LinkedIn Twitter Facebook
Environnement
Le GNV sort gagnant de
l'expérimentation Equilibre

Le GNV émet 4 fois moins de NOx que le diesel. C'est l'une des premières conclusions des expérimentations menées dans le cadre du projet Equilibre et diffusées hier. Sur autoroute, ces émissions sont inférieures de 65% en moyenne par rapport au diesel, et de 69% en agglomération. Les émissions de GES sont inférieures de 80% lorsque les véhicules roulent au bioGNV. De plus, à distance équivalente, la consommation est moindre en GNV par rapport au diesel (moins d'un kilo de GNV par rapport à 1 litre de gazole). Les participants au projet (les transporteurs Magnin, Mégevand, Prabel, Sotradel, Jacky Perrenot et Transalliance) soulignent les avantages économiques qui en découlent compte tenu du fait que le prix du GNV est inférieur de 20 à 30% à celui du gasoil et moins sujet aux variations du marché. Au total, les performances de 15 camions de différents modèles de dernière génération, instrumentés en conditions d'exploitation pendant 1 an, ont été observées. Les résultats présentés hier sont issus de l'analyse de plus de 200.000 km parcourus dans différentes conditions de charge et de parcours. Le projet, mené avec le concours du Centre de recherche en machines techniques (CRMT), de Truckonline et l'IFSTTAR et le soutien de l'Ademe et de GNVert (Engie), prévoit d'autres mesures sur des véhicules 19 tonnes afin de couvrir l'ensemble des usages et notamment la livraison de dernier kilomètre. Au terme de cette étude, le Consortium Equilibre développera un outil de calcul des consommations de carburant et d'émissions de CO2 et NOx à destination des transporteurs. SLG


Le GNV
sort gagnant de
l'expérimentation
Equilibre


Transgourmet
France livre
le centre
de Toulouse
en bioGNV


L'OTRE cherche
volontaires pour
commission VUL


Détachement :
du nouveau
à partir
du 1er juillet


1er trimestre
contrasté pour
Hapag Lloyd
 
 
 


K Line essuie
des pertes
plus importantes
que prévu


En Espagne,
Ontruck vient
de lever 10 M$

Environnement (suite)
Transgourmet France livre le centre
de Toulouse en bioGNV

C'est dans un Iveco roulant au bioGNV et équipé d'un groupe froid électrique, conçu étroitement avec le constructeur italien, que Transgourmet France assure dorénavant la livraison de produits alimentaires en multi-température dans le centre-ville de Toulouse, soit une tournée quotidienne d'environ 70 km. Particulièrement écologique, ce camion carrossé par Aubineau et réfrigéré par Carrier, est doté d'un revêtement spécifique pour le plancher de la caisse et le hayon, qui abaisse les émissions sonores à moins de 60dBA. De plus, il n'émet ni odeur ni fumée, assure-t-on chez Transgourmet. Le porteur Iveco au bioGNV s'inscrit dans l'ensemble de la démarche durable du distributeur : 2 nouveaux véhicules au gaz sont attendus cette semaine, un autre roulant au biodiesel « 100% origine colza » rejoindra son parc en octobre et un véhicule hybride de 7,5 tonnes lui sera livré avant la fin d'année. En effet, Transgourmet travaille à des tests portant sur différentes technologies pour adopter les plus pertinentes en fonction de la typologie de tournée, ainsi qu'à des solutions pour réduire les émissions sonores. Le distributeur s'attache également à identifier une solution globale en distribution sous température dirigée et à disposer d'une solution « propre » pour réfrigérer, celle-ci n'existant pas actuellement pour un véhicule hybride. Transgourmet a recueilli toutes ses actions pour le transport durable dans un livret dont la troisième édition paraîtra en juin. NB
 
 
  Transport léger
L'OTRE cherche volontaires
pour commission ad hoc

L'OTRE a créé une commission dédiée aux problématiques des VUL et cherche des entreprises volontaires pour y participer. Les travaux de la commission visent à alimenter un Conseil métier Messagerie et Express à venir. Ils porteront sur l'absence de formations spécifiques pour ces métiers, la nécessité d'un permis B ad hoc ou d'une capacité professionnelle dédiée. L'introduction du chronotachygraphe dans les véhicules de -3,5 t est aussi un point important pour la fédération. L'OTRE souhaite se pencher aussi sur le manque de reconnaissance pour les conducteurs de ces activités. Ce qui explique les difficultés que rencontrent les entreprises pour recruter. En un mot, l'OTRE, qui depuis longtemps, met en garde contre la concurrence des VUL étrangers, veut travailler sur la professionnalisation de ce secteur qui est, d'ailleurs en pleine croissance, sous l'effet du e-commerce.
Son initiative intervient alors que le SNTL (Syndicat national du transport léger), affilié à la FNTR, vient d'annoncer la création d'un Label et d'une Charte pour « assainir » le transport léger (NLF n°121). SLG
 
 


« Ce matin
nous allons
savoir si
nous aurons
ou non
à Matignon
un adversaire
acharné
du canal
Seine Nord »,


a déclaré sur
Tweeter,
le 15 mai,
Alain Gest,
député LR de la
Somme avant
la nomination
d'Edouard Philippe,
Maire du Havre,
au poste de
Premier Ministre.
Détachement
Un décret apporte des précisions
pour les transporteurs

Le décret 2017-825 du 5 mai sur le renforcement des règles visant à lutter contre les prestations de services internationales illégales a apporté des modifications au Code des transports relatives au personnel roulant ou naviguant. Celles-ci entreront en vigueur le 1er juillet. Concernant l'attestation de détachement, elle doit aussi comporter, dans la partie qui identifie l'entreprise, son numéro d'identification fiscale au titre de l'assujettissement à la TVA. Quant aux documents que les entreprises doivent fournir aux organismes de contrôle, il s'agit notamment du bulletin de salaire et de la copie de la désignation par l'entreprise de son représentant. Ces documents doivent être présentés sans délai et doivent être traduits en français, selon le nouveau décret. Par ailleurs, la déclaration établie par l'entreprise qui a recours à des travailleurs détachés doit indiquer son délai de validité, dans la limite de six mois. La déclaration doit être transmise sous forme dématérialisée à l'inspection du travail. Par ailleurs, le décret 2017-751 du 3 mai introduit un nouvel article dans le Code du travail relatif au paiement d'une contribution de 40 € par salarié à la charge des entreprises étrangères qui détachent des salariés en France. Cette contribution est due au titre des frais pour la dématérialisation des déclarations relatives au détachement. SLG
 
 


10 M$.

C'est le montant
de la levée
de fonds
réalisée par
la plate-forme
espagnole
Ontruck.
Résultats
1er trimestre contrasté
pour Hapag Lloyd

Hapag Lloyd démarré l'année 2017 avec une hausse des volumes de 6,8% (1,9 M EVP) pour atteindre un CA de 2,13 Mds€ (+10,4% par rapport à 2016). Au premier trimestre, son résultat opérationnel (EBITDA) est en hausse de 6,4% (131,3 M€) tandis que le résultat d'exploitation est resté quasiment inchangé par rapport à la même période de 2016. En revanche, son résultat net est en baisse de 62,1 M€. Selon la compagnie, les résultats ont été affectés par la hausse du prix du pétrole (qui aurait atteint son plus haut niveau depuis juin 2015) et des taux de fret inférieurs de 20% par rapport au premier trimestre 2016. Les hausses appliquées depuis le début de l'année devraient produire leurs effets plus tard dans l'année, estime Hapag Lloyd. Ce qui n'empêche pas l'armateur de se concentrer sur le projet The Alliance après avoir finalisé la fusion avec l'homologue arabe UASC (NLF n° 87) prévue pour la fin du mois, après un premier report. L'armateur allemand attend de cette opération des économies de l'ordre d'environ 393 M€, à partir de 2019. SLG
 
   
 
  Résultats (suite)
K Line essuie des pertes
plus importantes que prévu

Après une année 2016 difficile, comme ce fut le cas pour l'ensemble des transporteurs maritimes, K Line présente des résultats inférieurs à ses prévisions annoncées fin janvier et surtout des pertes plus lourdes que prévu. L'année fiscale écoulée (avril 2016 – mars 2017) s'est en effet conclue par un résultat d'exploitation négatif de -372 M€ au lieu des -347 M€ prévus malgré un CA à peine supérieur de 8,324 Md€ aux 8,162 Md€ (1.010 Md¥) envisagés. « Dans notre secteur, le marché du fret a connu des tarifs historiquement bas durant le premier semestre 2016. Une reprise est arrivée durant la deuxième moitié de l'année mais jusqu'à un certain point et les tarifs demeurent plus bas qu'espéré » admet le transporteur dans un communiqué. Résultat, K Line fait état d'une perte extraordinaire de quelque 65,1 Md¥ (526 M€) attribuée pour trois quarts à l'activité transport de conteneurs. Concernant son avenir, K Line se contente de mentionner la future Joint-Venture avec NYK et MOL dans le but de fusionner leurs activités de transport de conteneurs. Petit détail technique, la Federal Maritime Commission a fait savoir la semaine dernière qu'elle n'allait pas permettre la création de cette joint-venture. Selon l'autorité américaine, le but ultime de cette opération est la fusion pure et simple des activités de transport de conteneurs des trois acteurs. Par conséquent, l'opération devrait être considérée comme telle et dépasse, de fait, le cadre de ses compétences. PM
 
   
 
  Plates-formes digitales
En Espagne, Ontruck
vient de lever 10 M$

Le transport routier de marchandises, nouvel eldorado des entrepreneurs européens du digital ? Cette fois, c'est la start-up espagnole Ontruck qui vient de lever 10 M$ pour assurer le développement de sa plate-forme collaborative dédiée au TRM, pour l'instant active autour de Madrid et Barcelone. La formule est désormais classique : elle permet aux chargeurs de trouver un transporteur pour une ou plusieurs palettes, avec une possibilité de suivi en temps réel. Lancée courant 2016, Ontruck avait déjà bénéficié d'un 1er tour de financement de 2 M€ à l'automne dernier auprès d'investisseurs espagnols et allemands (Samaipata Ventures, Point Nine Capital et La Famiglia). Ils sont rejoints par le fonds anglais Atomico, et le français Idinvest. Mais si l'Allemagne et le Royaume-Uni figurent bien dans les priorités de développement à l'international de la plate-forme pour l'année à venir, la France n'est pas au programme, vu l'embouteillage d'initiatives similaires depuis un an. MR
 
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en chef adjointe
Tél : 01 80 91 56 33
silvia.legoff@scmag.fr

Nathalie Bier
Rédactrice
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
N°123
17 mai 2017
MAI

Mercredi 31 et
jeudi 1er juin

SELFI
Salon du transport
frigorifique
Espace 1924
Circuit
de Montlhéry

 
JUIN

Du lundi 19 au
dimanche 25

SIAE
Le Bourget


Du mardi 27 au
jeudi 29
TOC Europe

Salon international
du transport
maritime RAI
Amsterdam

JUILLET

Du jeudi 13 au
dimanche 16
Salon du véhicule
électrique
et Hybride

Val d'Isère