LinkedIn Twitter Facebook
Ports de Lille
Bilan satisfaisant
de la multimodalité

Danser, T3M, Greenmodal, Nord Port Shuttle, TAB, Auchan, VFLI, VIIA et Transports Fiolet se sont retrouvés le 16 juin dernier sur le terminal à conteneurs du Ports de Lille pour un colloque sur la multimodalité et le transport décarboné. Rendez-vous dont la teneur laisse plutôt optimiste pour l'essor des transports alternatifs et plus vertueux. Le terminal à conteneurs (LCT) du port du Nord a vu son trafic plus que tripler en 3 ans, passant de 25.204 EVP manutentionnés à 86.919 en 2016 (NLF n°98). Ceci grâce à l'effet conjugué de la croissance des lignes ferroviaires de et vers Bordeaux/ Toulouse et Marseille, des lignes fluviales de et vers Dunkerque, Zeebrugge, Anvers et Rotterdam et par une desserte finale opérée par la route. « On voit qu'on est passé en 2 ans de 0 à plus de 23.000 EVP ferroviaires, et ceci sans que le fluvial en soit affecté. En 2017, on commence même à ressentir les effets positifs sur le fluvial avec des transferts de plus en plus nombreux du fer vers le fleuve (plus de 900 à fin mai 2017) », souligne Dominique Drapier, du département Marketing, Innovation & Prospective du Port. L'un des thèmes clés du colloque a été l'adéquation des infrastructures. En effet « les opérateurs ont appris à travailler ensemble, il faut simplement qu'ils disposent d'outils trimodaux correctement outillés pour pouvoir se développer. Le « plus » lillois est que nous sommes un opérateur CCI, et donc neutre. Chez nous, les clients sont tous traités de la même façon car nous ne dépendons d'aucun groupe. Nous pouvons orienter nos clients ferroviaires qui ne connaissent pas le fluvial et nos clients fluviaux que le ferroviaire effraie un peu de par sa complexité ». Rappelons que cette année, les modes alternatifs à la route devraient représenter 47% des flux. « Nous nous inscrivons dans la durée, nous investissons massivement pour ce faire et nous avons besoin de l'implication de tous. Cela a été le sens du colloque que nous avons organisé », ajoute-t-il par ailleurs. Implication qui concerne aussi l'investissement dans des camions au gaz pour les pré et post-acheminement. C'est justement le choix qu'ont fait TAB, pour la ligne Lille-Marseille (NLF n°130), et les transports Fiolet. SLG

Ports de Lille :
la multimodalité
a fait ses preuves


Le Groupe Olano
s'agrandit
en Espagne


Le Club Déméter
planche aussi
sur la pénurie
de conducteurs


Sécurité routière :
mortalité
en hausse chez
les conducteurs
de VUL


Pedretti choisit
le gaz pour
le transport
de voitures


Accord de
collaboration
entre le Pirée,
Shanghai
et Cosco
   
  De g. à dr. : Eric Fiolet, Drigeant des Transports Fiolet, Jean-Claude Brunier, Pdg de TAB, Daniel Lebreton, Directeur de VIIA, Nathalie Delmer, Responsable transport international chez Auchan et Thierry Le Goff, Directeur d’Activités trafics en Ligne VFLI.  ©Studio VDM  
 
 
 

Transport frigo
Le Groupe Olano s'agrandit en Espagne

Spécialiste de la chaîne du froid dans l'agroalimentaire, le Groupe Olano annonce le rachat de l'espagnol Logistica Colombina, basé à Séville. Avec cette implantation en Andalousie, région riche en ports de pêche, le français conforte sa place de leader en Europe du Sud des prestations transport et logistique dédiées à la filière des produits de la mer, dont il traitera désormais plus de 400.000 t/an. Avec cette acquisition, qui suit celle de l'italien Amantini Logistica annoncée en mars (NLF n°91), ce groupe familial atteint les 100 M€ de CA sur ce créneau qui est à l'origine de sa création en 1975 au sein du port de Saint-Jean-de-Luz. Cela ne représente toutefois qu'un tiers de son CA, compte tenu de sa diversification au service d'autres marchés agroalimentaires en froid positif et négatif, avec son millier de véhicules en propre et pas moins de 45 sites. Suite à ce récent rachat en Espagne, le Groupe Olano annonce le lancement d'un nouveau modèle économique sur la péninsule ibérique : ses activités liées aux produits de la mer y reposent désormais sur 2 sociétés de pilotage de flux, 9 sociétés de moyens gérant les parcs de véhicules et pas moins de 15 plateformes logistiques. Basée à Barcelone, Olano Seafood gère les flux au départ de l'Espagne vers l'Europe (surtout vers l'Italie), tandis qu'Olano Seeafood Ibérica, basée à Irun, gère tous les flux ibériques, et ceux en provenance d'Europe vers l'Espagne et le Portugal. Le tout s'inscrit dans le réseau européen de produits de la mer Seafoodways, que le groupe a créé en 2014 avec Stef et Express Marée, vite rejoints par des acteurs grec, hollandais et irlandais. En 2017, une initiative similaire dédiée au froid négatif devrait voir le jour sous la bannière Frozenways. MR
Photo : Olano – ©Groupe Olano
 
   
 


20.000.

C'est le nombre
estimé
empiriquement
de conducteurs
« manquants »
aux entreprises
de transport
françaises,
selon
le Club Déméter.
Emploi
Le Club Déméter planche aussi
sur la pénurie de conducteurs

La pénurie de conducteurs dans le TRM en France n'inquiète pas seulement la FNTR, qui a lancé récemment son initiative Tremplin (NLF n°148). C'est le cas aussi du Club Déméter, qui regroupe une cinquantaine de grandes entreprises, chargeurs et logisticiens transporteurs, désireuses d'agir ensemble au travers d'actions concrètes dans le domaine du développement durable. Un groupe de travail de l'association planche depuis plusieurs mois sur le sujet, et ses premiers résultats ont été présentés lors de l'évènement annuel du Club, à la mi-juin à Paris. Selon Franck Moissonnier, DRH chez le transporteur Jacky Perrenot (membre du Club Déméter), il manque environ 20.000 conducteurs en France, d'après son estimation des offres d'emploi non pourvues. « Chez Perrenot, qui est un groupe de 5.000 personnes, nous avons besoin dans la minute de 250 conducteurs que nous ne trouvons pas. Nous avons recours aux heures sup, à l'intérim, mais ce ne sont pas des solutions pérennes » déclare-t-il. Le Club Déméter estime d'ailleurs que sur sa cinquantaine de membres, il y aurait environ 1.500 postes disponibles de conducteurs non pourvus. Parmi les raisons identifiées qui expliquent cette pénurie figurent pêle-mêle l'évolution du métier, devenu plus qualifié (technique, réglementation, sécurité, interface clients), le changement de génération (moins fidèle, plus difficile à manager, et moins respectueuse du matériel), le coût élevé du permis, le peu d'ouverture du secteur aux femmes et le déficit d'image énorme du transport routier. « Même si un véhicule Euro 6 pollue moins qu'une Yaris, personne ne le sait » a fait d'ailleurs remarquer Philippe Givone, Président de la holding Transports du Groupe Perrenot. Pour le Club Déméter, le risque d'une telle pénurie est une augmentation du turnover et une surenchère salariale. Pour contrer cette forte baisse d'attractivité et la sous-estimation de la qualification du métier, le groupe de travail prépare plusieurs types d'actions. Comme la conception d'une formation « conducteur ambassadeur » de deux jours, en complément de la FCO (Formation Continue Obligatoire) pour mettre en évidence la contribution commerciale du conducteur. Ou encore la prise de contacts nationaux avec l'Armée, Pôle Emploi, les bacs pros, les CIO, etc. L'utilisation des réseaux sociaux devrait également faire l'objet d'un projet tutoré avec des étudiants de la licence marketing et communication de l'Université de Moselle. Et une campagne de pub est en réflexion, afin de valoriser le métier de conducteur, à l'image de ce qui a déjà été fait pour le bâtiment ou l'armée. Les cibles : les jeunes, les femmes, les militaires, les salariés en besoin de reconversion, et les personnes sorties de l'emploi. JLR
Photo : © Scania
 
   
 
 
 
  Sécurité routière
Mortalité en hausse chez
les conducteurs de VUL

Dans un contexte de quasi stabilité des accidents mortels en 2016 (3.722 victimes) et d'une augmentation des blessés (72.645 personnes), le nombre de personnes tuées apparaît en hausse chez les usagers de véhicules utilitaires (+8%, soit 10 décès supplémentaires) et il s'agit à 77% d'hommes, selon les résultats définitifs de la mortalité routière diffusés hier par le ministère de l'Intérieur. En revanche, la mortalité reste stable pour les chauffeurs de poids lourds (1 décès en moins). En ce qui concerne les responsabilités dans les accidents mortels, on constate que 15% des piétons tués (la catégorie la plus représentée parmi les victimes) l'ont été par un poids lourd ou un véhicule de transport en commun (15 morts de plus par rapport à 2015). Quant aux cyclistes, les poids lourds ou des véhicules de transport de personnes a été en cause dans 15,4% des accidents mortels. A noter que 27% des usagers de véhicule utilitaire tués et 25% des usagers de poids lourd tués ne portaient pas leur ceinture de sécurité au moment de l'accident. Pour ces conducteurs professionnels, les taux sont inférieurs à ceux observés en 2015 mais restent importants. De manière générale, 63% des accidents mortels sont intervenus sur le réseau routier hors agglomération, le plus étendu dans le pays. Cependant, la mortalité a baissé de 16% depuis 2010 mais celle sur les autoroutes est en hausse. La vitesse et l'alcool restent les premières causes d'accidents mortels surtout chez les jeunes conducteurs. SLG
 
 


« Les
opérateurs
ont appris
à travailler
ensemble,
il faut
simplement
qu'ils disposent
d'outils
trimodaux
correctement
outillés
pour pouvoir se
développer »,


a déclaré
Dominique
Drapier,

du département
marketing et
communication
de Ports de Lille,
en commentaire
au colloque
sur le transport
multimodal du
16 juin dernier.

Ile-de-France
Pedretti choisit le gaz pour
le transport de voitures

Pour le transport de voitures, activité démarrée il y a trois ans, Pedretti a choisi d'investir dans un Iveco Stralis de 330 ch pour la livraison de véhicules en Ile-de-France. Il s'agit d'une activité uniquement orientée particuliers. En effet, Pedretti propose le transport pour les clients du site Move My Car qui propose le transport d'une voiture d'un point A à un point B en cas de déménagement, départ en vacances ou si le propriétaire ne peut pas récupérer sa voiture d'occasion, par exemple. Le devis est fait par le site. Le prélèvement se fait au plus près du domicile du client, souvent sur un parking. Le camion choisi par le transporteur savoyard a trois « packs » GNC qui lui assurent une capacité de 1.320 litres et plus de 700 km d'autonomie en cycle mixte. « Ce choix a été fait pour éviter les restrictions de circulation », précise Laurie Ciambrone, chargée de communication et marketing pour les transports Pedretti. A ce jour, le transporteur a seulement un autre camion au gaz, et c'est un tracteur. SLG
 
 
  Thierry Kilidjean, Directeur Général d'Iveco France remet les clés du véhicule à Cédrid Pedretti, Président de l'entreprise de transports.  
 
  Importations chinoises
Accord de collaboration entre le Pirée,
Shanghai et Cosco

Le port du Pirée, le Port de Shanghai et le transporteur Cosco Shipping ont signé le 12 juin 2017 un accord de partenariat similaire à celui signé un peu plus tôt entre Anvers et Caofeidian, dans le Nord de la Chine. Collaboration, notamment au niveau de la formation, promotion mutuelle, développement de synergies sont donc au programme, le but fièrement avoué par Han Zheng, Secrétaire de Shanghai auprès du Parti Communiste et Stergios Pitsiorlas, Ministre Adjoint au Développement et de l'Economie en Grèce, étant de multiplier les flux de marchandises chinoises en direction de l'Europe. « Cet accord avec le Port de Shanghai est très important. Il signifie que d'énormes quantités de biens transportés depuis la Chine et vers le reste du monde vont transiter par Le Pirée » se réjouit Stergios Pitsiorlas. A l'heure ou l'économie chinoise ralentit, les initiatives favorisant l'export se multiplient, toujours en lien avec la stratégie Belt & Road. Souffrant également d'une économie en berne, la Grèce semble enchantée par ce nouveau développement : « L'accord va favoriser notre économie nationale et l'emploi. Nous avons besoin d'investissement en cette période. De tels investissements démontrent que les étrangers ont confiance en notre pays » commente Christos Lampridis, Secrétaire Général des Ports, de la politique portuaire et des investissements maritimes au sein du Ministère du Transport. Rappelons par ailleurs que Cosco Shipping exploite depuis 2010 les terminaux à conteneurs Piers 2 et 3 du Pirée avec une concession de 35 ans, et a racheté en 2016 67% du capital du port (cf NL n°2200). PM
 
   
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en chef adjointe
Tél : 01 80 91 56 33
silvia.legoff@scmag.fr

Nathalie Bier
Rédactrice
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Karine Dino
Chef de publicité
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
N°149
27 juin 2017
JUIN

Deliver #2
Salon de
la logistique
Du mardi 27
au mercredi 28

Berlin

Du mardi 27 au
jeudi 29
TOC Container
Supply Chain
Europe

Salon international
du transport
maritime RAI
Amsterdam



Value chain
Pharma

Mercredi 28
Paris, La Défense


La Nuit de l'Etoile
Vendredi 30
La Baule

JUILLET

Mardi 11
FORUM D'ÉTÉ
Organisé par
SCMagazine
et ESCP Europe
« Les nouveaux
Busines Models
en SupplY Chain »
De 9h à 17h15
ESCP Europe
Paris 11e


Du jeudi 13 au
dimanche 16
Salon du véhicule
électrique
et Hybride

Val d'Isère