Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
Grande
distribution
U Log
va recruter,
tout en
automatisant
les tâches
pénibles
U Log, l'entité créée en avril 2016 qui orchestre les 30 sites logistiques de Système U en France (4.200 collaborateurs), prévoit d'embaucher 400 personnes en CDI dans les deux ans à venir sur tout le territoire français. D'ici à 2022, l'activité logistique devra en effet soutenir les ambitions de Système U, qui est de faire passer sa part de marché actuelle de 10,5% à 12,5% dans 5 ans, avec un objectif de 2.300 points de vente (100 Hyper U, 1.000 Super U, 1.200 U express et Utile), contre un peu moins de 1.600 aujourd'hui. Les recrutements concernent essentiellement du personnel pour ses entrepôts mais également quelques profils de type ingénieurs. Dans le cadre de son programme d'investissements de plus de 200 M€ sur les trois à quatre ans qui viennent (à raison de 50 à 70 M€/an), U Log prévoit parallèlement de mettre en place de nouveaux dispositifs technologiques, notamment en matière de robotisation et d'automatisation. « Après avoir travaillé depuis 4 ou 5 ans à trouver les moyens de supprimer les tâches les plus pénibles dans l'entrepôt, en particulier dans la manutention des colis lourds en fruits et légumes et dans les liquides. Sur notre douzaine d'entrepôts frais, trois ont été robotisés pour l'activité lourde fruit et légumes et nous allons dupliquer ces systèmes sur l'ensemble des autres sites concernés. Même chose en ce qui concerne notre quinzaine d'entrepôts épicerie, dont trois d'entre eux sont déjà équipés d'un système robotisé pour tout la partie liquides » nous a confié Ronan Le Corre, Directeur Général de U Log. Par ailleurs, l'entreprise réfléchit aussi à moins utiliser les terminaux RF, les pupitres, le matériel vocal dans ses entrepôts en transférant un maximum d'applications sur smartphones et autres équipements connectés légers, de la réception des palettes jusqu'à la livraison effectuée par les chauffeurs. « Nous souhaitons que la robotisation, l'automatisation et les nouvelles technologies soient aussi un tremplin pour la promotion interne de nombreux de nos collaborateurs, l'occasion d'élargir leurs champs de compétences en se formant à de nouveaux métiers, comme conducteur de ligne par exemple » a déclaré Ronan Le Corre. Un autre effet de l'automatisation et de la robotisation de certaines tâches sera aussi de libérer de l'espace dans les entrepôts U Log dans les années qui viennent. « Plutôt qu'avoir des surfaces vides, si des clients souhaitent les utiliser, nous sommes totalement ouverts au principe, mais ce n'est qu'une opportunité, et non pas une volonté stratégique » nous a précisé le Directeur Général de U Log. JLR
 
   
  Ronan Le Corre, Directeur Général
de U Log ©Aurélien Mahot
 
 
 
 
Sondage
Participez
à la 3
e enquête
sur le
Track and Trace
dans
le transport
Pour la 3e année consécutive, Talan Consulting (ex-Cereza Conseil) en partenariat avec Supply Chain Magazine et avec la collaboration inédite de L'Institut du Commerce lance son enquête annuelle sur le Track & Trace dans le Transport ! Décrypter les tendances, identifier les innovations ou encore partager des retours d'expériences seront au menu de la conférence de restitution des résultats qui se tiendra le 20 juin dans ses locaux à Paris. Un focus spécifique sur les expérimentations IoT sera notamment partagé. En attendant de connaître les résultats, nous vous invitons à donner votre avis en répondant au questionnaire.
Accès au questionnaire
en ligne.

 
 
Copacking
FM Logistic
France
en phase avec
les « canons
de l'industrie »


L'activité conditionnement de FM Logistic France (600.000 unités préparées chaque dans plusieurs de ses entrepôts) poursuit sa démarche d'industrialisation. Le prestataire, qui revendique le titre de « premier co-packeur dans l'Hexagone », a embauché récemment deux nouveaux directeurs d'activité Conditionnement, des ingénieurs de formation issus du monde de l'industrie. Jean-Paul Dartoy, qui possède une longue expérience industrielle dans l'automobile, l'agroalimentaire et la cosmétique, a rejoint le site le site de Crépy-en-Valois (60) tandis que Jean-Marc Mathias, qui a notamment occupé des postes de Directeur de production dans les secteurs de l'automobile et du thermoformage pour l'industrie agroalimentaire, a été nommé pour diriger l'activité de conditionnement de la plateforme logistique de Fauverney (21). « Ce type de recrutement s'impose désormais à nous. Au-delà de la notion de service et de réactivité associée à nos activités, le co-packing doit aujourd'hui s'orienter vers des outils qui améliorent la performance et réduisent la pénibilité. Notre objectif est de démarrer une solution robotisée tous les mois » a déclaré Thierry Bellicaud, le Directeur de l'activité co-packing de FM Logistic France. Aux 2 M€ déjà dépensé dans l'acquisition de robots industriels devraient ainsi s'ajouter à moyen terme des investissements de plus de 5 M€ en automatisation. Parallèlement, FM Logistic France poursuit sur sa démarche d'amélioration continue (lean manufacturing), engagée depuis 2015, et qui a permis de certifier 38 Yellow et 12 Green Belt. JLR
Photo ci-contre : Thierry Bellicaud, Directeur de l'activité
co-packing de FM Logistic France
 
   
  Photos de gauche à droite : Jean-Paul Dartoy, Directeur de l'activité Conditionnement du site de Crépy-en-Valois et
Jean-Marc Mathias, Directeur de l'activité Conditionnement du site de Fauverney
 
   
  Activité de conditionnement dans l'entrepôt FM Logistic
de Fauverney ©JL.Rognon
 
 
 
 
Développement
Durable
Walmart veut
économiser
1 Gigatonne
de CO
2
d'ici 2030



A l'occasion de son Sustainability Milestone Summit, Walmart a lancé son vaste projet de développement durable : le Gigaton. Le but, réduire l'impact écologique de ses propres opérations de 18% en équivalent CO2 avant 2025 et globalement éliminer un milliard de tonnes (1 gigatonne) de CO2 d'ici 2030 sur l'ensemble de sa Supply Chain. Le projet, auquel sont invités à participer tous les fournisseurs de Walmart, s'oriente autour de six domaines : énergie (opérations et fonctionnement des produits), agriculture (réduction du gâchis et de l'utilisation d'engrais chimiques), emballage, recyclage, conception (et utilisation) des produits et déforestation. Egalement annoncé hier, la création d'une boite à outil pour inspirer les fournisseurs et les aider à y parvenir : « Dans cette boite à outils, nos fournisseurs et nous partageons tout ce que nous avons appris en 10 ans en matière de développement durable, notamment comment mesurer la réduction de l'impact environnemental » explique Laura Philips, SVP Sustainability chez Walmart. En 2007 en effet, Walmart était le premier distributeur américain à se fixer un objectif précis de réduction des émissions polluantes : -20 Mt de CO2 en 10 ans, un objectif dépassé de 16 Mt. Selon le distributeur, ce projet est non seulement une nécessité pour la planète mais également pour la pérennité des marques : « De plus en plus les clients veulent savoir d'où viennent les produits, comment ils sont fabriqués, quels ingrédients les composent, et veulent comprendre comment leur décisions d'achat vont impacter l'environnement » estime Steve Bratspies, le Chief Merchandising Officer de Walmart USA qui invite ainsi ses fournisseurs à prendre en compte toutes ces considérations lors du développement de leurs produits. Kathleen McLaughlin, SVP & Chief Sustainability Officer de Walmart, a par ailleurs profité de l'occasion pour souligner les avantages comptables d'une telle politique : Walmart, l'un des premiers consommateurs d'énergie renouvelable aux USA, a économisé 1 Md$ entre 2005 et 2015 en améliorant son efficacité énergétique. Parmi les partenaires déjà engagés dans des politiques de développement durable et ayant naturellement rejoint ce projet se trouvent, entre autre, Unilever, HP, Reckit Benckiser et Kellog's. PM
Photo 1 : Steve Bratspies, Chief Merchandising Officer
de Walmart USA

Photo 2 : Kathleen McLaughlin, SVP & Chief Sustainability Officer de Walmart
 
 
Immobilier
logistique
Argan livre le
nouveau siège
de DGF
Pour accompagner sa croissance, DGF vient de se doter d'un outil-clé à Chanteloup-les-Vignes (78) : un site de 15.500 m² destiné à héberger son siège social et son école de formation, mais aussi sa plate-forme de distribution de produits secs, frais et surgelés. Le fournisseur et distributeur de matières premières pour les métiers de bouche va y regrouper des activités logistiques jusque-là réparties entre Thiais et Chanteloup. En fait, l'entreprise est implantée depuis plus de 25 ans sur la commune, et son siège ne se déplace que de 500 m. Ce développement clé-en-main avait fait l'objet d'un appel d'offres remporté par Argan, pour une installation au sein du parc d'activités des Cettons (à proximité d'une plate-forme de stockage de Lidl). Il s'agit d'un bâtiment tri-température de dernière génération disposant d'1 cellule à température ambiante, 2 en froid positif et 1 en froid négatif, et de 16 portes à quai. DGF le loue dans le cadre d'un bail d'une durée ferme de 12 ans, sachant qu'une extension à 20.000 m² est possible. Notons que pour la foncière spécialisée dans le développement d'entrepôts Premium, c'est la 1ère livraison d'un programme d'investissements 2017 qui vise à augmenter de 10% ses revenus locatifs, pour atteindre 74 M€. MR
 
   
 
 
 
Immobilier
logistique
Afilog se réjouit
des effets
positifs du
nouvel arrêté
ministériel
entrepôts
Dans un communiqué, Afilog a tenu à saluer la publication au Journal Officiel de l'arrêté 91 du 11 avril 2017 sur les entrepôts (voir NL n° 2478), considéré comme un « acte politique pouvant être inscrit à l'actif du gouvernement et rattaché à la Stratégie France Logistique 2025 ». L'association des professionnels de l'immobilier logistique et de la Supply Chain, qui a largement contribué à la co-construction du texte avec les services du Ministère de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer, souligne le « changement de paradigme » vis-à-vis de l'usage de la dérogation, qui permettra de suivre les avancées techniques et technologiques, étude d'ingénierie à l'appui. « Cet arrêté devrait permettre une reprise de la dynamique de la production immobilière logistique, ralentie depuis l'arrêté du 17 août 2016 » peut-on lire dans le communiqué. JLR  
 
Dernier
kilomètre
Les consignes
Amazon Locker
sont présentes
dans 230 villes
en France
Amazon a lancé fin 2015 son offre de retrait de colis via des consignes automatiques, pour la plupart accessibles 24h/24 et 7j/7. 18 mois plus tard, le service est désormais disponible dans plus de 230 villes en France dont Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier, Nice, Paris, Strasbourg ou encore Toulouse. Ces consignes automatiques sont notamment installées dans des lieux de passages tels que les centres commerciaux du groupe Unibail-Rodamco (par exemple Les Quatre Temps, Vélizy 2, ou Lyon Part Dieu), les magasins du groupe Immochan et E.Leclerc, les supermarchés Match ou G20, dans certaines stations-services(Esso, BP) et dans les parkings de Paris France Parking. JLR  
   
 
INFOS INTERNATIONALES  

Ecosse
(Royaume Uni)
K + N ouvre
une plate-forme
Oil & Gas
Capitale européenne du pétrole, Aberdeen (Ecosse) est en toute logique la ville qu'a choisi Kuehne + Nagel pour implanter son nouveau site logistique servant l'industrie pétrolière. Ouvert depuis fin mars 2017 et situé près du port et de l'aéroport, cet entrepôt d'une surface de 11.000 m² permet désormais au prestataire de gérer en propre des services autrefois externalisés tels que le chargement de conteneurs. Freight Forwarding et solutions intégrées destinés au secteur pétrolier y seront proposés, de même que des services ouverts aux chargeurs d'autres secteurs comme par exemple l'emballage (en préparation pour l'export) et le transport aérien, maritime et terrestre (route + rail). Dans la région d'Aberdeen, située près d'importants gisements en Mer du Nord, le secteur pétrolier emploie directement et indirectement quelque 500.000 personnes. PM
 
 

Etats-Unis
Toyota
consolide
ses flux
logistiques
Toyota Industrial Equipment Manufacturing (TIEM) va investir 17,5 M$ dans des travaux d'agrandissement de son site de production et siège américain situé à Columbus dans l'Indiana. Le passage de 106.000 m² à 120.000 m² de surface doit avant tout permettre de réorganiser les flux logistiques internes et de réduire les distances parcourues de 50%. De surcroit, Toyota entend rationaliser les flux externes en consolidant sur place le stockage de nombreuses pièces (détachées et de production) auparavant entreposées sur d'autres sites distants. « C'est une étape importante pour l'avenir de Toyota Industrial Equipment » commente Tony Miller, SVP de TIEM. « Cette extension va nous permettre d'améliorer l'efficacité de nos opérations en réduisant les gâchis ainsi que les lead times ».
Il s'agit là des deuxièmes travaux d'expansion réalisés en deux ans par Toyota qui avait déjà agrandi son site de Columbus de 4.500 m² en 2015. PM
 
   
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@scmag.fr  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
21 avril 2017

AVRIL 2017

Enquête
WAVESTONE
« Industrie 4.0 :
et vous,
qu"attendez-vous
de la quatrième
révolution
industrielle ? »

Partenaire
SCMagazine



MAI 2017

Vendredi 12
Conférence
Paris Dauphine
Organisée par
SCMagazine en
partenariat avec
TIP Trailer
Services
« Comment
réduire
votre empreinte
carbone
transport ? »

De 14h à 17h20
Université
Paris Dauphine



Jeudi 18

Webinar
DYNASYS
« Gérez votre
Supply Chain
étendue :
Anticipez.
Optimisez.
Décidez
»

Partenaire
SCMagazine
De 17h à 17h45



JUIN 2017

Jeudi 1
Journée Demand
& Supply Chain
Planning,
5ème édition
DYNASYS
« Du S&OP
à l'IBP :
Comment aligner
Supply Chain
et Finance ? »

Partenaire
SCMagazine
De 8h30 à 17h
Palais Brongniart
Paris 2e


Jeudi 15 et
vendredi 16

Formation
EURODECISION
« Méthodes
et pratiques de
la prévision
des ventes »

De 9h00 à 17h00
Paris-La Défense