclatante que quand l'ensemble des acteurs d'une chaîne logistique se mettent d'accord, il est tout à fait possible d'assouplir des pratiques réglementaires qui semblaient jusque-là très compliquées à faire évoluer. En France (contrairement à d'autres pays européens), aucune tolérance n'était possible quant au respect strict de la plage de températures définies par la réglementation européenne et nationale dans le protocole de réception/déchargement des denrées animales ou d'origine animale (DAOA) réfrigérées : viande, produits de la mer, fromages, produits laitiers, charcuteries, volaille. La contrainte s'avérait particulièrement aigue pour les steaks hachés, qui réagissent très vite aux variations de température mais doivent néanmoins réglementairement être maintenus dans une fenêtre extrêmement étroite, entre 0° et 2°, et ce jusqu'à présent sans aucune tolérance possible. Une gageure technique quand on sait que dans un camion frigorifique, les écarts de température entre l'avant et l'arrière du véhicule dépassent souvent les 3°C ! D'où les conflits, litiges, blocages et refus de livraison vécus depuis des années entre les producteurs et la grande distribution. C'est la toute jeune association « La Chaîne Logistique du Froid », qui regroupe plus de 120 entreprises ou groupes de transport ou d'entreposage frigorifique au travers de l'USNEF, l'UNTF et Transfrigoroute France, qui a pris le taureau par les cornes. En sensibilisant les autorités réglementaires par une brochette d'arguments parmi lesquels le gaspillage alimentaire, les contraintes techniques liées au groupe frigorifique et le contexte des autres pays européens, qui eux pratiquent une certaine tolérance. Sous son égide, un protocole interprofessionnel sur les conditions dans lesquelles pouvaient être livrées les DAOA réfrigérées a été rédigé et signé en mars dernier par l'ensemble des acteurs du secteur, incluant les producteurs (Adepale, Ania, Aquimer, Culture Viandes, FIA, FICT, FNICGV), la grande distribution (FCD) et les distributeurs spécialisés (Syndigel). Et ça a marché ! Face à ce consensus, la DGAL (Direction Générale de l'Alimentation) a validé le protocole en lui donnant un statut officiel dans une note de service publiée en mai dernier. Le contexte réglementaire n'est absolument pas remis en cause, mais sa mise en application est clarifiée, formalisée. La prise de température devra être désormais être effectuée par un thermomètre à sonde conforme, et non plus à l'aide de thermomètre laser, nettement moins précis et donc sujet à litiges. Et surtout, dorénavant, les denrées sont considérées conformes si la mesure de la température au contact (prise entre 2 cartons) ne dépasse pas de plus de 2°C la température règlementaire de référence. En cas de doute, le protocole prévoit une vérification de la température à cœur de la denrée, qui ne doit pas de plus de 1°C la température règlementaire. Autrement dit, un steak haché dont la température au contact est inférieure ou égale à +4°C est aujourd'hui considéré conforme. Comme dans d'autres pays européens, notamment en Belgique. Sans pour autant augmenter les risques sanitaires. D'ailleurs, les professionnels rappellent que les tolérances désormais accordées ne modifient en rien l'obligation, une fois le déchargement effectué, de remettre les denrées rapidement au frais pour éviter toute remontée de la température. Heureusement, la souplesse a ses limites ! JLR  
 
 
 
Compliance
Davigel s'offre
une nouvelle
plate-forme
électronique
pour gérer la
conformité de
sa facturation
Suite à son acquisition par le groupe Brakes, Davigel a choisi OpenText Managed Services comme nouvelle plateforme d'échanges B2B. Paul Lavoquet, DSI, de Davigel s'en explique : « Nous étions à la recherche d'un partenaire fiable proposant une solution unique capable d'assurer la conformité de la facturation électronique vis-à-vis de nos clients principalement situés en France, et dans un délai de 12 mois de prendre également en charge nos clients basés à l'étranger », explique le DSI de Davigel, Paul Lavoquet. « Chaque pays applique une législation spécifique pour réglementer la facturation électronique. Si les textes en vigueur partagent généralement des objectifs similaires, les exigences auxquelles sont confrontées les entreprises peuvent différer de façon considérable. Par exemple, les exigences en matière d'archivage des données varient entre 6 et 11 ans en fonction des pays concernés par la facture. Pour Davigel, dont les clients sont implantés dans différents pays assujettis à la TVA, les défis sont multipliés, car nous devons gérer des taux ainsi que des exigences de sécurité et d'archivage propres à chaque pays. La solution OpenText Active Invoices with Compliance nous a permis de traiter cette complexité ». Rappelons qu'OpenText fournit aux entreprises les outils dont elles ont besoin pour automatiser la facturation électronique et en assurer la conformité dans plus de 45 pays. L'outil prend en charge la validation des données, la signature numérique, l'archivage et la distribution des factures. Un portail Web offre la possibilité à tous les employés et auditeurs d'accéder aux archives. JPG
 
 
INVITATION
Déjà plus de
500 inscrits au
Forum d'été !
Vous êtes très nombreux à vous inscrire au Forum d'Eté
et nous vous en remercions. Cette grande manifestation,
organisée chaque année par Supply Chain Magazine en
partenariat avec ESCP-Europe, a pour thème cette année :
« Les Nouveaux Business Models en Supply Chain ». De nombreux sujets très actuels y seront abordés : Sharing Economy, Blockchain, Plateformes électroniques, révolution digitale et automatisation, Supply Chain et finance... De quoi alimenter vos réflexions, juste avant la grande trêve estivale. Le Forum d'Eté est gratuit et ouvert à tous.
Programme complet
et inscription en ligne.

 
   
 
 
 
Résultats
Un chiffre
d'affaires
en progression
de 8,6%
pour Knapp
L'équipementier Knapp AG, dont le siège est à Hart bei Graz (Autriche) enregistre pour l'année 2016/2017 une progression de son chiffre d'affaires de 8,6 % pour atteindre 631,88 M€. L'entreprise a généré par ailleurs un bénéfice de 34,82 millions d'euros. Ce résultat ainsi qu'un carnet de commandes de plus de 700 millions d'euros auraient permis, selon ses dirigeants, de dépasser les objectifs fixés. La quote-part des exportations s'établit à 98%.
L'équipe de direction composée de Gerald Hofer, Franz Mathi et Christian Grabner se félicite de ces bons résultats et entend renforcer les effectifs en 2017 ainsi que le réseau de filiales du groupe : « Je me réjouis de notre renforcement dans de nombreuses régions et de compter par rapport à l'exercice précédent quelque 300 collaborateurs supplémentaires, au siège ainsi que sur nos 3 autres sites styriens situés à Dobl, Grambach et Leoben », indique Christian Grabner, CFO de Knapp. Actuellement, l'entreprise emploie plus de 3.350 personnes issues de 40 nations dans le monde. JPG
 
 
Engins de
manutention
Enersys
veut mettre
les salles
de charge
au rancart
Enersys lance sur le marché européen les chargeurs embarqués COMpact, conçus pour être installés directement à l'intérieur du compartiment batterie d'un chariot élévateur électrique de catégorie 3 (porte-à-faux de capacité inférieure ou égale à 6.000 kg). L'avantage de ces chargeurs intégrés : le rechargement de la batterie ne nécessite plus une extraction dans une salle de charge, il peut se faire partout, à tout moment, sur la prise de courant alternatif la plus proche. Le fabricant américain propose en fait deux types de chargeurs embarqués. Le premier, dénommé NexSys COMpact, est optimisé pour un usage avec les batteries Enersys à la technologie TPPL (Thin Plate Pure Lead), qui offrent une grande densité de puissance et d'énergie (jusqu'à 160% de la capacité nominale) et peuvent être rechargées de façon répétée et partielle sans risque d'endommagement, quelle que soit la profondeur de décharge (jusqu'à 80%). L'autre chargeur s'appelle Life COMpact. Il est conçu pour s'adapter aux batteries 24 V embarquées dans n'importe quel véhicule de manutention de catégorie 3 et ne nécessite aucun espace supplémentaire dans le compartiment batterie. JLR  
   
 
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Allemagne
Une méga
plate-forme
de 235.000 m²
pour Metro
Le groupe immobilier Goodman développe pour le compte de Metro Group une plate-forme de 235.000 m². Située à Marl (Allemagne), elle sera livrée début 2018. Plus de 1.000 emplois y seront créés. Ce futur bâtiment jouera un rôle essentiel dans la nouvelle stratégie du distributeur en centralisant sur un même site les approvisionnements des hypermarchés Real et des magasins Metro Cash & Carry allemands. Les opérations logistiques seront assurées par la branche interne du groupe, Metro Logistics, qui gérera les flux des 26.000 références de produits alimentaires et plusieurs milliers de références de produits ménagers. Cette stratégie de centralisation vise à piloter plus efficacement le stockage et la distribution des marchandises, tout en réduisant les distances de transport. Thorsten Sega, Directeur de la Stratégie Logistique de Metro Logistics en Allemagne s'en explique : « Avec cette nouvelle organisation nous améliorons significativement la disponibilité et la fraicheur des produits. Nous renforçons également notre compétitivité en développant l'un des réseaux logistiques les plus modernes d'Allemagne. Nous avions des exigences particulièrement élevées quant à la conception du bâtiment et la fiabilité de son développement. Goodman s'est engagé à nous livrer la plate-forme dans un délai extrêmement serré ». Le nouveau site de Goodman comprendra deux bâtiments de 83.000 m² et 152.000 m². Il disposera également de 10.000 m² de bureaux et locaux sociaux. A noter que Goodman développe ce projet en partie sur une friche industrielle, acquise auprès du groupe de chimie Evonik. Une démarche qui permet ici de préserver certains espaces naturels tout en exploitant un emplacement stratégique. JPG  
 

Grande Bretagne
XPO remporte
un contrat
de distribution
auprès de Ford
Ford Motor Company UK a retenu XPO Logistics pour assurer la distribution des pièces détachées en Grande Bretagne. Le prestataire fera la liaison entre l'usine de Daventry et les plus de 200 concessionnaires Ford présents dans le pays, il procèdera à la collecte des pièces à l'usine, celles-ci transiteront via une plate-forme XPO, puis à la livraison chez les concessionnaires ainsi qu'aux opérations en sens inverse dans le cadre de la logistique des retours, soit plus de 200 connexions au quotidien entre l'usine et le réseau après-vente. La gestion des stocks fera donc aussi naturellement partie de ses responsabilités. « La disponibilité joue un grand rôle dans la satisfaction client. XPO aura la tâche de fournir ce service à l'heure et dans les quantités voulues. Ford attend d'XPO la meilleure expérience de transport qui soit grâce à son réseau établi de distribution nocturne », commente Surinder Bisal, Manager des Services de Distribution et Transport chez Ford UK. XPO mettra à la disposition de son nouveau client et de son réseau SAV son outil de traçabilité afin qu'ils puissent suivre en temps réel le bon déroulement des opérations. PM  
   
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Karine Dino
Chef de publicité
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@scmag.fr  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
3 juillet 2017

JUILLET 2017

Mardi 11
FORUM D'ETE
« Les nouveaux
Business Models
en Supply Chain »

Organisé par
SCMagazine
En partenariat avec
ESCP Europe
De 9h00 à 17h00
ESCP Europe
Paris 11e

PARTENAIRES

SEPTEMBRE 2017

Jeudi 7
Webinar TXTChain
TXT RETAIL
« 4 bonnes
pratiques pour
une Supply Chain
plus agile »

En collaboration avec SCMagazine
De 13h30 à 14h



OCTOBRE 2017


Jeudi 12
Forum RELEX
« Efficient Supply Chain For Retail »
Partenaires :
MARTEC International
et SCMagazine
DE 14h30 à 18h30
Ambassade
de Finlande
Paris 7e