LinkedIn Twitter Facebook
 


L'Arafer prête
à élargir son
périmètre aux
aéroports


L'Arafer réclame
un modèle
économique
viable pour
SNCF Réseau


Jean-Marc Rivera
nouveau
Secrétaire
Général
de l'OTRE


Accidents
de la route :
les usagers
vulnérables
pointés du doigt


Accidents avec
un camion :
les piétons
responsables
dans
30% des cas


Les « apps »
Android ou iOS
du bout du doigt
sur Mercedes
Actros


L'info décalée :
Amazon invite
à plonger dans
des entrepôts
sous-marins
Régulation
L'Arafer prête à élargir son
périmètre aux aéroports

A l'issue de la première année pleine où l'Arafer a pu travailler sur l'étendue des nouvelles compétences que lui a conférées la Loi Macron (cars et sociétés concessionnaires d'autoroute), Bernard Roman, son président, plaide pour la constitution d'un grand régulateur des transports. Il l'a confié hier lors d'une conférence de presse. Il s'en est ouvert à Elisabeth Borne en indiquant qu'il serait aussi favorable à un élargissement du périmètre de l'Arafer. « Il y a des domaines qui ne sont pas couverts par une instance indépendante. C'est le cas notamment de l'activité aéroportuaire », a-t-il précisé. Si le ministère penchait sur un ultérieur élargissement des compétences de l'autorité, celle-ci aurait un spectre complet sur le transport et une vision plus fine de l'organisation de la mobilité, estime le président de l'Arafer. Concrètement, l'autorité de régulation aurait son mot à dire sur les redevances que les compagnies aériennes paient aux aéroports. Par ailleurs, L'autorité a livré le rapport annuel sur les marchés et contrats passés par les sociétés concessionnaires d'autoroutes. Consciente d'avoir « frappé fort » sur les sociétés concessionnaires avec son dernier avis sur le financement des travaux prévus par le plan de relance via une hausse des péages (NLF n°145), l'Arafer ne peut qu'attendre la suite. « Le gouvernement a sollicité le Conseil d'Etat qui doit se prononcer ce mois-ci », a indiqué Bernard Roman. Sans renier les critiques émises, le président de l'Arafer estime qu'il y a eu des progrès de la part des sociétés concessionnaires. Sans le modèle concessif, on n'aurait pas le réseau autoroutier qu'on a. C'est le plus performant, le plus sécure et le mieux entretenu en Europe. Pour son développement et sa pérennisation, il faut respecter trois conditions : la transparence - les péages ne servent pas à financer les bénéfices - des bénéfices raisonnables et un taux de rentabilité interne maitrisé. « Celui-ci est encore important mais moins que par le passé, les comportements changent. Je vois des signes positifs », note-t-il. Quant à du lobbying des sociétés concessionnaires sur l'Arafer, Bernard Roman s'est dit « insensible à toute pression ». SLG
Photo : Bernard Roman
 
 
 

Régulation
L'Arafer réclame un modèle
économique viable pour SNCF Réseau

La dette de SNCF Réseau est un vrai sujet de préoccupation pour l'Arafer qui a épinglé la situation économique dugestionnaire du réseau ferroviaire à plusieurs reprises. « C'est bien que le gouvernement se penche sur le modèleéconomique viable [de SNCF Réseau NDLR] », a indiquéBernard Roman, Président de l'Arafer, hier. Etle même d'ajouter : « aucun modèle économique n'est possible si la dette reste ce qu'elle est ». Mais l'Arafer critique surtout le fait que le gestionnaire d'infrastructure soit utilisé sans limite pour assurer le financement de nouveaux projets au détriment de la priorité donnée au renouveau du réseau. SLG
 
 

Nomination
Jean-Marc Rivera nouveau
secrétaire général de l'OTRE

Depuis hier, Jean-Marc Rivera est le nouveau secrétaire général de l'OTRE, en remplacement de Gilles Mathelié-Guinlet. Jean-Marc Rivera a rejoint la fédération en 2006 en tant que secrétaire général Ile-de-France avant d'intégrer en 2009 l'équipe nationale comme secrétaire général adjoint. Sa mission était la négociation collective, les relations paritaires et institutionnelles ainsi que les questions d'emploi et de formation professionnelle. Désormais, il sera l'animateur du réseau national des permanents locaux et des syndicats territoriaux et sectoriels adhérents de l'OTRE. Le nouveau secrétaire général assurera ses nouvelles fonctions sous la direction d'Aline Mesples qui a été reconduite à la présidence de la fédération, le 14 juin dernier. Il travaillera notamment avec Laure Dubois, secrétaire générale adjointe depuis le mois d'avril. NB
 
 


30%.

C'est le taux
d'accidents
impliquant
un camion
provoqués par
un piéton
qui traverse
sans faire
attention, selon
une enquête
de Volvo Trucks.
Accidents de la route
Les usagers vulnérables
pointés du doigt

Le constructeur Volvo Trucks a récemment rendu public son deuxième rapport de sécurité portant sur les accidents impliquant des camions en Europe (la première étude date de 2013). Point positif, le nombre d'accidents de la route graves impliquant des poids lourds a pratiquement été divisé par deux en Europe en l'espace de dix ans. En revanche, le nombre d'accidents de poids lourds impliquant des usagers de la route vulnérables (piétons, cyclistes, vélomoteurs) « n'a pas diminué dans les mêmes proportions », observe Carl Johan Almqvist, directeur de la sécurité produits et trafic chez Volvo Trucks (*). Chaque année, en Europe, environ 26.000 personnes laissent leur vie dans des accidents de la route, dont 15% sont attribuées à un poids lourd (soit 1.733 personnes au total). À 90%, la cause est d'origine humaine (inattention, usage du smartphone au volant, alcool, comportement inapproprié, ...). L'infrastructure et l'environnement extérieur jouent pour 30% (mauvaises conditions météorologiques, carrefours mal conçus, pas de séparateur de voies). Les défauts du véhicule n'interviennent que dans 10% des cas (visibilité limitée pour le conducteur, explosion de pneumatique, défaut technique). En décortiquant tous les accidents graves (décès ou accidents sérieux) où des poids lourds sont impliqués, les chercheurs de Volvo Trucks ont mis en avant que, de 2013 à 2017, les accidents impliquant un camion seul ou deux camions baissent de 17,5% à 15% tandis que les accidents impliquant un camion et un véhicule léger, majoritaires, baissent de 60% à 52,5%. En revanche, les accidents entre un PL et un « usager vulnérable » grimpent de 20% à 32,5%. GH
* Pour consulter
l'étude

 
 


« Aucun
modèle
économique
n'est possible
si la dette
reste ce
qu'elle est »,


a déclaré hier
Bernard Roman,
Président
de l'Arafer
au sujet de
SNCF Réseau.
Accidents avec un camion
Les piétons responsables
dans 30% des cas

Comme l'indiquait aussi le dernier baromètre de la Sécurité routière, les piétons sont en tête des victimes d'accidents mortels (NLF n°149). Avec les cyclistes, ils sont la catégorie la plus vulnérable des usagers de la route. L'enquête réalisée et diffusée récemment par Volvo Trucks révèle que 20% des accidents interviennent lorsqu'un camion tourne à droite sans voir qu'un vélo se trouve le long de son flanc droit. Dans ce cas, le constructeur suédois rappelle que l'usage adéquat de rétroviseurs, complété par une vitre dans la partie basse des portières voire des caméras peut diminuer le nombre d'accidents. Plus inquiétant, 30% des accidents se produisent lorsque des piétons traversent devant un poids lourd sans faire attention, l'usage de plus en plus intense du smartphone ou d'écouteurs pouvant expliquer une partie du phénomène. « Les poids lourds sont équipés depuis 2015 de système de freinage d'urgence (AEBS - Advanced Emergency Braking System), mais ce système a été conçu pour éviter des collisions avec d'autres véhicules, et non des usagers vulnérables. Il faudrait que la législation évolue en ce sens », soulignent les auteurs de l'étude. Ils préconisent l'association de radars et de caméras, voire de lidars (capteurs lasers) pour prévenir ce type d'accident. En attendant, Volvo Trucks a monté le programme de sensibilisation « Stop Look Wave » (Arrête toi, regarde et salut le conducteur), destiné à apprendre aux enfants de 5 à 12 ans à bien traverser la rue. Lancé en mai 2015, le programme a déjà touché 200.000 enfants à travers le monde. Une nouvelle campagne, « Seen&Be Seen », vient d'être lancée et le kit peut se télécharger sur le site du constructeur(*). Enfin, le constructeur rappelle que, parmi les équipements de sécurité dont disposent les véhicules, il en reste un essentiel et pourtant parfois délaissé : « le rapport indique que la moitié des chauffeurs routiers décédés dans des accidents de la route auraient survécu s'ils avaient bouclé leur ceinture de sécurité », avertit Carl Johan Almqvist. GH
Photo : exemple d'antéviseur et de rétroviseurs pouvant couvrir l'avant et le flanc gauche du véhicule ©G.Hamon
* Pour télécharger
la campagne de Volvo
 
 
  Technologie
Les « apps » Android ou iOS
du bout du doigt sur Mercedes Actros

Déjà courants sur les voitures particulières, les écrans tactiles font maintenant leur apparition sur les camions. Grâce à Apple CarPlay (iPhone, iOS) ou à Mirrorlink (Android) l'écran tactile du Mercedes Actros reproduit celui de votre smartphone, enfin presque. En effet, ce « mirroring » est limité à certaines applications sélectionnées. Il évite de devoir tenir en main un appareil. Outre l'aspect divertissement, cette nouvelle possibilité se révèle utile en cas d'utilisation d'applications de logistique ou d'optimisation de mission sur smartphone.
Ces dernières sont amenées à devenir des alternatives à celles qui sont ou seront hébergées par les plateformes RIO, Fleetboard ou Dynafleet. LF
 
   
 
 
Amazon invite à plonger dans des entrepôts sous-marins
Toujours à la recherche d'idées pour stocker et distribuer les marchandises de la manière la plus efficiente possible, Amazon vient de déposer un brevet des plus originaux pour un entrepôt... sous-marin. Le dispositif futuriste doit permettre le stockage de containers dans des piscines ou des lacs au moyen de tapis roulant ou de camions. Le brevet va jusqu'à imaginer le largage de containers en parachute en pleine mer depuis des avions ou des drones, avec un système GPS pour les retrouver. Chaque conteneur se verra attribué un signal acoustique spécifique qui servira à l'identifier, puis à le rappeler au besoin. La remontée à la surface s'effectuera à l'aide d'un système autogonflant inclus dans la paroi du conteneur. Derrière ce brevet, qui peut paraître excentrique au premier abord, se cache pourtant une véritable préoccupation. Avec la diffusion de son système Dash, qui permet de commander d'une simple pression un paquet de mouchoir ou des doses de café, Amazon s'attend probablement à une intensification d'achats impulsifs. Or le géant de Seattle a constaté que ses opérateurs en entrepôts, qu'ils soient humains ou robots, parcourent parfois des kilomètres pour satisfaire la commande d'un seul individu. « Les entrepôts actuels et les centres de tri ne sont pas assez efficaces en termes d'optimisation de l'espace », regrette le géant de la distribution. La solution de stockage par immersion apporte une réponse pour l'entreposage et les déplacements des objets lourds et volumineux. Le milieu aquatique pourrait faciliter les manipulations et serait peut-être moins onéreux qu'un entrepôt « en dur », à condition bien évidemment d'investir dans un système de dépôt et de collecte adéquat. GH
 
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en chef adjointe
Tél : 01 80 91 56 33
silvia.legoff@scmag.fr

Nathalie Bier
Rédactrice
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Karine Dino
Chef de publicité
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble
de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
N°160
12 juillet 2017
JUILLET

Du jeudi 13 au
dimanche 16
Salon du véhicule
électrique
et Hybride

Val d'Isère