Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
ESCP-Europe
le 11 juillet
Déjà plus de
500 inscrits au
Forum d'été !
Vous êtes déjà plus de 500 inscrits au Forum d'Eté qui se tiendra le 11 juillet prochain à partir de 9h (accueil à 8h30) dans les locaux de l'ESCP-Europe. Nous vous rappelons que des conférences auront lieu toute cette journée autour « des nouveaux business models en Supply Chain ». Par ailleurs la table ronde organisée dans l'après-midi sur le même thème abordera les questions suivantes : Les start-up peuvent-elles renverser les modèles traditionnels ? Va-t-on vers des organisations plus ouvertes et plus collaboratives ? Quelle interopérabilité entre les plateformes électroniques ? Quelle place pour l'économie d'usage et l'optimisation des ressources ? Intelligence artificielle, big data, robotisation, drones, blockchain... Comment les technologies vont transformer la Supply Chain et à quel rythme ? Ces sujets seront abordés avec la participation de Stephane CREN (GS1), Jean-Pierre MOULY (Zetes), Jérôme BOUR (DDS Logistics), Bertrand FAURE (Fives), Philippe GAUTRIN (Proaction) et Christophe BRESSANGE (Mews Partners). Le Forum d'été est organisé chaque année par Supply Chain Magazine en partenariat avec ESCP-Europe. Il est libre et gratuit et ouvert à tous.
Programme complet
et inscription en ligne.
 
 
 
 
Grande
distribution
Quand
Michel-Edouard
Leclerc
tente de
démystifier
Amazon





Cette année, lors de son sixième évènement annuel « Les enjeux e-commerce », organisé hier à Paris, la Fevad (Fédération du e-commerce et de la vente à distance) avait invité Michel-Edouard Leclerc en tant que grand témoin pour conclure la journée. Interviewé par le journaliste d'Europe 1 David Abiker, le Pdg des enseignes E.Leclerc a d'abord insisté sur le fait que la coopérative a été pionnière il y a six ans dans le drive. Cette activité « digitale » représente aujourd'hui 6% du CA (avec un objectif de 10% en 2020), avec une part de marché de 50% en France. Avant de se lancer dans une opération de démystification d'Amazon : « Après le hard discount, où tous les journaux prédisaient la fin des hypermarchés et la fusion Carrefour Promodès où ils ont dit c'est la fin des indépendants, voilà maintenant que c'est Amazon que l'on surjoue ». Pour lui, le rachat par le géant de l'e-commerce de Whole Foods Market pour 13,7 Mds US $ (voir NL n°2517) n'a pas été correctement analysé par les observateurs. « Tous les chroniqueurs ont rapporté cet évènement sous l'angle de la surpuissance, la fin de l'hypermarché, etc. Sauf que c'est contradictoire : Amazon lui-même avait décrié ce genre de modèle, c'est la preuve qu'il n'a pas trouvé le sien s'agissant de l'alimentaire. Et s'il s'agissait de s'acheter un réseau pour stocker et livrer, ce serait bien trop cher payé. Par contre il s'achète du sens. Amazon se rend compte que dans l'alimentaire, il faut être dans l'empathie, dans l'affectif » analyse-t-il. Et de poursuivre : « le rapport des Français à la nourriture ne passe pas simplement par la logistique, la disponibilité en 24 h ou la livraison par drone ». Pour lui, le rachat de l'enseigne premium Whole Foods Market signifie aussi qu'Amazon n'ira pas chercher les enseignes comme Carrefour, Intermarché, « et encore moins Leclerc » sur les prix, ce qui lui donne « 5 ou 6 ans de délai d'adaptation ». « On ne va pas attendre Amazon, on va le tacler avant qu'il arrive » a-t-il lancé. « La bataille de demain ne va pas se faire entre les pure players et les magasins physiques, sauf sur quelques marchés de niche, mais entre marques omnicanales. C'est plus clair : Carrefour ou Leclerc apprennent le métier d'Amazon et Amazon apprend à devenir marchand et fondamentalement, ce qu'il me plaît à dire, c'est que s'il suffisait d'accéder au Big Data et à la logistique pour devenir un bon commerçant, il y a beaucoup d'enseignes dans le secteurs de la distribution qui ressusciteraient, les Euromarché, les Continent qui avaient à l'époque des systèmes logistiques bien plus pointus que Leclerc. La prime, c'est quand même la promesse commerciale plus qu'à la capacité de gérer les tuyaux ». Ce qui ne l'empêche pas de rappeler que les 16 entrepôts qui desservent au niveau national les coopératives de commerçants indépendants et d'enseignes Leclerc sont tous sur la voie de la robotisation complète. Avant de conclure par cette phrase : « Celui qui va gagner, celui qui va rester, c'est celui qui aura la marque, le réseau, l'expertise, que les consommateurs jugeront utiles. Dès que vous n'aurez plus l'allégation de cette utilité, vous rejoindrez très vite la page 1600 de Google parce qu'il y en aura d'autres qui arriveront derrière ». JLR
Photo : Michel-Edouard Leclerc ©E.Leclerc
 
 
Acquisition
Sigma annonce
le rachat
de Cinatis
Le Groupe Sigma, éditeur de logiciels pour la Supply Chain, annonce le rachat de la solution Cinatis, dédiée à l'amélioration de la performance transport. Cette opération intervient 3 mois après la conclusion du partenariat annoncé en mars sur la SITL (voir NL n°2456). Créée en 2012, Cinatis propose une « Tour de contrôle » des flux de transport basée sur des services EDI, web et mobiles. L'offre couvre le pilotage de flux, la traçabilité, la mutualisation et la reverse logistics. Steven Gerard, Président et fondateur de Cinatis, intègre Sigma et prend la responsabilité de l'offre Supply Chain : « L'expérience, les compétences et l'ambition internationale de Sigma sont des atouts formidables pour apporter à nos clients actuels et futurs la solution intégrée au cœur de leur Supply Chain, au service de leur performance » a-t-il déclaré. « L'acquisition de Cinatis répond à notre stratégie de prendre une place dominante sur le marché du TMS (Transport Management system). Elle vient enrichir notre offre et nous permet d'accélérer notre dynamique à l'international » a de son côté précisé Philippe Oléron, le Président du Groupe Sigma. JPG
 
   
  De gauche à droite : Philippe Oléron, Président du Groupe Sigma et Steven Gerard, Président et fondateur de Cinatis  
 
 
 
Congrès Fapics
Du nouveau
le 5 juillet sur
le référentiel
RSE en
logistique

Cela fait un an que les travaux ont commencé, au sein de la Commission Nationale des Services (CNS) du Ministère de l'économie, pour préparer la mise au point d'un référentiel RSE en logistique (avec deux volets, social et environnemental), dans le cadre de la stratégie France Logistique 2025. L'objectif se veut pragmatique : il ne s'agit pas de rajouter une nouvelle norme contraignante mais d'établir un document-conseil pour les entreprises, notamment les PME, qu'elles soient donneur d'ordre ou prestataire. Et désormais, le projet entre dans la phase de consultation publique. Un plan de consultation et d'adoption sera présenté le mercredi 5 juillet après-midi lors du congrès Fapics à l'Ecole Centrale de Lyon par Laurent Grégoire, le Président de la Section thématique Logistique & Supply chain de la CNS du Ministère de l'économie, et membre d'honneur de Fapics. Une première version de ce référentiel RSE devrait paraître en fin d'année.
Organisé les 5 et 6 juillet sur le thème « Des Supply
Chains responsables & Demand Driven », le Congrès Fapics
de l'Association Française de Supply Chain Management
s'annonce cette année très riche en témoignages
d'entreprises nationales et internationales telles que Michelin, Biomérieux, Sames-Kremlin, Monier, Miba Bearing, Stemcell ou encore l'Agence du Don en Nature (ADN). Le congrès se prolonge le 7 juillet par un séminaire destiné aux managers d'entreprise confrontée à des marchés volatiles, avec les créateurs des processus Sales & Operations Plan et Demand Driven MRP, ainsi que des workshops et serious games pour expérimenter les concepts. JLR
Photo : Laurent Grégoire, Président de la Section thématique Logistique & Supply chain de la Commission Nationale des Services du Ministère de l'économie
Pour accéder au programme
détaillé du Congrès Fapics

 
 
Immobilier
logistique
JLL positive
avec un nouvel
indice
Supply Chain

Le spécialiste en immobilier d'entreprise a décidé de décliner pour le marché français la méthodologie de son indice Supply Chain européen, lancé il y a un an. L'idée est d'amener chaque trimestre un éclairage complémentaire à la traditionnelle « demande placée » en location d'entrepôts, en mobilisant des données conjoncturelles permettant de formuler des prévisions à court terme (en l'occurrence le PIB français, le climat des affaires, le volume des échanges import/export et la confiance des distributeurs en France). La 1ère édition de cet indice Supply Chain France prévoit le maintien de la demande à un niveau élevé en 2017, malgré un début d'année marqué par le manque d'offre sur les principaux marchés. Dans les faits, la demande placée a fortement reculée au 1er trimestre 2017, -22%, par rapport au 1er trimestre 2016 (la baisse est même de 23% rapportée au 4e trimestre). La principale raison tient à l'absence d'offre de taille XXL sur la dorsale, qui grève les opérations locatives, et qui tempère l'essor continu du e-commerce. Celui-ci concourt par ailleurs à recentrer les activités logistiques industrielles aux abords des grandes villes, et renforce le glissement majoritaire (54%) de la demande placée vers les marchés secondaires observé depuis 2016. Vu par le prisme du nouvel indice, le climat est positif. Celui-ci affiche une progression de +0,2%, compte tenu de signaux globaux encourageants : la confiance des ménages et des distributeurs connait une embellie, de même que la croissance du PIB et des échanges commerciaux. Sans parler du climat des affaires, qui atteint début 2017 un niveau inédit depuis 2010. L'ensemble permet à JLL de prévoir un rebond de la demande placée d'entrepôts sur les 2 prochains trimestres, qui annonce un bilan 2017 moins dramatique que les chiffres du 1er trimestre ne le laissaient augurer. Sur l'année, le cabinet table sur un recul limité à -6%.
« Les locataires devraient continuer d'exiger de nouveaux espaces modernes pour accompagner l'essor ininterrompu de leurs ventes en ligne et le développement de nouveaux modèles opérationnels pour assurer les livraisons en zone urbaine. Nous attendons en conséquence une demande solide en faveur d'infrastructures de plus grande taille, notamment hors des quatre principaux marchés français, mais aussi un intérêt croissant pour des espaces plus petits ou plus spécialisés, dans et autour des grandes agglomérations, en particulier à Paris »
, note Jean-Marie Guillet, Directeur Département Agence Logistique France. MR
Photo :
Jean-Marie Guillet
 
 
 
 
Douane
C-Log obtient
la certification
OEA-Full
C-Log, spécialiste de la Supply Chain Retail et E-commerce, obtient la certification OEA-Full simplifications douanières et sécurité-sûreté. « Cette certification récompense le travail accompli par l'ensemble des équipes dans des domaines aussi variés que la maîtrise du risque réglementaire et de fraude douanière, la traçabilité des flux et le contrôle interne, la sécurité des systèmes d'information et la maîtrise globale de la sûreté de la Supply Chain », souligne Philippe Heinry, Directeur Transports et Douanes de C-Log. L'ensemble des sites logistiques de C-Log est aujourd'hui détenteur de cette certification. JPG  
 
Handicap
Log'ins
célèbre son
anniversaire
avec XPO
Logistics
et Ares
Log'ins, joint-venture sociale lancée par XPO Logistics et Ares en 2011, a célébré le premier anniversaire de son entrepôt dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, l'occasion d'une table ronde sur le thème de l'intégration par l'emploi. Cette JV vise à permettre un retour en douceur sur le marché du travail pour des personnes handicapées. Les collaborateurs de Log'ins travaillent en tant que manutentionnaires ou préparateurs de commandes. Parmi les 70 personnes employées par Log'ins à ce jour, 75% ont par la suite trouvé un autre emploi ou une formation. Un an après le lancement de Log'ins à Saint-Vulbas en mai 2016, la joint-venture s'étend à d'autres régions, dont Saint-Quentin-Fallavier et Satolas. Log'ins offre ses services à des entreprises dans les industries du textile, des cosmétiques ou encore de l'alimentation. La joint-venture ambitionne de poursuivre sa croissance, dans le but d'atteindre un chiffre d'affaires d'un million d'euros d'ici fin 2017. JPG  
 
INFOS INTERNATIONALES  
Maritime
Maersk
victime des
cyberattaques
Connue sous le nom de Petya, la toute dernière cyberattaque à envergure internationale a touché de nombreuses multinationales dont le groupe Maersk. Reconnaissant la gravité de la situation, le N°1 mondial du fret maritime a posté hier matin sur son site web le message suivant : « Nous confirmons que Maersk a été touché par la cyberattaque nommée Petya le 27 juin 2017. Les systèmes informatiques de nombreux sites et de quelques branches de notre activité sont actuellement en panne. Nous avons stoppé la propagation du phénomène et mettons en place un plan de récupération avec nos partenaires IT et des agences mondiales de cyber sécurité. Nous avons coupé un certain nombre de systèmes dans le but de contenir le problème. Ne sont actuellement pas affectées les entités Maersk Oil, Maersk Drilling, Maersk Supply Services, Maersk Tankers, Maersk Training, Svitzer et MCI. Des mesures de précaution ont été prises pour assurer la continuité des opérations. Les navires de Maersk Line sont en mesure de manœuvrer, de communiquer et les équipages sont en sécurité. APM Terminals est touché sur plusieurs ports et Damco n'a qu'un accès limité à certains systèmes. Nous continuons d'évaluer et de gérer la situation afin de minimiser son impact sur nos opérations, nos clients et partenaires. Des plans de continuité sont en cours d'implémentation en fonction de leur priorité. L'impact agrégé sur notre société est en cours d'évaluation ». Cette dernière attaque met une nouvelle fois en évidence, et à mal, la confiance qu'humains et entreprises plaçons dans nos systèmes informatiques et mesures de sécurité mais pourrait aussi, si elle venait à se prolonger, mettre en exergue l'importance du transport dans notre société de consommation. PM  
   
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Karine Dino
Chef de publicité
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@scmag.fr  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
29 juin 2017

JUIN 2017


Jeudi 29
à partir de 19h
Gala de l'Agora
en Partenariat
avec
Supply Chain
Magazine

Pavillon
d'Armenonville
Avec
Nicolas Bouzou
Soirée réservée
aux
responsables
Supply de
l'industrie et de
la distribution

Vendredi 30
Conférence
S&OP/IBP
Organisée par
JDA Software
« Développez
vos prévisions,
segmentez
(mieux), et
rentabilisez vos
opérations !
»
Partenaire :
SCMagazine
De 14h à 17h
Université
Paris Dauphine
Paris 16e


JUILLET 2017


Mardi 11

FORUM D'ETE
« Les nouveaux
Business Models
en Supply Chain »

Organisé par
SCMagazine
En partenariat avec
ESCP Europe
De 9h00 à 17h00
ESCP Europe
Paris 11e


OCTOBRE 2017


Jeudi 12
Forum RELEX
« Efficient Supply Chain For Retail »
Partenaires :
MARTEC International
et SCMagazine
DE 14h30 à 18h30
Ambassade
de Finlande
Paris 7e