LinkedIn Twitter Facebook
 


FNTR :
Le transport
routier
va mieux...
surtout avec
le CICE


Le Chinois SAIC
teste son VUL
électrique
en Europe


CMA CGM étoffe
son offre
sur l'Afrique
de l'Est


Recrutement :
lancement
opérationnel
de l'initiative
Tremplin


Le Comptoir
général
du poids lourd
se dote
d'un nouvel
entrepôt


L'info décalée :
Un robot à
la rescousse des
livreurs de colis
Congrès FNTR
Le transport routier va mieux...
surtout avec le CICE

Le transport routier va mieux, et même bien, à en croire les économistes et professionnels qui se sont succédé à la tribune du 72e congrès FNTR, qui se tenait le 12 octobre à Issy-les-Moulineaux. « La crise a été très sévère, durable, mais les entreprises ont réagi habilement, et nous avons survécu », s'est félicité Jean-Christophe Pic. Mais le président de la FNTR a aussitôt enchaîné sur une mise en garde. « Je veux revenir sur notre CICE chéri. Cela a été une excellente mesure. Nous souhaitons donc ardemment qu'il soit maintenu, et dans sa forme actuelle. Nous étions sceptiques au début, mais l'on a vu que ce dispositif convenait bien aux transporteurs et à l'ensemble de l'économie » . La FNTR va avoir fort à faire pour se faire entendre. Le projet de loi de Finances 2018 prévoit la transformation du CICE en baisse de charges, cette réforme devant entrer en vigueur au 1er janvier 2019. Lors du discours de clôture du congrès, en présence de la ministre des Transports Élisabeth Borne, Jean-Christophe Pic a aussi demandé le prolongement du sur-amortissement pour le GNV. La ministre a indiqué que des discussions étaient en cours sur ce point. Le président de la FNTR a également alerté sur l'impact négatif de l'augmentation de la TICPE sur le transport léger, sans mécanisme de ristourne. AK
Pour lire
l'article

 
  Le 72e congrès de la FNTR a été l'occasion de constater l'embellie économique du transport routier, mais aussi d'alerter sur les défis qui attendent le secteur. ©Anne Kerriou  
 
 
 


« Je veux
revenir
sur notre
CICE chéri.
Cela a été une
excellente
mesure.
Nous souhaitons
donc
ardemment
qu'il soit
maintenu, et
dans sa forme
actuelle »,


indiquait
Jean-Christophe
Pic
lors du
72e congrès
de la FNTR
le 12 octobre
à Issy-
les-Moulineaux.
Véhicule électrique
Le Chinois SAIC teste son VUL
en Europe

Le constructeur chinois SAIC débarque en Europe de manière discrète. Encore peu connu dans nos contrées, SAIC apparaît comme le plus gros constructeur automobile chinois, avec plus de 6,5 millions de véhicules produits l'an passé (voitures, VUL, camions et autobus). Ce constructeur d'État a noué des alliances avec les groupes Volkswagen, Iveco ou General Motors. Il a également racheté les marques britanniques MG puis LDV (ex-Leyland Daf Van), fabricant d'utilitaires. Sa division européenne, SAIC Mobility Europe, vient de s'installer au Luxembourg et doit servir de tête de pont pour l'importation des modèles de la marque. Pour démarrer, SAIC a choisi de proposer un fourgon en version électrique, le Maxus EV80, qui entrera en compétition directe avec le futur Renault Master ZE. Près de 200 opérateurs de flottes testeraient actuellement le Maxus EV80, notamment en France, au Benelux, en Autriche ou encore en Allemagne (chez Maske Fleet, seul opérateur évoqué). Le constructeur entend s'appuyer sur cette expérience pour lancer la marque Maxus sur le marché d'ici 2019/2020. Le prix d'acquisition devrait être très attractif si l'on en croit Pieter Gabriels, directeur général de SAIC Mobility Europe. « Les véhicules utilitaires électriques comparables sont commercialisés aux alentours de 70.000 à 80.000 €. Notre fourgon électrique sera vendu à 45.000 €. Cela signifie qu'en termes de coût de détention, notre modèle est très proche et presque équivalent à un VUL à motorisation diesel ». Le Maxus EV80 est annoncé avec une autonomie de 200 kilomètres avec une recharge rapide en 2h, sans donner plus de précision sur la batterie, si ce n'est qu'elle est garantie 5 ans (3 ans pour le véhicule). L'EV80 fait 5,70 m de long pour 2 m de large. Il est disponible en version fourgon ou châssis-cabine. En version fourgon, la longueur de chargement est de 3,3 m, pour 1,77 m de largeur (1,71 m de hauteur), avec un volume de chargement de 10,2 m3 pour une charge utile maximale de 950 kg. Cette charge descend à 750 kg en châssis-cabine. Le poids à vide n'a pas été précisé, il est de 2,5 t sur le modèle actuellement vendu en Chine ainsi qu'en Australie et Nouvelle-Zélande. GH
 
   
  Le Maxus EV80 offrira une autonomie de 200 km avec un temps de recharge de 2 heures. ©SAIC  
 


Transport maritime
CMA CGM étoffe son offre entre l'Inde,
le Moyen-Orient et l'Afrique de l'Est

CMA CGM renforce son service sur l'Afrique de l'Est pour soutenir son offre entre l'Inde, le Moyen-Orient et l'Afrique de l'Est à partir du 15 novembre 2017. Cela se traduit par un service direct vers le Mozambique et l'augmentation des capacités pour les exports de l'Afrique de l'Est. L'armateur propose ainsi 3 services directs hebdomadaires desservant 11 ports en Afrique de l'Est, avec une flotte de 14 navires de 3.500 EVP. Le service Noura 1 offrira une deuxième escale à Mombasa et une escale hebdomadaire directe à Mogadiscio depuis l'Inde et le Moyen-Orient. Ce service hebdomadaire sera opéré par 4 navires de 2.200 EVP et desservira par exemple Mombasa depuis Jebel Ali en 10 jours et Mogadiscio en 13 jours. De son côté, le service Noura 2 sera dédié à l'océan Indien et s'étendra au Mozambique (Beira et Nacala). Ce service hebdomadaire direct sera opéré par 5 navires de 2.200 EVP et desservira également le Mozambique. Ainsi, il faudra compter sur une connexion directe vers Beira depuis les Émirats arabes unis en 12 jours, avec un transit time depuis la côte ouest de l'Inde de 22 jours. MHG
 
   
  Les services Noura 1 et Noura 2 ont été modifiés.©CMA CGM  
 
 
 


150.

C'est en kg
la capacité
d'emport
maximale du
robot que teste
actuellement DHL
pour accompagner
ses facteurs
et livreurs.
Recrutement
Lancement opérationnel
de l'initiative Tremplin

Favoriser le recrutement et l'attractivité des métiers du transport et de la logistique : c'est l'objectif de l'initiative Tremplin (TRansport, EMPLoi, Innovation), portée par la FNTR (Fédération nationale des transports routiers), l'Union TLF (Union des entreprises de transport et de logistique de France), la FNTV (Fédération Nationale des Transports de Voyageurs), la CSD (Chambre syndicale du déménagement) et l'Unostra. La démarche a entamé sa phase opérationnelle fin septembre avec la mise en ligne sur le site www.tremplin2017.fr d'un questionnaire destiné aux entreprises du secteur. D'ici la fin octobre, l'enjeu est de recenser leurs besoins de recrutement et les profils recherchés, et de pouvoir ensuite les cartographier par bassins d'emplois. En parallèle, des travaux viennent d'être engagés avec les services publics de l'emploi afin de détecter des candidats susceptibles d'être directement embauchés, ou de bénéficier de formations leur permettant d'être rapidement opérationnels. La constitution de ce vivier se poursuivra jusqu'à fin novembre, mais c'est dès le courant du mois prochain que débuteront les premières mises en relation entre postulants et entreprises de transport ou de logistique. Avec recrutements à la clé, comme on peut l'espérer pour les différentes parties prenantes de la démarche. MR
 
   
  D'ici la fin octobre, l'enjeu est de recenser les besoins de recrutement des transporteurs et les profils recherchés, et de pouvoir ensuite les cartographier par bassins d'emplois. ©Adobe Stock  
 
  Pièces détachées
Le Comptoir général du poids lourd
se dote d'un nouvel entrepôt

Soufflant sa trentième bougie, le Comptoir général du poids lourd (CGDPL), spécialiste de la pièce détachée pour véhicules industriels et bus, vient d'inaugurer son nouveau siège social et son entrepôt central à Limas, dans le Rhône. Ce nouveau site de 2.000 m2 doit permettre « aux équipes de monter en puissance pour les préparations de commandes et les livraisons », indique l'entreprise dans un communiqué de presse. Revendiquant une hausse de 30% de son chiffre d'affaires et 4.400 clients, cette filiale du groupe BPW, depuis 2011, compte 4 agences : Goussainville dans le Val-d'Oise, Nancy Thaon en Meurthe-et-Moselle, Saint-Priest dans le Rhône et Brignoles dans le Var. DIL
 
   
  Le nouveau siège social et entrepôt central du Comptoir général du poids lourd de Limas, dans le Rhône. ©CGDPL  
 
 
Un robot à la rescousse des livreurs de colis
Il suit le facteur ou le livreur comme un chien bien dressé... PostBOT, un robot électrique autopropulsé, accompagne facteurs et livreurs durant leur tournée pour transporter le courrier ou les colis. Il est actuellement testé par la division Ecommerce/Colis du groupe Deutsche Post DHL dans la ville allemande de Bad Hersfeld, à 150 km au nord-est de Francfort. Double avantage, notamment pour les facteurs : éviter de porter de charges lourdes et avoir les mains libres pour distribuer le courrier. Deutsche Post DHL a prévu une période de test initiale d'environ 6 semaines suivie d'une évaluation. Les résultats seront mis à profit pour intégrer des améliorations et procéder à une nouvelle série de tests. Le robot a une capacité d'emport maximale de 150 kg et peut contenir jusqu'à 6 bacs de courrier. Il est équipé de capteurs pour pouvoir évoluer parmi les objets qui se trouve à proximité immédiate et s'arrêter si nécessaire. Par ailleurs, l'utilisateur dispose d'un contrôle à distance équipé d'un bouton d'urgence, et peut passer du mode automatique au mode manuel à tout instant. Adapté aux besoins spécifiques exprimés par le groupe Deutsche Post DHL, PostBOT a été élaboré sur la base d'un robot conçu par la société française Effidence, qui a également retenu l'attention de la poste française. AK
 
 
Le robot PostBOT va être testé dans deux quartiers de la ville allemande de Bad Hersfeld par le groupe Deutsche Post DHL. ©Deutsche Post DHL  
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en Chef
Officiel des Transporteurs
Tél : 01 81 69 85 67
s.legoff@info6tm.com

Anne Kerriou
Rédactrice en Chef
Actu-Transport-Logistique.fr
Tél. 01 81 69 85 64
a.kerriou@info6tm.com

Sandrine Papin
Directrice Commerciale
Tél. 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble
de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 

N°198
11 octobre 2017
OCTOBRE

Mardi 17
Congrès
de l'OTRE

Stade de France,
Saint-Denis


Mercredi 18
et jeudi 19
Top Transport Europe
Palais du Pharo
Marseille