LinkedIn Twitter Facebook
Infrastructures
400 Md€ investis
en 25 ans en France

La France a investi près de 400 Md€ dans ses infrastructures terrestres entre 1990 et 2015, selon la dernière étude publiée par le Commissariat au développement durable. Les routes, qui concentrent les pourcentages les plus importants de trafic de voyageurs et de marchandises, représentent 69,4% de cette somme alors que le réseau ferroviaire pèse pour 19,6%. Ces dernières années, les investissements dans le réseau routier ont été davantage fléchés vers l'amélioration plutôt que vers l'extension d'un réseau arrivé à la quasi-maturité (1M de km en 2014). C'est pour cela que, par rapport aux 9,4 Md€ de 1990, les investissements sont passés à 8,3 Md€ en 2015. Entre ces deux dates, les routes secondaires ont « absorbé » 177 Md€ contre 45 Md€ pour les routes nationales et 53 Md€ pour les autoroutes concédées. Sur ce point, le commissariat observe que depuis le pic de 2010, les investissements ont baissé. Rapportés au km linéaire de route, notamment, ils sont beaucoup moins importants qu'en 1990 même si les chiffres sont proches en valeur absolue.
Par ailleurs, il est à noter que le trafic des marchandises sur le réseau longue distance a augmenté de 36% par rapport à 1990. Au total, il a crû de 44% sur les 25 années prises en considération dans l'étude. En 2015, 323 Md de t/km ont voyagé sur l'ensemble du réseau linéaire. Quant au fer (le réseau compte un peu plus de 30.000 km linéaires), on assiste à un rééquilibrage des financements pour les lignes autres que grande vitesse, qui n'avaient pas beaucoup évolué jusqu'en 2006. Au total, 78 Md€ y ont été investis, même si le fret ferroviaire ne concerne que 68% du réseau en service. Celui-ci a vu progressivement disparaître ses branches secondaires et notamment les voies uniques. Enfin, le projet Canal Seine Nord a redynamisé les investissements dans les infrastructures fluviales (4,2 Md€ entre 1990 et 2005) qui ont atteint un total de 8.400 km dont 4.700 km effectivement fréquentés. Cependant, seulement 2.800 km peuvent accueillir des navires de plus de 400 tonnes. SLG

Investissements
dans les
infrastructures


XPO s'engage
pour le rail
et le GNL à Paris


Les plates-formes
collaboratives
seraient-elles
peu qualitatives ?


Port de Nantes-
Saint-Nazaire :
trafic en hausse
en 2016


L'échange
d'information
sur le recyclage
des pneus réglementé


UPS rachète
un transitaire
britannique


Les échanges
transfrontaliers
se sont un peu
érodés en 10 ans


L'info décalée
Au Maroc,
les transporteurs
veulent la hausse
de la TVA
sur le gazole

 
   
   
 
 
 


Logistique durable
XPO annonce des transports
rail-route pour Paris

XPO prévoit de finaliser une offre multimodale combinant le ferroviaire et des camions à gaz pour livrer la capitale et sa proche banlieue dans le courant de cette année. C'est l'un des projets dans lesquels le prestataire s'est engagé en signant la Charte en faveur de la logistique durable avec la Mairie de Paris, vendredi dernier. Le projet s'inscrit dans celui de l'hôtel logistique Chapelle International. Il fait également suite à un autre investissement important : en juin dernier, l'entreprise avait inauguré une nouvelle plate-forme de messagerie palettisée à Bondoufle dans l'Essonne, dotée d'un parc de camions au GNL. SLG
 
   
 


Plates-formes collaboratives
La qualité vs la quantité

C'est le parti pris de Bp2r, qui souhaite faire valoir sa connaissance des opérateurs de transport les plus performants en Europe pour avancer l'idée d'une pré-sélection qualitative des prestataires. Selon la société qui conseille les chargeurs en ingénierie des flux et lors des appels d'offres, les plates-formes collaboratives transport auraient produit une sorte d'inflation de prestataires pouvant être contactés via le web par les donneurs d'ordres et, partant, une inflation des appels d'offres au niveau européen, destructrice de valeur ajoutée. Du coup, les plates-formes digitales passeraient à côté des meilleurs transporteurs, qui s'en méfient. Bp2r propose sa « short-list » appelée Best qui recense 94 acteurs sélectionnés en France. A ceux-ci peuvent s'ajouter une autre centaine d'opérateurs dans les principaux marchés européens (France, Allemagne, Benelux, Espagne, Italie, Pologne et Royaume-Uni), promet la société. SLG
 
 
 
 


« Je n'imagine
pas
une seconde
la Région
bloquer notre
initiative »,


a déclaré
Anne Hidalgo
au JDD
à propos de la
nouvelle ligne
de bus électrique
à double sens
qui devrait voir
le jour en 2018
rue de Rivoli.
Trafic maritime
Le port de Nantes Saint-Nazaire
renoue avec la croissance

Après 5 années de baisse consécutive, le port de Nantes Saint-Nazaire a enregistré en 2016 un trafic supérieur à celui de 2015, avec 25,5 millions de tonnes transportées. Ce chiffre aurait pu être plus élevé si les mouvements sociaux contre la loi travail, en mai et juin derniers, n'avaient pas conduit à l'annulation de nombreuses escales de navires. L'année 2016 a vu son trafic roulier repartir à la hausse de 19% après une période de déclin due à la suspension en 2014 de l'autoroute de la mer entre Gijón (en Espagne) et Montoir de Bretagne. Cette progression significative s'explique en partie par les bons résultats de l'autoroute de la mer entre Vigo (en Espagne également) et le port ligérien, ainsi que les flux de la ligne Milk Run Med (qui le relie au port de Tanger), lancée en 2012 pour le compte d'Airbus, et actuellement utilisée par Renault Nissan et plus récemment par Scania. Dans un marché mondial du conteneur marqué par une demande apathique et la chute des taux de fret sur les lignes entre l'Asie et l'Europe, sans oublier la reconfiguration des armements, le trafic du terminal de Montoir de Bretagne se stabilise autour de 1,8 Mt, soit 183.000 EVP. Le trafic de gaz naturel liquéfié (GNL) est reparti à la hausse, franchissant pour la première fois depuis 2012 la barre des 2 Mt. Le rééquilibrage des prix du GNL entre l'Europe et l'Asie a d'ailleurs bénéficié au complexe industriel méthanier de Montoir. NB
 
   
  Port de Nantes Saint-Nazaire  
 


-14%.
C'est la réduction
de la longueur
du réseau
ferroviaire
depuis 1990,
selon le
Commissariat au
développement
durable.

Pneumatiques
De nouvelles obligations
pour la collecte et le recyclage

Les fabricants de pneumatiques mais aussi les distributeurs-importateurs ainsi que les entreprises agréées pour leur collecte (à ce jour, Aliapur et FRP sont les seules dans ce cas) ont de nouvelles obligations de transmission d'information concernant les pneumatiques mis en circulation et leurs déchets. C'est ce que prévoit l'arrêté du 30 décembre 2016, paru au JO daté du 8 janvier et entré en vigueur hier. Avant le 31 mars de chaque année, les différents acteurs doivent transmettre à l'Ademe les quantités de pneumatiques mises sur le marché, en nombre et en tonnes par catégorie, les modalités de collecte et de traitement des déchets de pneumatiques mises en œuvre, les quantités de déchets collectées et traitées (en tonne, par mode de traitement et par catégorie) et, enfin, la destination finale des déchets dont ils sont responsables et le traitement qui leur est destiné. Toutes ces informations seront collectées par l'Ademe qui diffusera, à son tour, un rapport au mois d'octobre de chaque année faisant état des quantités de pneumatiques mises sur le marché national et du traitement des déchets qui y sont liés. Le rapport sera présenté à l'ensemble de la filière et remis aux ministres de l'industrie et de l'environnement. Au préalable, manufacturiers et organismes de collecte doivent s'inscrire dans le Système déclaratif des filières REP (responsabilité élargie du producteur), tenu par l'Ademe, un mois avant la première déclaration annuelle. Elles doivent désigner un référent qui figurera au registre. SLG
 
 
  Affrètement
UPS achète l'anglais Freightex Ltd

Après avoir racheté en août 2015 Coyote Logistics, important fournisseur de services de courtage de fret en Amérique du Nord, UPS a annoncé hier l'acquisition de Freightex, un transitaire britannique qui réalise des prestations de chargement partiel, transport spécialisé et frigorifique. Freightex accédera aux technologies de Coyote et sera une filiale à 100% d'UPS. Pour UPS, il s'agit de faire jouer les synergies entre les deux entités en termes de technologies, clients et réseau de transporteurs.
Les conditions de la transaction, qui remonte au 3 janvier, n'ont pas été révélées, mais cette acquisition en « asset-light » permet à UPS de pénétrer immédiatement le marché du courtage de fret au Royaume-Uni et en Europe et d'accélérer son développement dans ce secteur d'activité et dans cette zone géographique. Le marché britannique du courtage de fret, ainsi que le marché européen des services logistiques, se développent plus rapidement que l'ensemble du marché et devraient poursuivre leur croissance grâce au modèle de courtage par les expéditeurs et les transporteurs. Partant du principe que le courtage serait plus efficace par rapport à l'exploitation directe d'une flotte, UPS compte sur le demi-million de transporteurs routiers européens pour étendre son réseau. NB
 
 
 
Commerce extérieur

Près de la moitié
des flux concernent les pays frontaliers

Le poids relatif des pays frontaliers dans les échanges avec la France s'est lentement érodé depuis 10 ans, d'après une étude publiée vendredi par la direction générale des Douanes et portant sur les échanges commerciaux de la France entre 2005 et 2015. Sans surprise, nos principaux partenaires restent majoritairement les pays européens, notamment frontaliers, avec lesquels sont réalisés près de la moitié des échanges. Mais les exportations vers ces pays frontaliers ne représentaient en 2015 que 40% des ventes françaises, contre 55% en 2005, et les importations 46% contre 51% sur la même période (ce recul est moins marqué avec l'Allemagne, dont les chiffres sont quasi stables, que pour les autres frontaliers). L'Allemagne constitue notre premier partenaire, l'Espagne et l'Italie arrivent en 3e et 4e position, et la Suisse figure également en bonne place, alors que le Royaume-Uni, qui ne fait pas partie de la zone euro, occupe un rang plus lointain, se positionnant en 5e client et 8e fournisseur de la France. A noter également la progression des échanges avec l'Asie qui gagnent 4 points en dix ans, tant au niveau des importations (17%) que des exportations (13%). NB
 
 

 
Au Maroc, les transporteurs veulent la hausse de la TVA
sur le gazole
Si, si, vous avez bien lu. Mais Abdelilah Hifdi, Président de la Fédération du transport routier marocaine, n'a pas perdu la tête. Il explique sa recette à notre confrère de les ECO. La hausse de la TVA de 10% à 20% sur le gazole, mais à prix constant, permet de compenser la hausse du prix du carburant. Et puisque les transporteurs peuvent récupérer la TVA, cela ne les pénaliseraient pas. Parallèlement, la fédération marocaine demande que la TVA sur le transport lui-même passe de 14% à 20%. Et le tour est joué. Mais cela ne suffirait pas à apaiser les transporteurs routiers. Car la loi des finances pour 2017 a effacé la prime à la casse qui les aidaient bien. D'un montant équivalent à 14.000 €, elle avait été instauré il y a six ans et avait permis de renouveler le parc. SLG
 
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en chef adjointe
Tél : 01 80 91 56 33
silvia.legoff@scmag.fr

Nathalie Bier
Rédactrice
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
N°37
10 janvier 2017
JANVIER 2017

Truck &
Transport 2017

Du vendredi 13
au lundi 16

Le salon
professionnel du
transport routier
Brussels Expo,
Bruxelles



Forum des Rois
de la Supply Chain

Jeudi 19
Présentation
des 8 dossiers
en compétition
pour les Trophées
Paris 12ème


Sirha
Du samedi 21
au mercredi 25

Salon de
la restauration,
de l'hôtellerie
et de
l'agroalimentaire
Eurexpo, Lyon



Congrès
ATEC ITS Frnce

Mardi 24 et
mercredi 25

Les rencontres
de la mobilité
intelligente 2017
Montrouge


Cool Chain
Du lundi 30 janvierau jeudi 2 février
Temperature
Controlled
Logistics Meeting
Excel London,
Londres



Euromaritime/
Eurowaterways

Du mardi 31
janvier au
jeudi 2 février

Salon des
secteurs maritime
et fluvial Paris,
Porte de Versailles



FEVRIER

Salon des
entrepreneurs

Mercredi 1er
et Jeudi 2

Palais des Congrès,
Paris



International
Railway

Du 15 au 17
Espace de
rencontres avec
les leaders
de l'industrie
ferroviaire
Siège de l'UIC,
Paris 15e