LinkedIn Twitter Facebook
 


La Bretagne
croit au transport
routier GNV


Bolloré
Transport
et Logistique :
pression sur
les marges


France-Espagne :
dialogue
renoué sur
les travailleurs
détachés


L'OTRE dit non
aux radars
privés


DHL Parcel
étoffe son réseau
européen
Environnement
La Bretagne croit
au transport routier GNV

La région Bretagne compte impulser la création de 11 stations GNV sur son territoire, afin de soutenir le transport routier de marchandises au gaz. D'ici lundi, un collectif* d'acteurs bretons va en effet présenter un dossier auprès de l'Ademe, recensant les projets de stations de ravitaillement et les intentions d'achat de véhicules de la part des entreprises bretonnes. Il s'agit de répondre au second appel à projets de l'agence, dit « Solutions intégrées de mobilité GNV »(1). Cette initiative prévoit des subventions à hauteur de 100 000 euros pour les nouvelles stations GNV et jusqu'à 10 000 euros pour l'acquisition de nouveaux véhicule gaz (porteur, tracteur, fourgons out utilitaires). Seule contrainte, les projets doivent comporter un minimum de 5 nouvelles stations publiques GNV, avec au moins 20 véhicules par station. Avec ses 11 stations, et un parc potentiel de 220 nouveaux véhicules gaz, la région Bretagne compte plus que doubler cet objectif.
« L'appel à projet de l'Ademe a été lancé en milieu d'année avec un délai relativement court, puisqu'il se termine le 11 septembre. Pendant l'été, nous avons recensé tous les besoins, qu'ils émanent de transporteurs ou de chargeurs locaux, voire d'agences bretonnes de grands groupes. Pour l'instant, il est encore trop tôt pour annoncer que nous avons atteint des intentions d'achat pour 220 véhicules, mais nous voulons surtout montrer un engagement fort en faveur du GNV »,
indique Iwen Layec, chargé de mission auprès du cluster logistique Bretagne Supply Chain, partie prenante du collectif.
La région bretonne ne compte actuellement qu'une seule station GNV, à Locminé (56), sans compter celles de Nantes. Deux stations devraient ouvrir d'ici la fin de l'année, à Rennes ainsi qu'à Vannes, cette dernière station pouvant faire partie de l'appel à projet, bien qu'elle soit déjà bien avancée. En plus des onze stations faisant partie de l'appel à projet de la Région, l'Ademe a répertorié une quinzaine de futures stations gaz supplémentaires pour la Bretagne (voir la carte ci-dessous).
Pour l'instant, les demandes des transporteurs se portent essentiellement en faveur du GNC. « Si plusieurs acteurs se positionnent autour du GNL, nous retravaillerons les offres au niveau local », n'exclut pas Iwen Layec. Les stations seront approvisionnées par réseau, mais le collectif n'exclue pas de faire appel au biogaz. « L'idée de travailler sur un circuit court d'approvisionnement avec des stations de méthanisation est à l'étude. Car, au-delà de cet appel à projet, le collectif entend continuer son action en faveur du gaz », indique Iwen Layec.
À défaut d'avoir du pétrole, la Bretagne a des idées, et des cochons. Sachant qu'il n'est jamais trop tard pour rejoindre l'aventure, le collectif invite les acteurs bretons qui projettent d'investir dans des solutions gaz (lettre d'intention pour l'achat de véhicules par exemple) à se faire connaître au plus vite en contactant l'un de ses représentants. GH
(1) Appel à projets solutions
intégrées de mobikité GNV

   
  La région Bretagne souhaite développer une offre de carburant de substitution pour diminuer sa dépendance au pétrole, tout en sécurisant son approvisionnement et en diversifiant son mix énergétique. ©DR  
 
 
 


246 M€.
C'est le montant
du résultat
opérationnel
générées par
les activités
transport
et logistique du
groupe Bolloré
au premier
semestre 2017.
Un chiffre
en repli de 3%.
Commission de transport
Bolloré Transport et Logistique :
pression sur les marges

La branche Transport et Logistique du groupe Bolloré a engrangé un chiffre d'affaires de 2.802 M€ au premier semestre 2017 (+3% en données publiées et +3,8% à périmètre identique par rapport au premier semestre de 2016. Mais l'EBITDA recule de 1% à 340 M€ et le résultat opérationnel de 3% à 246 M€. Bolloré Logistics, l'entité spécialisée dans la commission de transport, a tiré la croissance du chiffre d'affaires avec une hausse de 9% de son chiffre d'affaires, à 1.623 M€ (+7% à périmètre constant), grâce à « l'augmentation des volumes maritimes et aériens ». Mais elle a été confrontée à une diminution des marges, car la hausse des taux de fret en 2017 n'a pu être répercutée sur certains contrats signés en 2016. De son côté Bolloré Africa Logistics a vu ses revenus se replier de 4% à 1178 M€ (-0,8 % à périmètre comparable). Cette division a également contribué à la dégradation du résultat opérationnel, car la progression des résultats de la logistique et des terminaux portuaires n'a pas suffi à rattraper le repli des autres activités. AK
En savoir
plus

 
   
  Les activités Transport et Logistique du groupe Bolloré affichent toujours une rentabilité solide, mais orientée à la baisse. ©Bolloré  
 


« L'OTRE
redoute
les dérives
qu'engendrerait
nécessairement
cette
organisation
digne des
chasseurs
de primes
du Far-West »,


souligne
un communiqué
de l'organisation
à propos d'une
éventuelle
privatisation
des contrôles
de vitesse.
Travailleurs détachés
Dialogue renoué entre
la France et l'Espagne

Après plusieurs mois sans contacts directs et un conflit ouvert sur le dossier du transport routier, la ministre chargée des Transports, Elisabeth Borne, a rencontré le 4 septembre à Madrid, le ministre espagnol de l'Équipement, Íñigo de la Serna. L'heure est à la détente. Les deux ministres ont décidé de se revoir prochainement et de constituer un groupe de travail conjoint « pour trouver des points de convergence » sur la question de la révision de la directive sur les travailleurs détachés, et son impact sur le secteur du transport routier. Ils ont par ailleurs, dans le secteur ferroviaire, la publication imminente des appels d'offres pour les projets d'exploitation des autoroutes Altantique et Méditerranée. Le ministre espagnol a enfin évoqué le projet de relance de l'autoroute de la mer (ADM) entre Gijón et Nantes Saint-Nazaire, arrêtée en septembre 2014. DS
En savoir
plus

 
 
  La ministre chargée des Transports, Elisabeth Borne, a rencontré le 4 septembre à Madrid le ministre espagnol de l'Èquipement, Íñigo de la Serna. ©Ministère des Transports  
 
  Contrôles de vitesse
L'OTRE dit non aux radars privés

Dans un entretien publié dans plusieurs quotidiens régionaux, le ministre de l'intérieur Gérard Collomb, a indiqué qu'il souhaitait confier les opérations de contrôle de vitesse à des sociétés privées, pour recentrer les policiers et gendarmes sur leurs missions de protection et de sécurité. Seule organisation professionnelle du secteur à réagir pour l'instant dans la foulée de cette annonce, l'OTRE plaide pour une « indépendance de l'auteur du contrôle qui garantit l'efficacité et l'absence total d'intérêt personnel notamment pécuniaire dans la conduite des opérations et leurs résultats ». Et rappelle qu'elle défend « la mise en place d'une vraie police de la route » et « la mise en place d'un permis professionnel à points en complément du permis de conduire personnel pour les conducteurs routiers ». DIL
 
 
  Colis
DHL Parcel étoffe
son réseau européen

DHL Parcel Europe ajoute quatre pays à son réseau de transport de colis : l'Irlande et la Roumanie dans l'immédiat, puis la Bulgarie et la Croatie à compter du mois de novembre. Objectif : accompagner le développement exponentiel du e-commerce transfrontalier. L'opérateur couvrira ainsi 26 pays à la fin de l'année, l'ambition étant d'être présent sur tous les marchés clefs du e-commerce en Europe d'ici fin 2018. Pour cela, DHL Parcel s'appuie sur des partenariats. Il s'est associé avec l'opérateur public An Post en Irlande, la société privée Urgent Cargus en Roumanie, la Poste Croate et l'entreprise de transport de colis Rapido en Bulgarie. AK
 
   
  DHL Parcel veut couvrir tous les marchés clefs
du e-commerce en Europe d'ici fin 2018. ©DHL
 
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en chef adjointe
Tél : 01 81 69 85 67
silvia.legoff@scmag.fr

Nathalie Bier
Directrice de clientèle
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble
de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
N°173
6 septembre 2017
SEPTEMBRE

Du mardi 19
au jeudi 21
Salon du
e-commerce

Porte
de Versailles,
Paris

Mardi 26
Journée INRS
pour les services
de santé
au travail

INRS, 65 Bd
Richard-Lenoir
Paris


Mardi 26 et
mercredi 27
Assises du port
du futur

UIC, Paris



Mardi 26 et
mercredi 27
TIPS,
Salon du transport
international
des produits
de sant
é

Cité des Échanges
Lille