LinkedIn Twitter Facebook
 


Véhicules
électriques :
Renault Trucks
dégaine
sa nouvelle
gamme urbaine
électrique


Gamme
électrique
Renault Trucks :
un modèle
disponible dès
septembre
2018


Elroy Air :
le marché des
drones cargos
se rebiffe


Véhicules
autonomes :
ZF va lancer
ses modèles
en 2019


Accord
international
sur les
émissions
de CO2 dans
le transport
aérien
Véhicules électriques
Renault Trucks dégaine sa
nouvelle gamme urbaine électrique

Le constructeur au losange lève le voile sur sa nouvelle génération de camions et utilitaires électriques urbains, avec le Renault Master Z.E., disponible en septembre 2019, et les camions de moyen tonnage Renault Trucks D et D Wide Z.E., prévus pour 2019. Précurseur sur le domaine de l'électromobilité, Renault Trucks peut enfin dévoiler sa deuxième génération de véhicules 100% électriques. Droit d'aînesse oblige, le constructeur au losange a dû attendre que Volvo Trucks présente ses FE et FL électriques au printemps dernier, pour sortir à son tour ses nouvelles gammes : les Renault Master Z.E., Renault Trucks D Z.E. et Renault Trucks D Wide Z.E., soit l'éventail large des usages urbains, de 3,5 à 26 t. « Il y a dix ans, nous étions les premiers à démarrer avec pour objectif d'ouvrir la voie du camion électrique pour améliorer la qualité de l'air en ville. Aujourd'hui, notre gamme de véhicules électriques est performante et les experts de notre réseau sont prêts à accompagner nos clients dans leur transition vers l'électromobilité. Il y a dix ans nous démarrions, aujourd'hui, nous sommes prêts », explique Bruno Blin, président de Renault Trucks. G.H.

 
Les modèles Master Z.E., D Z.E. et D Wide Z.E.
se déclinent dans des versions allant de 3,5
jusqu'à 26 tonnes. ©Renault Trucks
 
 
 
 


300.

C'est le nombre
de km
que peuvent
parcourir
en autonomie
les nouveaux
camions
électriques
de moyenne
gamme
proposés par
Renault Trucks.
Véhicules électriques (suite)
Un modèle disponible
dès septembre 2018

Disponible à partir de septembre 2018, le Renault Master Z.E. dispose d'une autonomie de 120 km en conditions réelles qui le destine aux livraisons des derniers kilomètres, notamment en zone urbaine d'accès restreint. Six heures sont nécessaires au chargement complet de la batterie de cet utilitaire 100% électrique. Son volume de chargement est identique à celui d'un Renault Master diesel, les batteries ayant été placées sous les sièges avant. Disponible en six versions (quatre versions fourgon et deux versions plancher-cabine), le Master Z.E. est équipé de série d'une caméra de recul, d'un radar de recul et d'un miroir anti angle mort (prix à partir de 46.700 € HT, hors bonus et hors batterie). Fabriqués à Blainville-sur-Orne et commercialisés en 2019, le Renault Trucks D sera disponible dans une version 16 t optimisée pour les usages de distribution urbaine et distribution sous température dirigée. Quant au D Wide Z.E., il sera disponible en version 26t, optimisée pour la collecte de déchets. Ces deux modèles seront fabriqués dans l'usine du constructeur à Blainville-sur-Orne en Normandie, dès le deuxième semestre 2019. L'autonomie des camions de moyen tonnage de la gamme Z.E. de Renault Trucks peut atteindre jusqu'à 300 km, en fonction de l'usage et de la configuration batterie. En courant continu, les batteries lithium-ion du D Z.E. et D Wide Z.E. peuvent être complètement rechargées en 1 à 2 heures, via une prise Combo CCS de 150 kW. Pour une recharge de nuit en courant alternatif, il faut compter 12 heures pour une batterie de 300 kWh. Dans ce cas, une prise de type industriel 380V, 32A triphasé suffit à la mise en œuvre de cette charge. Afin de s'adapter à toutes les carrosseries, les Renault Trucks D Z.E. et Renault Trucks D Wide Z.E. sont équipés d'une prise de force avec une interface mécanique standard. G.H.
 
 


Elroy Air
Le marché des drones cargos
se rebiffe

Le constructeur de drones américain Elroy Air prépare un modèle destiné au transport de charge moyenne (70 kg), sur des distances moyennes, qui pourrait concurrencer camions et petits avions. Ces drones-là ne viendront pas vous livrer des dosettes de café directement dans votre jardin mais ils préfigurent ce que pourraient être le transport aérien et automatisés de charges plus lourdes. La société Elroy Air travaille sur des drones cargo sans pilote capable de transporter des charges plus conséquentes que les colis de 2 à 3 kg testés actuellement dans plusieurs centres-villes. Leur premier modèle vise à convoyer 70 kg sur une maximale de 480 km. Les drones sont capables de décoller et de se poser verticalement de façon autonome, et sont dotés de lidar et de logiciel de trafic aérien pour se mouvoir en toute sécurité. Ils disposent d'un moteur hybride diesel/électrique, une propulsion purement électrique nécessitant un poids de batterie trop imposant. Ce type de transport est plutôt destiné à rallier des zones isolées (type îles ou zones montagneuses), des centres de distribution entre eux ou bien d'assurer des liaisons entre les aéroports et les centres logistiques. De quoi rentrer en concurrence avec les camions de fret courte-moyenne distance et les petits avions, en alliant fréquences de vols et vitesse élevée. L'objectif de croisière annoncé est de 160 km/h. Selon Elroy Air, plusieurs grandes sociétés de transport express se montrent intéressées, de même que des gros chargeurs. Un rapport de l'Association américaine des industries aérospatiales (AIA), prédit que les vols de drones cargo à basse altitude feront partie de la routine dans les zones rurales aux États-Unis d'ici 2025 à 2031. Les vols longs courriers sont, eux, prévus pour 2033. Il faudra pour cela que la législation sur l'usage des drones évolue, notamment pour le transport de charges lourdes. G.H.
 
   
  Capables de transporter jusqu'à 70 kilos sur des distances allant jusqu'à 480 km, ces drones pourraient concurrencer les camions et les avions. ©Elroy Air  
 
 
 


« La France
ne doit pas
montrer
des signes
d'hésitation
sur le
Lyon-Turin »,


a déclaré
Laurens Jan
Brinkhorst,

Coordonnateur
du Corridor
Méditerranéen
pour l'Union
européenne,
lors de
la dernière
Assemblée
Générale
du Comité de
la Transalpine,
fin juin
.
Véhicules autonomes
ZF va lancer ses modèles en 2019

L'équipementier allemand ZF s'oriente vers les véhicules autonomes et électriques. Associé avec le constructeur e.Go Moove, il compte produire en série, dès 2019, un petit véhicule autonome dédié au transport de fret et de voyageurs en milieu urbain. Le futur e.Go Mover, sorte de minibus autonome, mesure 4,6 m de long sur 2 de large (2,5 m de haut). Doté d'une batterie de 70 kWh, il peut rouler pendant 10 h, qu'il pourra mettre à profit pour le transport de fret ou de personnes. E.Go Moove affirme que son véhicule dispose d'une autonomie de conduite de niveau 4 : un chauffeur doit être présent à bord pour certaines opérations complexes, mais il n'a pas à garder les mains sur le volant et peut vaquer à d'autres opérations pendant la plupart des phases de conduite. Le véhicule sera produit à Aix-la-Chapelle, avec un objectif ambitieux. « Nous prévoyons un volume à cinq chiffres, car nous estimons que la demande pour ces véhicules atteindra un million d'unités d'ici cinq à sept ans », avance-t-on chez ZF. L'équipementier équipera le véhicule avec ses systèmes de propulsion électrique, ses systèmes de direction et de freinage, ses capteurs et son ordinateur de bord ZF ProAI, qui recourt à l'intelligence artificielle pour la conduite automatisée (développé avec Nvidia). ZF a annoncé aussi la présentation d'autres véhicules lors du prochain IAA. G.H.
 
 
  ZF a annoncé ses intentions lors du ZF Technologie Day organisé fin juin à Friedrichshafen. ©ZF eGoMover  
 
  Environnement
Accord international
sur les émissions de CO
2
À l'instar des obligations qui touchent le transport routier, janvier 2019 marque également un tournant pour les opérateurs du transport aérien et les États. En effet, les uns comme les autres devront suivre et déclarer leurs émissions de CO2 liées à l'aviation internationale. Un accord a été obtenu en ce sens le 27 juin par les États membres de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI). L'accord porte notamment sur les normes et pratiques qui vont permettre d'avancer concrètement sur la mise en œuvre du dispositif mondial de compensation des émissions de CO2 de l'aviation, le CORSIA (« Carbon Offsetting and Reducing Scheme for International Aviation »), avant 2020. Salué par les ministres Nicolas Hulot et Élisabeth Borne, l'accord accompagne aussi les avancées technologiques et notamment l'adoption de carburants moins polluants dans le transport aérien. La France s'est portée volontaire pour la première phase de CORSIA pouvant permettre de compenser la majorité des émissions liées à l'aviation internationale à partir de 2021. S.L.G.
 
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en Chef
Officiel des Transporteurs
Tél : 01 81 69 85 67
s.legoff@info6tm.com

Sandrine Papin

Directrice Commerciale
Tél. 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble
de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 

N°357
2 juillet 2018
SEPTEMBRE

Du lundi 10
au mercredi 12
Paris Retail Week
Paris

 
Du jeudi 20
au jeudi 27
IAA
Hanovre

Lundi 25
au mardi 26
8e Assises
du Port du futur

Paris

OCTOBRE

Du jeudi 11
au samedi 13
Technotrans
Nantes


Du mercredi 17
au jeudi 18
Top Transport
Europe

Marseille

NOVEMBRE

Mercredi 28
et jeudi 29
Riverdating
Strasbourg

DÉCEMBRE

Vendredi 7
au samedi 8
92e congrès
national
de la CSD

Biarritz