LinkedIn Twitter Facebook
Marseille Fos
Le trafic portuaire de Marseille-Fos
un peu en deçà des prévisions

L'année dernière à la même époque, la direction du Port de Marseille tablait pour 2016 sur une croissance de son trafic de +2,4%, à 83,7 M de tonnes de marchandises. Cette hausse n'a finalement pas eu lieu, puisque le trafic 2016 s'établit à 81 Mdet, légèrement en dessous de celui de 2015 (81,7 Mt). Le Grand Port Maritime a notamment dû faire face à une baisse de -7% des vracs solides, à 12,9 Mt, entraînée par les difficultés conjoncturelles de la sidérurgie (-11% à 8,6 Mt). Les vracs agroalimentaires sont aussi en baisse de -16% à 680.000 t en raison de la mauvaise récolte céréalière en France et de l'arrêt des imports de sucre. Et après 11 mois dans le vert, le trafic de vracs liquides a finalement fléchi de 1% sur l'année, en raison de l'arrêt fin novembre de l'activité de raffinage de pétrole brut de l'usine de la Mède (qui va entamer sa reconversion en bioraffinerie). Cela dit, la stratégie de diversification des trafics du port a commencé vraiment à porter ses fruits. Le trafic matériaux pour le BTP progresse de +108% en 2016. Avec une croissance de +3% (+4,1% à Fos) pour 1,25 M EVP et 12 M de t, les conteneurs enchaînent leur quatrième année de hausse consécutive. D'ailleurs, en termes d'EVP, la capacité déployée par les armateurs a augmenté de +13% en 2016 sur le Port de Marseille. Huit lignes conteneurisées (3 avec l'Asie, 2 avec l'Amérique du Nord, 2 avec la Méditerranée et 1 avec l'Océan Indien) ont augmenté leurs capacités, de 80% pour certaines. Quatre nouveaux services ont ouvert (dont le California Express de MSC), et c'est aussi l'année du retour de l'opérateur Evergreen, après 11 ans d'absence. Avec 170.000 unités, le trafic de voitures neuves (en import, du Maroc, mais aussi à l'export) progresse de +5% et toujours dans le fret roulier, le trafic de remorques est en hausse de +7% à 182.000 unités. A noter également la forte poussée du trafic de gaz GNL (+33%) avec 1,3 M de tonnes supplémentaires en 2016. Pour 2017, les prévisions d'augmentation du trafic total du port tablent sur une augmentation de +2,2%, à 82,7 M de t, et en particulier une hausse de 4% du trafic de conteneurs à 1,3 M EVP. JLR
(voir suite)


Port de Marseille :
bilan 2016
contrasté


Marseille-Fos :
priorité au fer


DHL lance
la plate-forme
Cillox


Aéroport
de Liège :
volumes
en hausse


Milan Malpensa :
2016, année
record pour
le fret


P&O
et Finnlines
ensemble pour
relier Espagne et
Grande Bretagne


SNCF Mobilité
épinglée pour
sa comptabilité
L'info décalée :
Folies futuristes
de la Californie
à Toulouse
 
 
 
 

Marseille Fos (suite)
Le ferroviaire parmi
les priorités du port

En 2016, le pré et post acheminement ferroviaire de conteneurs a progressé de +8% à 121.000 EVP. De nouvelles offres ont été lancées vers Niort et Chalon-sur-Saône (en direct par deux nouveau opérateurs, Modal Ouest et BD Rail Services), et Naviland Cargo propose désormais une nouvelle liaison vers Rennes via Lyon. Quant au process export « Medlink safe » lancé en juillet 2016 et qui permet de transporter des conteneurs matières dangereuses sur des barges fluviales, notamment sur le couloir rhodanien, il compte aujourd'hui 15 transitaires accrédités. « Les priorités pour nous en matière d'investissement vont sur le ferroviaire » a indiqué lundi Christine Cabau Woehrel, Présidente du directoire du Port de Marseille Fos, en reconnaissant que du côté du fluvial, le projet de canal de « fond de darse » qui devait relier les deux bassins de Fos avait été mis « entre parenthèses ». Sur l'enveloppe de 55 M€ d'investissement que le Port a budgétée en 2017, 3,7 M€ seront consacrés aux opérations ferroviaires. Marseille entend bien augmenter son trafic de fruits et légumes grâce à la montée en puissance du Fresh Food Corridor, une expérimentation d'une chaîne modale coordonnée mer-fer entre Israël et les marchés du nord de l'Europe via Marseille-Fos. Cela permet de réduire de 5 jours le « lead time » entre Fos et Rotterdam par rapport à un trajet par navire (2 jours contre 7). Un troisième train, chargé de conteneurs reefer a été testé avec succès il y a quelques jours. Au total, six ou sept convois similaires devraient faire l'objet d'expérimentation durant l'année, l'objectif étant de valider la faisabilité économique de ce schéma en trouvant du fret retour depuis Rotterdam. En revanche, le trafic fluvial a chuté de -16%, à 83.000 EVP. Le Port phocéen attribue cette contre-performance à deux facteurs conjoncturels : les difficultés de circulation sur le Rhône liées aux aléas des crues et les incertitudes horaires de certaines arrivées de navires dans le cadre des modifications d'alliance maritimes qui ont eu lieu dernièrement. Et lorsqu'il s'agit de rattraper un retard, les camions viennent alors remplacer le post acheminement sur barge. JLR
Photo : Christine Cabau Woehrel, Présidente du directoire du Port de Marseille Fos
 
 
  Bourse de fret
DHL lance Cillox en Allemagne

Le 19 janvier, DHL a lancé une plate-forme digitale de mise en relation entre chargeurs et transporteurs, appelée Cillox. Le lancement fait suite à une période de test démarrée en septembre dernier. Dans un premier temps, cette bourse de fret sera opérationnelle en Allemagne pour des flux nationaux et internationaux. Les chargeurs auront accès à un choix d'entreprises de transport de toute taille et à leurs tarifs. Les transporteurs peuvent bénéficier d'un calculateur les aidant à proposer les meilleurs prix, indique le communiqué de DHL. De plus, la plate-forme permet de réaliser toutes les opérations de tracking, mais aussi d'édition et transmission de documents et de paiement. Les conducteurs ont une application mobile couplée à un système de géolocalisation et disposent d'un système de scan via l'application mobile pour « lire » les documents de livraison et les envoyer via leur smartphone. Amadou Diallo, vice-président exécutif de la division services à valeur ajoutée et logistique intégrée pour DHL Global Forwarding, est le Pdg de Cillox. SLG
 
 
 
 


« Nous
modifierons
nos politiques
commerciales
et nos règles
fiscales »,

a prévenu
Emmanuel
Macron

dans une tribune
publiée dans le
Financial Times,
en réponse
à d'éventuelles
décisions
unilatérales
de la part
des Etats-Unis
.
Liège
Moins d'avions mais plus de volume

Huitième aéroport cargo en Europe, Liège Airport conforte sa première place en Belgique avec 660.604 tonnes de fret (+1,7% vs 2015). « L'activité a été soutenue pour toutes nos compagnies avec des augmentations significatives pour CAL, El Al et Qatar Airways », précise Luc Partoune, Directeur Général de Liège Airport. « Dans une phase de transition suite au rachat par Fedex, TNT reste performant et demeure de loin notre premier client ». Pour sa part, le nombre de passagers a nettement augmenté suite à l'attentat qui a frappé Brussels Airport en mars dernier avec plus de 382.000 passagers (+27%). Plus de cargo, plus de passagers mais moins de mouvements d'avions, ces derniers étant passés de 41.045 en 2015 à 37.987 en 2016. Enfin, dans le but d'accueillir la croissance future anticipée, un nouveau hall cargo de 6.000 m² sera construit en 2017 pour un investissement de 4 M€. Hub aérien pour TNT (depuis 20 ans) en Europe, Liège a nourri en effet de grandes ambitions dans le secteur du e-commerce où il entend maintenir et conforter un rôle de premier plan. Il bénéficie d'ores et déjà d'une excellente connectivité avec des vols quotidiens, six jours par semaine vers Hong Kong, Shanghai et Guangzhou opérés par Fedex/TNT ainsi que El Al, Qatar Airways et Emirates. PM
Photo : Luc Partoune
 
 
  Milan Malpensa
Fret aérien à +7,4%

L'année 2016 a été un très bon cru pour le trafic marchandises de l'escale milanaise. L'aéroport, premier en Italie et sixième en Europe, a enregistré une hausse du trafic de 7,4% avec un total de 549.000 tonnes de marchandises sur l'ensemble de l'année (sur un peu plus d'1Mt totalisées par tous les aéroports italiens). Pour le seul mois de décembre, la hausse a été de 17,9% avec 49.280 tonnes traitées. Le hub milanais assure 110 vols hebdomadaires 100% fret, surtout pour les liaisons avec l'Asie, le Moyen Orient et les Etats-Unis. L'aéroport a beaucoup investi pour développer son espace fret appelé Cargo City, notamment pour accueillir les activités des expressistes, et prévoit l'arrivée de deux nouveaux opérateurs de manutention qui travailleront dans de nouveaux entrepôts de 15.000 m². DHL va aussi faire bâtir un nouvel entrepôt de 46.000 m² qui entrera en service fin 2018. SLG
 
   
 


56%.
C'est le
pourcentage
d'employeurs
ayant eu des
difficultés
à recruter
des cadres
du transport
en 2015,
d'après le rapport
2016 de l'OPTL.
Accord P&O-Finnlines
Une liaison Grande-Bretagne
Espagne via Zeebruges

Courant février P&O et Finnlines assureront ensemble les liaisons entre le Royaume-Uni et l'Espagne d'une durée de cinq jours maximum. La compagnie spécialiste du transmanche assure déjà 98 traversées par semaine entre les ports Est de la Grande Bretagne jusqu'au port belge de Zeebruges avec une flotte de 20 navires. Finnlines opère des liaisons depuis ce hub jusqu'aux ports espagnols de Bilbao et Santander. Les navires Ro/Ro permettront de transporter toutes sortes de marchandises chargées dans des remorques, des conteneurs, des ensembles routiers avec une faible garde au sol, ou en chargements cargo. La compagnie maritime et sa division logistique s'attendent à d'importants volumes de chargements de marchandises très variées : machines, pièces détachées, pièces de voitures, fruits et légumes, emballages, aluminium, piles et papier. NB
 
   
 
  SNCF
L'Arafer épingle l'opérateur
sur la séparation comptable

L'Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières vient de rappeler à l'ordre SNCF Mobilité au sujet de la séparation comptable de ses activités sous monopole et soumises à la concurrence. « SNCF Mobilités n'ayant pas encore fourni toutes les informations indispensables à l'analyse, l'Arafer ne peut s'assurer de l'absence de subventions croisées entre activités conventionnées et concurrentielles de SNCF Mobilités, de distorsion de concurrence et de discrimination. Elle n'est donc pas en mesure d'approuver les règles de séparation comptable de SNCF Mobilités », a fait savoir l'Arafer dans un communiqué diffusé hier. En effet, conformément au code des transports, l'opérateur historique doit présenter des comptes séparés pour ses activités de transport ferroviaire de voyageurs, de transport ferroviaire de fret, de gestion des gares de voyageurs et des autres installations de service (centres de maintenance et stations de combustible), rappelle l'Arafer. L'objectif des séparations comptables est de pouvoir reconstituer les comptes de chaque activité comme s'il s'agissait d'activités autonomes. Ce qui a un impact direct sur la concurrence en favorisant les conditions d'un égal accès au marché, alors que domine un opérateur historique qui continue à exercer plusieurs activités, sous monopole et en concurrence, et permettre de s'assurer qu'aucun fonds public n'est transféré de l'une à l'autre, explique l'Autorité. SNCF Mobilité avait déjà été rappelée à l'ordre en 2015. SLG
 
 
 
Folies futuristes à Toulouse
Imaginez des personnes et des biens transportés dans des capsules voyageant à la vitesse des avions dans des tubes. Tel est le scénario que promettent les dirigeants de la société californienne Hyperloop Transportation Technologies, Dirk Ahlborn et Bibop Gresta, qui ont signé hier un accord avec Jean-Luc Moudenc, Maire de Toulouse et Président de Toulouse Métropole, Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie, et Pascal Mailhos, Préfet de la Région Occitanie. Le texte prévoit que HTT installe une sorte de pôle R&D, essais et incubateur d'envergure européenne sur l'ancienne base aérienne de Francazal, l'espace toulousain spécialisé dans les véhicules autonomes tels que les drones et autres engins automatiques. Ces capsules futuristes sont mues par…lévitation, rien de moins ! En effet, c'est la lévitation magnétique passive (MagLev) appelée Inductrack, qui s'appuie sur un système breveté d'aimants qui génèrent la propulsion, l'énergie et la lévitation nécessaires. L'emploi de sources d'énergies renouvelables et d'un système de freinage récupérant l'énergie cinétique permettra à Hyperloop de produire plus d'énergie qu'il n'en consomme. On aurait eu tort de croire que les drones, les camions et VUL autonome étaient les projets les plus futuristes en matière de transport de marchandises. Visiblement, on n'est pas au bout de nos surprises... SLG
 
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en chef adjointe
Tél : 01 80 91 56 33
silvia.legoff@scmag.fr

Nathalie Bier
Rédactrice
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
N°48
25 janvier 2017
JANVIER 2017
Sirha
Du samedi 21
au mercredi 25

Salon de
la restauration,
de l'hôtellerie
et de
l'agroalimentaire
Eurexpo, Lyon

Congrès
ATEC ITS Frnce

Mardi 24 et
mercredi 25

Les rencontres
de la mobilité
intelligente 2017
Montrouge


Mercredi 25
7e Rencontres
pour la santé
au travail

sur le thème
« les transfor- mations
au travail :
quels enjeux
pour la santé
et la sécurité
au travail ?
»
Maison de
la Chimie,
Paris


Cool Chain
Du lundi 30 janvierau jeudi 2 février
Temperature
Controlled
Logistics Meeting
Excel London,
Londres



Euromaritime/
Eurowaterways

Du mardi 31
janvier au
jeudi 2 février

Salon des
secteurs maritime
et fluvial Paris,
Porte de Versailles



FEVRIER

Salon des
entrepreneurs

Mercredi 1er
et Jeudi 2

Palais des Congrès,
Paris


Journée Portes Ouvertes AFPA Jeudi 2
Dans tous
les centres AFPA


International
Railway

Du 15 au 17
Espace de
rencontres avec
les leaders
de l'industrie
ferroviaire
Siège de l'UIC,
Paris 15e


Passé et futur
du Comité UNECE
du transport
fluvial

Le mardi 21
au Palais
des Nations,
Genève